Et quand, au-delà du réel, le néant devînt votre terre, l'éternelle loi fut mille fois murmurée : Méfiez-vous des cercles bleus...
 
AccueilS'enregistrerConnexion

 

 Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur Message
Eden Cirenster

avatar

Masculin

Messages : 351
Age : 28
Phantom

Parchemin Administratif
Profession: Tueur à gages
Notoriété:
200/200  (200/200)
Autres infos:

MessageSujet: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Ven 28 Aoû - 16:40

Eden pouvait à présent apercevoir les remparts intérieurs de la citée qui protègent le Bastion Astral d’Henêgbald. Les enceintes forment un large demi-cercle d’or et d’argent qui scintillant de mille feux à la lueur blafarde de l’astre nocturne. On peut apercevoir par delà ces murs, des battisses toutes plus grandes les unes que les autres, confirmant la grandeur céleste de la capital d’Hedêlhind. Cela faisait maintenant plus de 30 ans que notre chevalier n’avait pas revu ce lieu symbole de justice et d’ordre, il allait aujourd’hui même provoquait un véritable sacrilège en ôtant une vie en ces lieux. Il continua d’avancer, suivi de son invité, se préparant à pénétrer dans la salle du trône. Ils n’étaient pas les seuls à se rendre à cette soirée, des dizaines de nobles tous plus colorés les uns que les autres se pressaient en direction du Beffroi comme des bandits attirés par l’odeur d’un trésor. Après avoir monté un large escalier, ils pénétrèrent dans une salle imposante dans laquelle volaient les blasons de la capital. Il y avait des dizaines de sièges en marbres blancs, tous tournés vers l’intérieur de la pièce, sur chaque siège étaient gravé les noms des plus grands hommes de la cour. Ils faisaient face au trône du gouverneur, vide, il gardait pourtant toutes sa splendeur et sa gloire passée, attendant l’héritier de Théophane. La salle était gardée 24 heures sur 24 et une barrière magique avait été placée autour du trône le préservant de potentiels curieux voulant l’admirer de trop près. Eden toujours accompagné de son compagnon y jeta un léger coup d’œil alors qu’ils passaient à cotés, un regard nostalgique et pourtant si désintéressé, il avait passé de bons moments dans cette salle et pourtant il ne regrettait pas pour autant ce qu’il était aujourd’hui. Il plaça sur son visage un simple masque couleur laiteuse qui ne laissait apercevoir que ces cheveux ainsi que ses yeux perçants ensanglantés.

Au fond de la salle se trouvait une porte qui donnait sur la cour intérieure du Bastion, entourant le Beffroi. Ils passèrent dans un couloir sombre éclairée uniquement par l’astre penseur, sur chaque cotés était placé en alternance de somptueuses colonnes dorées et argentées. Ce couloir se trouve deux étages au-dessus de la cour, la coupant en deux parties égales, d’en haut en pouvait voir la cavalerie d’Henêgbald paradant avec grâce autour du Beffroi. C’était très impressionnant et surtout très rassurant, mis à part pour ceux qui souhaitaient commettre un meurtre où un vol, mais bon qui serait assez fou pour faire une chose pareille, n’est-ce pas ? Continuant son chemin, ils arrivèrent finalement devant la tour carrée du Beffroi se dressant fièrement entre les deux tours du Bastion astral. C’est ici que la cérémonie à lieu, dans cette tour à l’apparence infini vu qu’elle disparaît au-dessus des nuages.
A l’entrée de la tour, les hommes de confiances d’Ivan vérifiaient les invitations ainsi que le dépôt des armes. En effet Ivan est tout sauf stupide, dommage pour lui. Eden suivi de son « acolyte » déposa toutes leurs armes. Sauf sa rapière, après tout un chevalier à pour devoir de ne jamais quitter son arme avec laquelle il a été adoubé. Ainsi voilà que la personne qui voulait voler la vie à leur maître, entre légalement et peut porter une arme. Quelle ironie non ? Il sortit de sa poche droite une chevalière sur laquelle les initiales de la famille Krista étaient inscrites dessus. Ivan aimait être au centre de l’attention des choses, ainsi même son invitation était grandiose, Eden la trouvant plutôt pédante plus qu’autre chose. Une fois la sécurité passée, ils arrivèrent dans un jardin intérieur. J’ai précisé intérieur car la flore était si importante qu’il était presque impossible de discerner les murs et le plafond de la salle. Des arbres majestueux, des fleurs aux couleurs rouges et bleues, des buissons emplis de fruits tous plus appétissants les uns que les autres, c’était une vrai merveille pour les yeux. Les jardiniers utilisaient tous leurs savoir faire en magie afin de garder l’équilibre de cet écosystème.

Une fois la salle passée, ils tombèrent nez à nez avec un long escalier de bois blancs qui montait par palier sur une trentaine de mètres. Rien qu’à la vue des escaliers, on pouvait déjà se sentir faiblir et fatiguer pourtant, les murs étaient parsemés d’innombrables tableaux représentant des paysages de tout le Néant. Un coucher de soleil sur la cité du savoir, les tours de Maêlig prises dans une dense couche de neiges et une étrange forêt au bois épais berçait par les rayons lunaires qui filtrent à travers les feuillages. Et il en avait bien d’autres, comme les dunes sans fin de la porte de Maêlig, ou les montagnes abruptes de celles de la Capital. Eden regardait avec plaisir les œuvres tout en suivant les es caliers, au moins ça passait le temps et on ne se focalisait pas sur la fatigue des jambes. Enfin terminé, voilà notre duo devant la salle des festivités du Beffroi. La porte était grande ouverte, débouchant sur une salle carré d’une superficie tout à fait hors du commun. La salle était richement décorée avec des couleurs émeraude et améthyste. Une musique douce et envoûtante, charmait l’ouie des invités qui dansaient ou discutaient entre eux. Eden se retourna en direction de son compagnon et lui murmura à l’oreille.

- J’attends une vieille amie d’enfance, tu peux profiter de l’hospitalité d’Ivan, quoi qu’il arrive tu es sous ma protection.


Il s’éloigna et poursuivit ses recherches. Quatre imposants piliers retenaient le plafond de la salle sur lequel apparaissait une fresque représentant l’astre penseur et sa luminescence enlacés dans le néant, où flotte autours d’eux les cités connues à ce jour. A l’est et l’ouest de la pièce se trouvaient deux jeux de balcons avec un point de vue imprenable sur la cité de la justice. Le sol était argent contrastant avec la couleur verte et violette des flammes illuminant le salon. Puis il l’aperçut enfin. Ivan Krista, selon son employeur ce dernier aurait éliminé tous les membres de sa famille afin d’en prendre la tête, il avait du cran il n’y en avait aucun doute mais maintenant il menaçait une autre personne il allait le payer de sa vie. Il était en grande discussion avec un homme qu’il ne connaissait que trop bien: Orféus Thorenwald. Actuellement chef de division dans la Capital, il est aussi un ancien camarade qui était sous ses ordres il y a à peu près 1 siècle. Si lui était là, il n’y avait aucun doute que le reste de sa famille l’accompagne. Le simple fait d’y penser le faisait légèrement sourire, il n’a pas vu sa fille depuis une quarantaine d’années, et se souvient très bien qu’elle n’appréciait pas trop l’aura obscure autour de lui. Son sourire s’agrandit encore plus en songeant qu’il y avait un Chef de division ainsi qu’une juge qui serait présent à la mort de « Ivan Krista » Serait-ce le destin qui veut transformer la mort d’Ivan en un procès ?

* Il ne sera pas facile de le tuer maintenant. Je dois encore prendre des dispositions.*

Il tourna le dos à Orféus et se dirigea vers les hors d’œuvres, il commanda un verre de vin et disparu derrière un balcon réfléchissant à son plan. De plus la personne avec qui il avait rendez vous était en retard. Si il y avait le moindre problème avec cette personne il ne pourrait pas agir. Finalement il ne lui restait qu’à attendre.


(Ordre de passage: Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.)


Dernière édition par Eden Cirenster le Dim 13 Sep - 16:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hel Thorenwald

avatar

Féminin

Messages : 1139
Localisation : Secret défense ♥
Age : 25
Dame

Parchemin Administratif
Profession: Dresseuse de chevaux
Notoriété:
5/200  (5/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Sam 5 Sep - 17:10

Crépuscule. Fanélia et Orféus Thorenwald étaient assis face-à-face, dans les appartements offert par Théophane et où ils logeaient ensemble en compagnie d’une soubrette muette et effacée, qui s’affairait à tenir le lieu impeccable. Les époux Darowens se dévisageaient, en parlant de choses futiles, quand enfin ils décidèrent à descendre au bal de Sir Krista, auquel ils avaient été conviés.

Orféus Thorenwald était un homme de grande taille, et son allure élégante et assurée inspirait le respect et confirmait la noblesse de son sang et de son cœur. Le père d’Hel était la chevalerie incarnée à lui seul et pour sa fille, il avait tout d’un roi. D’apparence, son paternel portait toujours des vêtements militaires et des pièces d’armures rutilantes, cet attirail dans les ton bleu ciel et argent. Ses ailes magnifiques étaient dévoilées aux yeux de tous dès que possible et son imposante épée pendait à son côté gauche où qu’il soit et où qu’il aille.

Quant à sa femme Fanélia, sa taille était égale à la sienne, tout comme son prestige. Elle n’avait que 8 années de moins que son mari et physiquement, ressemblait beaucoup à Hel. Hormis le fait qu’elle ne portait que des vêtements sombres, contrairement au reste de la famille, Dame Fanélia Thorenwald possédait les mêmes cheveux immaculés, qu’elle portait plus courts que sa fille. Ce soir là, elle avait tressé sa chevelure, et sa coiffure, agrémentée de perles et de plumes, montait en cône au-dessus de son crâne. Sa peau diaphane, ses cheveux et ses yeux émeraude ressortaient avec panache grâce à sa robe noire et pourpre et son masque dans les mêmes tons. Ses ailes étaient absentes de son dos.

Le couple s’observa une longue minute, cherchant à corriger les imperfections possible. Et enfin, ils descendirent vers le lieu du bal. Le soleil n’était pas encore couché.
Arrivés devant les portes en question, Orféus se sépara de son épouse afin d’aller discuter avec ses soldats, ceux qu’il avait choisi pour l’occasion.
Pendant ce temps, la mère d’Hel Dana rejoignit un groupe d’aristocrate entièrement féminin. Elle participait ardemment à la conversation, afin de masquer son but initial : guetter quelqu’un. Et ce ne fut que quand la lune apparut dans le ciel que cette personne apparut. Afin de ne pas attirer l’attention, Fanélia continua de discuter, en veillant sur l’homme qu’elle avait fait mander ce matin même. Celui-ci, semblant s’impatienter, sortit sur le balcon.
Elle congédia ses partenaires, et rejoignit l’ombre où l’attendait un certain phantom : Eden Cirenster. Tueur à gages hors-pair et ami de longue date. Elle se présenta à lui en retirant son masque, qu’elle revêtit instantanément. Elle lui tendit une missive tout droit sortie de sa manche, échangea quelques paroles puis s’évanouit dans la foule.





Crépuscule. Hel avait retrouvé comme convenu Lluìev au pied des remparts internes du Bastion. Et ce fut avec un grand sourire qu’elle l’invita à la suivre vers ses appartements. Il n’y avait encore que peu de monde dans la première cour du Bastion Astral, et quelques calèches allaient et venaient à des intervalles irréguliers. L’injuriée avait pu longuement les observer pendant qu’elle attendait sa nouvelle compagne, essayant de reconnaitre les nobles issus des Hauts-quartier à ceux qui venaient d’autres cités. Elle connaissait bien les habitués du Beffroi de Théophane : depuis le temps qu’elle y vivait, ne pas les reconnaitre aurait été déplacé.

Ainsi donc, les deux jeunes femmes traversèrent la salle du trône, puis la passerelle dominant la seconde cour du siège du gouvernement d’Henêgbald. Hel jeta un regard fier sur les chevaux et leurs cavaliers au-dessous d’elle, le carrousel qu’elle leur avait demandé de préparer commencerait en début de soirée. Et il serait parfait, vu la ferveur avec laquelle ils l’avaient préparé toute la journée et s’entrainaient encore maintenant. Son propre étalon, Sombrargent, avait été réquisitionné par un soldat de la cavalerie, fort mignon d’ailleurs, pour y participer. Mais elle ne l’aperçut pas.

Si jamais ce type perturbe mon cheval, je le fouetterai jusqu’à ce que mort s’en suive…

C’est ce qu’elle avait confié ce matin à l’un des écuyers qui avait été surpris par ce privilège qu’avait accordé la fille Thorenwald à ce soldat. Un sourire étrange s’esquissa sur son visage devant ce souvenir.

A l’entrée du Beffroi, au bout du couloir suspendu, Hel et Lluìev purent passer sans problèmes, mais en y laissant leurs armes. Elles entrèrent dans la première salle du Beffroi qui était un magnifique jardin interne où la damoiselle avait passé beaucoup de temps en compagnie de sa mère… Elle se demanda si celle-ci serait là ce soir. Elle jeta un œil à sa protégée, curieuse de savoir si la vision de cette pièce colorée avait un quelconque effet sur elle. Puis elle se dirigea vers un escalier à la dérobée, qui grimpait en flèche vers les étages supérieurs. Il leur fallu une bonne dizaine de minutes pour rejoindre les appartements de la famille Thorenwald, afin de s’y préparer pour redescendre quand sa luminescente l’astre d’or aurait complètement disparu.

La damoiselle frappa et personne ne répondit. Elle pénétra dans ce lieu si familier avec anxiété, espérant ne croiser personne et risquer de trahir l’identité de Lluìev dans une conversation forcée. Heureusement, après avoir fait le tour des quartiers familiaux, elle pu se détendre un peu devant l’absence effective de ses géniteurs. Hel s’adressa enfin à sa nocturne suivante, lui indiquant sa chambre dans laquelle elles s’installèrent toutes deux. Deux robes étaient exposées sur des mannequins en bois, avec un paravent déplié juste à côté.

"- Tu as dû le deviner, c’est celle de droite. Te convient-elle ? J’en ai peut-être une autre dans ma penderie, seulement je doute que ses couleurs te plairont…"


La Darowen adressa un sourire désolé à son invitée, et se dirigea vers sa propre robe pour en lisser le tissu.

"- Ah et je te prêterai aussi une parure, et un masque assorti. Tu pourras regarder ce que j’ai, sur le meuble contre le mur derrière toi."

Par-dessus son épaule, son regard croisa celui de la Nocsys et s’y accrocha un long moment. Puis elle se déplaça d’un pas de côté et ajusta un élément du second vêtement.

Revenir en haut Aller en bas
Thorstein Hodeghien

avatar

Masculin

Messages : 59
Age : 28
Citadin

Parchemin Administratif
Profession: Brasseur
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Mer 9 Sep - 11:33

Thorstein accompagnait cet étrange Darowen ignorant toujours la raison pour laquelle ils se rendaient au Bastion astral si ce n’est qu’il y avait une réception à laquelle il était invité en ce lieu. Le Thorual n’était jamais entré à l’intérieur du Bastion symbolisant ordre et justice dans tout l’Hedêlhind. A vrai dire il ne comprenait pas non plus vraiment la raison pour laquelle il était là, pourquoi son compagnon l’avait-il amené ?

Ils traversaient alors la salle du trône, tout comme des dizaines de nobles qui se dirigeait tous vers le Beffroi. C’était donc là bas que se trouvait la réception, Thorstein se sentait perdu au milieu de tous ces nobles et en ce lieu, toutefois il continuait de suivre le chevalier. Ils grimpèrent un large escalier et arrivèrent dans une grande salle où se trouvaient de nombreux sièges tournés vers le centre de la pièce à la façon d’un amphithéâtre en face duquel se trouvait un trône. Son guide y jeta un rapide coup d’œil puis il mit masque sur son visage.

Ils franchirent une porte donnant sur une cour intérieure, qu’ils traversèrent par un couloir aux piliers d’or et d’argent. Dans cette cour la cavalerie paradait donnant une sensation de sécurité à l’intérieur du bâtiment. Ils arrivèrent alors au Beffroi, tour carrée d’une hauteur infinie se dressant entre deux autres tours, là où était la réception.

Des hommes étaient postés à l’entrée de la tour, vérifiant invitations et dépôts des armes que lui et son compagnon déposèrent docilement. Thorstein hésita à se séparer de son poignard qu’il gardait sans cesse d’habitude, mais la situation n’était pas habituelle et de toute façon qui aurait la folie de tenter quelque attaque en ce lieu, au milieu de tant de gardes ? Il déposa donc aussi cette petite arme, néanmoins il lui restait toujours sa capacité de métamorphe très utile si il se retrouvait dans une situation fâcheuse. Son compagnon gardât logiquement son arme de chevalier. Plusieurs masques étaient posés sur une petite table à l’intention d’invités étourdis qui auraient oublié le leur. Le Thorual en prit un noir, contrastant avec la pâleur de son teint.

Ils arrivèrent alors dans un jardin intérieur à la végétation luxuriante, derrière laquelle ils prirent un long escalier le long duquel se trouvaient de nombreux tableaux. On pouvait y voir des paysages de tout l’Hedêlhind. Une fois en haut, ils entrèrent dans une salle plus grande qu’il était possible de l’imaginer remplie de convives discutant entre eux ou dansant. C’est alors le Darowen s’adressa à lui avant de s’éloigner :

- J’attends une vieille amie d’enfance, tu peux profiter de l’hospitalité d’Ivan, quoi qu’il arrive tu es sous ma protection.

Thorstein se retrouva alors seul. C’était la première fois qu’il se retrouvait dans ce genre de réception et la quantité de personnes se trouvant dans cette immense salle le mit mal à l’aise, de plus il ne faisait pas partie du même monde que ces gens, lui n’était qu’un petit brasseur pas un noble de grande renommée. Tous ces invités avaient l’air plus importants les uns que les autres et on ne les voyait pour ainsi dire jamais dans le reste de la ville.

Mais dans quoi est ce que je suis tombé moi ? Et pourquoi m’a-t-il amené ici ?

Il eut envie de repartir dans l’instant mais il devait bien y avoir une raison pour qu’il soit là. Il décidât de faire en sorte de ne pas attirer l’attention sur lui et d’éviter toute conversation dans laquelle il aurait put se trahir. Il prit la direction d’une des tables afin d’y prendre un verre en essayant de ne pas montrer son trouble et commença alors à admirer la beauté de la pièce dans laquelle il se trouvait.
Revenir en haut Aller en bas
Lluìev Khridd

avatar

Féminin

Messages : 97
Age : 24
Dame

Parchemin Administratif
Profession: Calligraphe
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Dim 13 Sep - 10:52

Lluìev ne se sentait pas le mieux du monde tandis qu'elle se dirigeait vers le Bastion Astral, illuminé par les couleurs du crépuscule. Elle était loin d'être apaisée, et elle commençait vraiment à se demander si elle avait bien fait d'accepter la proposition de la Thorenwald en tous ces gens richement parés, qui appartenaient à un autre monde que le sien, entrer dans le Bastion.
La jeune femme elle se contenta de s'arrêter au pied des remparts externes, où elle y retrouva la dresseuse qui l'attendait. Sans un mot mais avec un sourire, elle la suivit, ne trahissant aucune inquiétude, affichant toujours son air impénétrable, mais n'en ressentant pas moins les effets dans ses entrailles.
Elles traversèrent plusieurs salles toutes plus luxueuses les unes que les autres. Ce trop-plein de décoration oppressait Lluìev : pourquoi les riches se sentaient-ils toujours obligés d'étaler leur puissance aux yeux de tous ?

Elles entrèrent enfin dans les appartements des Thorenwald, plus paisibles que le reste du bâtiment, au grand soulagement de la Nocsys. Son hôte eut alors l'air tendu : elle fit le tour de chaque pièce avant de l'inviter à la suivre jusqu'à sa chambre. Lluìev était elle aussi soulagée qu'il n'y ait personne d'autre chez elle : elle se voyait mal être surprise ici par les occupants.
Deux robes étaient posées sur le lit ; la Thorenwald lui en désigna une.

— Tu as dû le deviner, c’est celle de droite. Te convient-elle ? J’en ai peut-être une autre dans ma penderie, seulement je doute que ses couleurs te plairont… Ah et je te prêterai aussi une parure, et un masque assorti. Tu pourras regarder ce que j’ai, sur le meuble contre le mur derrière toi.

Elle avait vu juste : bien que Lluìev n'appréciât guère les robes, celle-ci lui plut dès le premier regard.
Elle était violet foncé, plutôt sobre, ne dévoilant que peu la poitrine et les jambes, mais s'ouvrant sur tout le dos entier jusqu'au niveau du bassin, de la même manière que le dos-nu qu'elle portait présentement sur elle mais qui ne laissait voir que le haut de son dos. Le bas de la robe était coupé droit et fendu de chaque côté jusqu'aux genoux. Le tissu, quant à lui, était assez épais, souple et doux au toucher.

— On peut dire que tu as l'œil : ce vêtement est magnifique.

Leurs regards se croisèrent un moment. La dresseuse s'affaira ensuite sur sa propre robe, tandis que la Nocsys ôtait sa cape mais la gardait en main, n'osant prendre ses aises. Elle resta debout quelques secondes sans bouger.

— Je m'appelle Lluìev.


Dernière édition par Lluìev Khridd le Dim 4 Oct - 8:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eden Cirenster

avatar

Masculin

Messages : 351
Age : 28
Phantom

Parchemin Administratif
Profession: Tueur à gages
Notoriété:
200/200  (200/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Dim 13 Sep - 14:05

Avec la tombée de la nuit, l’air s’était rafraîchi. Eden contemplait sans joie le magnifique point de vue qu’il avait de la Capital et du Bastion. Il continuait d’attendre son mandataire tout en appréciant son verre aussi pourpre que le sang, il s’écoula ainsi plus d’une quinzaine de minutes le laissant perdu dans ces pensées. Il entendit des bruits de pas provenant de la salle des festivités et se rapprochant de lui petit à petit. Il se retourna lentement puis aperçut son invité surprise. Une femme vêtue de sombres soies portant un masque tout aussi pourpre que sa boisson. Elle retira son masque, laissant apparaître ses traits pales et gracieux s’harmonisant avec sa chevelure d’ivoire et le vert de ses yeux. Il ne put la contempler que quelques secondes, car elle le replaça immédiatement sur son visage. Dans un mouvement tout aussi délicat que son teint, elle sortit de sa manche un petit parchemin cacheté avec un étrange symbole. Il représentait une ombre se tenant à l‘écart derrière cinq petits cercles représentants les cinq cités du néant. Malgré le manque d’originalité de la chose, il était en revanche tout à fait clair. Eden attrapa la missive puis sans l’ouvrir s’adressa à son employeur.

- Je vous dois bien ça, Ma Dame.

- J’ai toute confiance en vos capacités, Phantom.

Le dernier mot était à peine audible, même pour lui qui était pourtant à un mètre de cette femme. Il s’inclina légèrement devant sa prestance et elle disparut tout aussi rapidement qu’elle était arrivée se mêlant à nouveau à la foule. Eden ouvrit la lettre laissant apparaître une magnifique écriture émeraude sur un fond argentée. Pour n’importe qui n’étant pas initié à ce dialecte, il ne s’agissait rien de plus qu’un charabia mais comme il est important d’en connaître le contenue, voila ce qu’Eden pouvait lire dans notre dialecte courant.

" Phantom,

Je fais appel aujourd’hui à vos capacités dans l’objectif de détruire une fois pour toute ces êtres souillant la sécurité de notre monde tel que nous le connaissons. Par le passé vous avez déjà rencontré une de ces créatures. Les enfants de Khridd viennent une fois de plus de montrer leur absence de sens morale en enlevant la vie à un des citoyens d'Adalêgmor.

Selon les dires locaux, il s’agirait d’une jeune fille d’une vingtaine d’années de taille moyenne possédant une longue tresse de couleur pâle similaire à l’astre lunaire. Elle serait parvenue à atteindre notre belle citée souhaitant à nouveau répandre la mort sur son passage. Il est intolérable qu’en l’absence des gouverneurs nous ne puissions exécuter ces vils créatures.

Je vous charge de retrouver cette progéniture démoniaque et d’y mettre fin une bonne fois pour toute.
Vous avez carte blanche d’agir comme bon vous semble et prendre tout le temps qu’il faudra afin de parfaire ce châtiment divin."

Après avoir pris connaissance du contenu de ce document, il replia la missive et la brûla avec une des torches qui illuminaient la salle. Regardant le parchemin se consumer, il prit un air grave. Fanélia n’avait pas changé, pour rendre la justice sue le Néant, elle était prête à tout. Voilà comment était cette femme: juge d’Hênegbald, fervente opposante à toute formes de crimes. Pourtant elle ne l’avait toujours pas attrapée malgré ces soixante années. Mais il ne faut pas se voiler la face même si aujourd’hui ils sont dans le même camp, il est possible qu’il soit le prochain à être traqué. L’expression de on visage se transforma laissant place à un demi sourire amusé.

*Vous ne changerez jamais Fanélia, et c’est justement cet aspect de votre personnalité qui nous a lié vous et moi en tant qu’amis.*

Une fois le parchemin détruit, Eden attrapa au vol un serveur et prit une nouvelle boisson. Guettant la moindre opportunité d’atteindre sa cible. Ne pouvant détacher ses pensées sur sa vision des choses.

*Mais contrairement vous, je ne discerne pas le bien et le mal. Je ne fais que mon travail… pour retrouver une certaine personne.*

La salle commençait à se remplir doucement. A présent certains commençaient à danser alors que d’autres avaient déjà trop abusé des quelques douceurs alcoolisées qui leurs étaient données. Il remarqua alors, dans son coin, son jeune invité qui semblait plus stressé qu’autre chose. Alors il s’approcha et lui tendit une autre coupe.

- Tu n’as pas à être gêné d’être ici tu sais. La plupart des personnes ici ne sont nobles que de nom. Tu verrais à quel point leur conversation de diverge en rien de celles que tu connais.

Il s’appuya sur une colonne, son large sourire provoquant habituel sur la visage. Fixant son invité droit dans les yeux. Il ne lui lançait pas le regard glacial d’avant mais plutôt celui d’un vieil ami. Il n’avait rien à gagner à le laisser perturber comme ça. Si il avait vraiment voulu l’humilier il l’aurait laisser se débrouiller avec les gardes.

- Alors, que penses-tu de tout ceci ?

Il accompagna sa question avec un ample mouvement de bras désignant les lords, ladies et l’aspect général de la situation. Après tout ce genre de choses n’arrive pas souvent dans ce bas monde.

Revenir en haut Aller en bas
Hel Thorenwald

avatar

Féminin

Messages : 1139
Localisation : Secret défense ♥
Age : 25
Dame

Parchemin Administratif
Profession: Dresseuse de chevaux
Notoriété:
5/200  (5/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Dim 13 Sep - 16:44

Le compliment quant à la robe violette réchauffa le cœur d’Hel. Cette dernière se mit à rayonner faiblement, rendant sa peau pâle légèrement lumineuse. Son invitée cependant, avait l’air encore un peu gênée. L’injurié s’approcha d’elle pour lui ôter sa cape des mains et la poser sur un long divan bleu nuit placé à côté d’un secrétaire en bois gris clair.

"- Je m’appelle Lluìev."

La jeune femme, qui était en train de lui faire dos, se retourna d’un seul coup, étonnée.

C’est vrai qu’elle ne m’avait pas donné son prénom ce matin !

Il était temps de reprendre tout à zéro. Elle s’avança auprès d’elle et répondit :

"- Enchantée Lluìev ! Quant à moi, on me nomme Hel Danaïs, mais Hel ou Dana suffira amplement dans notre cas."

Elle lui décocha un sourire enjoué puis retourna auprès de sa robe pour s’en vêtir.
Le vêtement en question était l’une des tenues préférées de la jeune femme, qu’elle mettait toujours aux bals les plus importants. C’était une majestueuse robe en voiles et velours bleu brodée de fils d’argents et de cristaux semblable à des éclats de miroirs et de diamants. Tout comme celle de la Nocsys, le dos était découvert jusqu’au bassin à la différence que son décolleté était beaucoup plus prononcé, plongeant jusqu’à son nombril. Un cercle d’argent pur ceignait ses hanches en guise de ceinture et un lacet brillant au niveau de ses seins assemblait les deux parties de la robe, cachant ainsi avec pudeur sa poitrine même si ce corset intégré la mettait en valeur. Les manches étaient aussi amples que très longues, deux pièces de tissus taillées dans un voile aérien moiré. Le bas de la robe s’arrêtait à ses pieds. Il était le prolongement de la pièce en velours bleu et s’arrêtait en forme de V à l’avant et à l’arrière du corps d’Hel, au niveau du haut de ses cuisses. A cela était rattachée une jupe vaporeuse du même genre que les manches quoique légèrement translucide. Se dessinait donc, à travers, ses jambes et les chaussures qu’elle venait d’enfiler : des ballerines dans les mêmes tons que l’ensemble de la tenue et dont les quatre rubans de la paire grimpaient le long de ses mollets jusqu’à ses cuisses.

Enfin vêtue et satisfaite de son image, elle attendit que Lluìev sorte de derrière le paravent pour choisir avec elle les parures et les masques. Hel opta pour un masque très fin assorti au reste, un collier très discret qui descendait jusqu’à sa gorge, une escarboucle pour orner son front et le haut de son crâne où scintillait les même cristaux que sur sa robe, ainsi qu'une paire de gant bleu ciel qui atteignaient presque ses épaules. Elle coiffa autrement la Damoiselle Khridd, de sorte que sa tresse ne la trahisse pas et qu’elle puisse être confondue avec n’importe quelle femme de sa race présente à la fête.
La séance d’habillage avait duré une demi-heure, et c’est ainsi qu’elles se hâtèrent jusqu’au lieu du bal, plusieurs étages en-dessous.

Côte-à-côte, toutes deux plus élégantes l’une que l’autre, elles pénétrèrent dans la salle surpeuplée et pourtant assez spacieuse pour ne pas s’y sentir à l’étroit. Elles mirent leurs masques et fendirent la foule avec aisance.

Lluìev est complètement en harmonie avec les couleurs de cette pièce, c’est magnifique.

Alors qu’elle songeait à cela, à toutes les beautés qui les entouraient et fatalement aux multiples galants présents ce soir-là, deux hommes les interceptèrent. La damoiselle Thorenwald reconnu son père, et le Sieur Krysta. Ce dernier attrapa à tour de rôle la main gauche des deux amies pour y feindre un baiser, comme le voulait le protocole d’Henêgbald. Notre dresseuse y répondit par un demi-sourire mutin et s’inclina en tirant délicatement et discrètement sur la robe de la jolie Nocsys pour lui signaler la copie de la révérence qu’elle était en train d’exécuter. Cela fait elle se tourna vers son père qui se saisit de ses deux mains.

"- Comment te portes-tu aujourd’hui, ma chère fille ? Les amateurs de chevaux soufflent ton nom depuis le début de la soirée… "

Ivan Krysta poursuivit :

" - Est-ce vrai que vous avez préparé le carrousel qui va se dérouler dans quelques instants ?"

Penchant la tête sur le côté, un sourire fier collé aux lèvres elle rétorqua :

" - Oui, c’est bien moi ! En votre honneur Sir. "

Elle adressa un clin d’œil à son père pour lui signaler qu’elle allait très bien. Son glorieux père reprit :

" - Et qui est donc cette jolie damoiselle à tes côtés, Hel Danaïs ? "


Sans montrer la tension qui montait en elle, elle la présenta avec calme et méthode, tenant sa main pour l’inviter à s’avancer d’un pas.

" - Je vous présente ma tendre amie Lluìev d’Ombrelune, et qui appartient à la cour d’Adalêgmor.
A présent, je vous invite à gagner le balcon, la représentation équestre va commencer quand les cloches du beffroi sonneront. "


Alors que les deux hommes reprenaient leur conversation en se dirigeant vers le lieu dit, la dresseuse demanda à Lluìev comment elle allait. C’est en regardant par-dessus son épaule qu’elle le vit, accompagné d’un homme sans doute métamorphe habillé avec beaucoup de classe et un masque aussi noir que sa chevelure.
Son cœur s’arrêta une seconde alors qu’elle dévisageait Eden Cirenster, qu’elle n’avait pas revu depuis trente années au moins.
Malgré son masque, elle l’avait reconnu : il n’avait pas changé. Figée et n’écoutant plus son amie, elle ne cessa de le fixer, identifiant son aura ténébreuse, tout comme celle du jeune homme qui l’accompagnait.
Le duo tranchait avec le reste des nobles et conversait sans que l’on puisse les entendre parmi la musique et le brouhaha ambiant. D’ici ils ne pouvaient la voir.
Son regard, traduisant son choc, glissa sur le Phantom de haut en bas, s’attardant sur ses prunelles rouges visibles même de là où elles étaient et sur ses oreilles singulières. Il était habillé de la même tenue ou presque que dans ses souvenirs, avec sa veste rouge flamboyante et son armure aussi noire que la peau d’un Nocturne. La même épée aussi et son attitude singulière, voisine du démon et à la fois de l’ange selon elle.
Elle déglutit et se détourna de l’apparition, ébranlée.

Au moins, il ne me reconnaitra pas, je n’étais qu’une adolescente à l’époque moi et sans mes mèches et frange bleues. Heureusement que je n’ai pas sorti mes ailes…

Elle attira vivement la jeune Khridd avec elle vers le balcon, s’excusant pour sa conduite déplorable. Hel leur choisi une place de choix pour observer le ballet militaire qui allait commencer. Son rythme cardiaque était aussi emballé qu’après un rude entrainement avec son père, et la lumière qui teintait sa peau depuis le début l’avait quittée au profit de pommettes empourprées par la situation. Elle ne parvenait pas à se calmer.

Si j’avais su cela ! Mais d’où sort-il ? Je le croyais mort ! Papa et Fanélia sont-ils au courant ? Oh, il faut que je me calme…

Respirant l’air frais de la nuit pour s’apaiser, ses yeux se baissèrent sur ses chevaux, qu’elle ne quitta plus.
Le Beffroi sonna. Elle s’accouda à la balustrade, contre sa compagne.

Revenir en haut Aller en bas
Thorstein Hodeghien

avatar

Masculin

Messages : 59
Age : 28
Citadin

Parchemin Administratif
Profession: Brasseur
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Mar 15 Sep - 20:18

Dans un coin de la salle un Thorual du bas monde se sentant oppressé par la présence de toute cette noblesse admirait la pièce dans laquelle il se trouvait. Elle était d’une immensité incroyable, si bien que les quatres énormes piliers soutenant son plafond semblaient presque frêles. Ce plafond justement, était orné d’une immense fresque représentant les cités du néant au milieu desquelles se trouvaient l’Astre Penseur et Sa Luminescence Astrale, enlacés. Tous ces gens présents ne semblaient pas se rendre compte de la magnificence de l’endroit où ils se trouvaient, Thorstein n’avait encore jamais rien vu de tel.

Et comme si cela ne suffisaient pas, la pièce était richement décorée dans des couleurs de pierres précieuses vertes et violettes. Même les flammes servant à éclairer ce lieu étaient dans ces couleurs. Le sol par contre était argenté, créant un contraste parfait avec la décoration soignée de cette superbe salle. La richesse était omniprésente en ce lieu que seule une minorité de personnes auraient l’honneur de voir ainsi, les autres ne pouvant pas même l’imaginer.

La voix du Darowen sorti Thorstein de son admiration, celui-ci avait changé d’attitude. Il arrivait tranquillement, lui tendant une coupe. Son air froid s’était étrangement transformé en celui d’une connaissance de longue date. Mais la raison pour laquelle il avait amené ici le Thorual était toujours obscure et cette idée ressurgit dans la tête du métamorphe.

- Tu n’as pas à être gêné d’être ici tu sais. La plupart des personnes ici ne sont nobles que de nom. Tu verrais à quel point leur conversation de diverge en rien de celles que tu connais.

Les paroles ainsi prononcées venaient de traverser son esprit, mais il ne pouvait s’empêcher cette gêne, entrer dans le Bastion était très rare pour quelqu’un comme lui, alors être ici parmi ces richesses et ces gens n’en parlons pas.

- Alors, que penses-tu de tout ceci ?

Son interlocuteur lui désigna les gens et la salle d’un ample mouvement de bras. La situation paraissait invraisemblable au jeune homme et son esprit était encore embrouillé les récents évènements. Il se forçat à ne penser qu’à l’instant présent pour essayer de résonner convenablement, y arrivant avec peine.

-Je ne sais pas quoi penser. Cet endroit est un symbole dans tout Hedêlhind et les gens du peuple n’y viennent jamais. Je me sens perdu ici, et avec tous ces évènements d’un coup.

Alors qu’il prononçait ces paroles la foule se dirigeait de part et d’autre de la pièce. Thorstein n’avait pas prêté attention aux ouvertures vers lesquelles se pressaient les nobles, mais il devait y avoir des balcons donnant sur une cour où devait certainement se produire quelque représentation. Il n’avait aucune envie de savoir de quoi il s’agissait, il était à présent obnubilé par la raison pour laquelle il se trouvait ici. La plus simple façon de le savoir était de demander à la personne qui l’avait amené mais serait-il franc ? Connaissait-il lui-même la réponse à cette question ?

Ce Darowen est un chevalier après tout, je ne dois pas courir de risques surtout ici. Mais pourquoi diable m’a-t-il amené ? Il y a quelque chose qui colle pas, sinon il m’aurait simplement laissé partir, il ne doit pas savoir que j’ai ces doutes…

Il se décida alors à parler avec une voix sans troubles mais sans la moindre agressivité, montrant juste son incompréhension et c’est le plus naturellement du monde qu’il demandât :

-Expliquez moi, pourquoi m’avait vous amené ici ?


Alors qu’il achevait ces paroles, les lourdes cloches du Beffroi se faisaient entendre dans tout le Bastion, la pièce s’était vidée de la majorité de ses invités, désormais sur les balcons attendant le début de l’évènement ainsi annoncé.
Revenir en haut Aller en bas
Lluìev Khridd

avatar

Féminin

Messages : 97
Age : 24
Dame

Parchemin Administratif
Profession: Calligraphe
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Mer 16 Sep - 16:51

Quand Lluìev se présenta, son hôte se retourna d’un air surpris. Elle semblait avoir oublié qu’elles ne s’étaient pas présentées…

— Enchantée Lluìev ! Quant à moi, on me nomme Hel Danaïs, mais Hel ou Dana suffira amplement dans notre cas.

La Nocsys répondit seulement par un signe de tête accompagné d’un sourire.
Hel commença alors à vêtir sa robe et Lluìev s’empressa d’aller derrière le paravent en prenant la sienne au passage. Elle n’eut aucun mal à l’enfiler, le vêtement n’étant pas très complexe. Elle sortit alors timidement au milieu de la pièce, et fut frappée par le faste et la magnificence de la robe de la Darowen. Beaucoup trop d’apparats raffinés à son goût, mais ce luxe seyait parfaitement à Hel.
Elles allèrent ensuite choisir leurs parures : Lluìev choisit seulement une paire de boucles d’oreilles, composées d’une petite pierre sphérique noire supportant trois fines chaînes d’un métal de la même couleur, d’une dizaine de centimètres de long. Elle prit ensuite un masque mauve sans fioritures pendant que l’Injuriée (à son grand dam) défaisait sa tresse pour recoiffer ses cheveux en un chignon haut et torsadé, laissant de fines mèches venir caresser son visage et son cou.

La séance de préparation terminée, Lluìev suivit son hôte dans l'escalier jusqu'au lieu du bal. La pièce était immense, pleine de monde, et cela n'était pas pour rassurer la jeune femme. Malgré son embarras, elle parvint à afficher, derrière son masque, une expression sinon assurée impassible : elle avait fait cela toute sa vie...
Elles arrivèrent devant celui qui se révéla être le père de Hel, accompagné par un noble que Lluìev ne connaissait pas. Les deux jeunes femmes durent s'incliner devant les seigneurs, la Nocsys copiant parfaitement la révérence de son hôte. Puis l'inconnu engagea la conversation. Elle écouta poliment.

— Est-ce vrai que vous avez préparé le carrousel qui va se dérouler dans quelques instants ?

— Oui, c’est bien moi ! En votre honneur Sire.

"C'était donc ça ce qu'elle avait à faire avant ce soir..."

Et si le carrousel était en l'honneur du "Sire", celui-ci ne pouvait être que l'organisateur du bal : le seigneur Krysta.
Arriva alors le moment des présentations. Hel eut la sage initiative de lui donner un faux nom, qui de surcroît plaisait beaucoup à Lluìev. Ombrelune... Elle adorait.
Les deux hommes partirent, et la Darowen s'enquit de l'état de son invitée.

— Je vais très bien, merci.

Lluìev préférait ne pas lui dire que cette foule de gens distingués l'oppressait. Ce n'était pas comme dans la rue où personne ne faisait attention à vous : ici les regards critiques analysaient tous les personnages présents dans la pièce, elle le savait, le voyait et le sentait. Mais elle ne voulait absolument pas se montrer faible face à l'Injuriée et même à tous les autres ; elle l'avait déjà fait une fois plus tôt dans la journée, et cela suffisait amplement. Aussi semblait-elle parfaitement dans son élément aux yeux de tous, mais gardant un œil sur toutes les personnes présentes, méfiante. Elle était une étrangère ici, elle se devait donc de ne faire confiance à personne.
Hel eut alors l'air horrifiée. Lluìev suivit son regard, et tomba sur une personne qu'elle enregistra aussitôt comme un ennemi. Ses yeux rouges, son assurance ténébreuse et ses vêtements rouges et noirs ne lui inspiraient rien de bon. Elle décida de le surveiller de près. D'autant plus que la Darowen était perturbée. Elle l'entraîna vivement vers un balcon en s'excusant.

— Je n'ai rien à te reprocher... Mais peux-tu me dire qui est cet homme ? Je préférerais le savoir.


Dernière édition par Lluìev Khridd le Dim 4 Oct - 8:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eden Cirenster

avatar

Masculin

Messages : 351
Age : 28
Phantom

Parchemin Administratif
Profession: Tueur à gages
Notoriété:
200/200  (200/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Dim 20 Sep - 14:58

La réponse à sa question ne fut pourtant pas ce qu’il attendait.

-Je ne sais pas quoi penser. Cet endroit est un symbole dans tout Hedêlhind et les gens du peuple n’y viennent jamais. Je me sens perdu ici, et avec tous ces évènements d’un coup.

Eden n’esquissa aucune réaction à la réponse du méthamorphe, cependant il commençait à se demander si ce dernier était dénué de la moindre intelligence ou méfiance. Il ne connaissait pas beaucoup de personnes qui auraient suivis un inconnu en pleine nuit, sur une telle distance. Et surtout sans demander la moindre explication. Il détacha les yeux du métarmophe regardant la salle se vider. Apparemment un magnifique défilé devait avoir lieu.

* Je vais sans doute pouvoir agir.*

Il se redressa et tourna le dos à son compagnon afin de chercher Krista. Quand enfin, son compagnon sembla enfin se décider à lui poser la question qu’il aurait du poser depuis le début de ces péripéties. La voix du jeune toruhal était légèrement plus forte et déterminée que ces réponses ultérieures.

-Expliquez moi, pourquoi m’avez-vous amené ici ?

*Voilà c’était pas si compliquer à dire si ?*

Le Darowen se retourna lentement, son masque toujours placé sur son visage. Ses yeux rouges vifs braqués sur le jeune félin. Un sourire arrogant flottant sur son visage masqué.

- Et bien, je me demandais si tu allais enfin me poser cette question. Tu es un peu long à la détente tu sais.

Il s’approcha du toruhal ne laissant que quelques centimètres entre leurs deux visages. Puis après avoir pris une longue inspiration, se lança.

- J’ai voulu que tu m’accompagnes dans l’unique but que tu me serves de témoin. Oh ? Tu te demandes quel genre de témoin ? Le témoin qui me donnera un alibi parfait pour le meurtre qui va se dérouler ce soir. Il y a une personne qui ne sortira pas vivant de cette pièce ce soir.

Une fois son discourt terminé, il laissa place à un grand silence, regardant toujours son compagnons dans les yeux de manière tout à fait insondable. Puis il finit par laisser entendre un léger ricanement de satisfaction.

- Cela fait longtemps que je ne m’étais pas autant amusé à faire ce genre de blague.

Il s’écarta du métamorphe lui tournant le dos. Il fit quelques pas en avant puis s’arrêta de nouveau.

- Laissons notre humour noir de coté. Il n’y a pas de raison valable pour ta venue ici. En fait je voulais éviter que les gardes s’acharnent sur toi. Après tout c’est le devoir d’un chevalier de dissiper les malentendus pour laisser place à la vérité. Je te laisse à présent, je vais devoir saluer Sir Krista, c’est aussi le devoir d’un chevalier que de montrer son soutient à son seigneur.

* Quel piètre chevalier je fais…*

Il repartit, se perdant dans la foule. Marchant en direction de sa cible, Sir Krista. Mais une chose étourna son attention. Deux nobles se trouvant proches de lui parlaient de l’organisatrice du magnifique défilé qui se déroulait dans la cour. Et son esprit ne fit qu’un tour lorsqu’il entendit son nom : Hel Thorenwald. Cette demoiselle était la fille de son ancien élève qu’était son père et de Fanélia. La dernière fois qu’il l’avait vu il s’était amusé à la faire tourner en bourrique. Que de bons souvenirs. Perdu dans ces pensées, il ne vit pas arrivé ce
qui arriva.

Krista se tenait devant lui, accompagné du célèbre Orféus. Les ailes déployées, le fameux chef de division regardait dans sa direction. Un grand sourire à la lèvre il s’approcha d’Eden et l’attrapa dans ses bras, avec une étreinte colossale. Après quelques secondes il le relâcha enfin. Il étaient tous les deux devant une grande baie vitrée qui donnait lieu sur tout le défiler qui paradait avec grâce. Les ailes du Chef de division était imposante ce qui rajoutait de la prestance à ce charismatique Darowen qui a vu passé des décennies devant lui.

- Je ne savais pas que tu étais toujours en vie Eden. Quel bon vent t’amène ?

Eden se redressa tant bien que mal, enlevant son masque. Laissant apparaître son habituelle apparence arrogante. Il repris son souffle et se méfia d'une autre action possible de la part de son ancien disciple. Il pourrait ne pas s'en relever la prochaine fois.

- Encore deux secondes supplémentaires et je me serai fait guider dans les limbes par Eléandre. Et si je suis ici c’est par invitation de Sir Krista.

Il s’écarta de Orféus, se pressentant le poing serré en direction de Krista. Il lui tendit cette même main qu’il ouvrit progressivement pour saluer Le sir Krista. Celui-ci lui tendit la sienne et avec un léger sourire, ils se serrèrent la main. Puis il partit tout aussi tôt en direction du défilé laissant Orféus et Eden seuls.

- Je dois rejoindre Fanélia, tu devrais venir la saluer aussi, cela fait longtemps qu’elle ne t’a point vu.

-Je le ferai avec plaisir. Mais j’ai entendu dire que ta fille organisait le défilé ? J’aimerai aller lui parler tu sais ou elle est.

Orféus lui indiqua le balcon un peu plus loin sur sa gauche et lui attrapa l’épaule. Il avait une expression amicale et pourtant si sérieuse sur le visage. Il commença à prendre un ton grave comme si la situation pouvait devenir horrible.

- Essaie de ne pas trop la taquiner, son caractère ressemble de plus en plus à celui de ma femme des fois.

* Si Fanélia t’avait-entendu tu serais mort, tu le sais ça ?*

Il partit à la recherche de son épouse qui attendait que le spectacle de sa fille se termine. Elle n'avait nullement l'intention de le voir et encore moins d'en parler. Elle était sur un divan non loin de là ou se situait son mari. Lorsqu'alors Orféus l'eut retrouvé il semble qu'elle n'est pas perdu un seul mot de ce que son mari avait pu dire à son sujet. Mais même si on plaint ce pauvre homme qui va finir par se faire fouetter à mort, Eden se détacha d'un groupe de noble qui traversait la salle afin de se rendre dans la direction opposé des parents De Hel, sur le balcon le plus à l'ouest de la salle.

* Bien, selon mes estimations, Krista n’a plus que quatre heures à vivres…*

Une fois arrivé près du balcon, il découvrit deux jeunes filles qui sortaient du lot. Une Darowen et une Nocsys. Il approcha doucement des deux jeunes filles, laissant une vingtaine de centimètres entre eux. Il appréciait les formes et les teintes de la robe de soirée des jeunes filles et se voyait déçu de ne pas pouvoir regarder le front de leurs habits. Mais très vite repris la situation bien en main.

- Ce spectacle m’a l’air d’être prometteur, vous ne trouvez pas Demoiselles ?

Revenir en haut Aller en bas
Hel Thorenwald

avatar

Féminin

Messages : 1139
Localisation : Secret défense ♥
Age : 25
Dame

Parchemin Administratif
Profession: Dresseuse de chevaux
Notoriété:
5/200  (5/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Dim 20 Sep - 17:37

Lluìev interrogea très rapidement Hel Dana, juste après que les cloches eurent fini de tinter :

‘’- Je n'ai rien à te reprocher... Mais peux-tu me dire qui est cet homme ? Je préférerais le savoir.’’

Dans un état quasi second, yeux dans le vague et mine encore plus sombre, la jeune Daro répondit d’une voix faible à moitié volontaire :

‘’- Cet homme s’appelle Eden Cirenster et il est un ami de ma famille depuis très longtemps. C’est un garçon assez sombre, qui a vécu auprès de l’elfe Eléandre. Il a toujours été dans l’Armée à ce que je sache et est devenu rapidement un chevalier plutôt célèbre à l’époque de l’Anté-Cercle. Je pensais qu’il était mort en même temps qu’Eléandre car il a disparu il y a trente ans. Je ne l’avais jamais revu depuis et j’ai beaucoup pleuré sur son sort, comme sur celui de ma Nourrice et de Théophane.’’

Ces souvenirs douloureux lui arrachèrent un soupir de créature mourante. Son regard glissa sur celui de sa compagne pour s’y accrocher enfin.

‘’- Eden m’embêtait tout le temps quand j’étais enfant, et je ne supportais pas son aura ténébreuse. Il était ma seule connaissance qui maîtrisait cet élément et c’est pour ça que malgré tout, je l’admirais. C’est comme ça que j’ai fini par m’attacher secrètement à lui. A l’adolescence, vers mes 25-30ans, je me suis rendu compte de mes sentiments pour lui. Pourtant je côtoyais beaucoup d’autres hommes à la caserne quand je m’entrainais avec mon père, ou au beffroi lors des multiples soirées de la Noblesse. Alors vois-tu, quand j’ai vu qu’il était vivant, ça m’a fait un sacré choc, même si je n’avais jamais vraiment fait le deuil de lui. Contrairement à celui d’Alice, ma seconde mère, ou notre bien-aimé Gouverneur que je vénérais et adore toujours autant. Ce qui me fait bizarre, c’est que les choses ont bien changé depuis, alors s’il me reconnait, je n’ose imaginer quelle seront les conséquences. Je crains cela. Or, je suis toute aussi chamboulée que fâchée, je crois que je serais prête à le pourfendre s’il nous approchait. Mais ne t’inquiète pas, nous pouvons tout de même nous éterniser, il ne me reconnaitra jamais. ‘’

Surtout avec un masque…

En dessous, les chevaux commencèrent à défiler deux par deux, marchant avec panache et splendeur, tels des conquérants.

Edmund, si tu ne te redresses pas, ta jument va ralentir…


Accaparée par ses chevaux et leurs cavaliers, elle observait d’un œil critique la moindre erreur. Les chevaux furent mis en ligne, toujours à la même vitesse. Pas un ne dépassait les autres, tous étaient en harmonie totale. La chorégraphie était suivie au pied de la lettre, la journée n’avait pas été vaine.
Tout commençait bien.
Elle posa une main sur le bras de la Nocturne et de l’autre désigna un étalon gris.

‘’- Regarde Lluìev ! Le cheval en première position tout à droite m’appartient. Son nom devrait te plaire, je l’ai appelé Sombrargent. Pff, il est absolument magnifique… Je t’emmènerai le voir de plus prêt, un jour, si tu le veux bien.’’

Dévorant des yeux son cher destrier, elle ne se rendit pas vraiment compte que cela lui permettait d’oublier sa rencontre imprévue. Malheureusement pour Hel, un certain Injurié la rappela à l’ordre.

‘’- Ce spectacle m’a l’air d’être prometteur, vous ne trouvez pas Demoiselles ?’’

Son sang se glaça, pour se mettre à bouillir une seconde plus tard.

Du calme, jouons les inconnues. Il ne peut me reconnaitre, je n’ai même pas mes ailes uniques dans mon dos. Tant que je ne dis pas mon nom…

Dans un froissement de tissu, la fille Thorenwald se retourna pour faire front… Avec un beau sourire innocemment suspendu à ses lèvres. Reconnaitrait-il son timbre de voix ?

‘’ – Il n’en a pas que l’air, croyez-moi… Regardez ça ! Coordination parfaite et cavaliers confirmés ce me semble. C'est vraiment très bien orchestré.. ‘’

Sa voix se cassa légèrement à la fin de sa phrase, alors que son regard le fuyait. Elle se reprit, en touchant légèrement la peau de Lluìev pour reprendre confiance et espérant qu’elle intervienne. Perturbé, son regard topaze fini par s’arrêter dans celui, incandescent, de son interlocuteur.

Je ne vais pas tenir son regard très longtemps…

Sa lumière l’avait quittée complètement, alors que son pouls ne cessait de battre violemment dans ses tempes jusque dans le bout de ses doigts gantés. La damoiselle n’affichait plus aucune expression. Mais l‘intérieur de son corps, et son âme, criaient. Quant à son souffle il restait inaudible, affichant une fausse sérénité. Qui n’y croirait pas ?

Revenir en haut Aller en bas
Thorstein Hodeghien

avatar

Masculin

Messages : 59
Age : 28
Citadin

Parchemin Administratif
Profession: Brasseur
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Mar 22 Sep - 21:18

Son interlocuteur lui répondit avec son sourire orgueilleux :

- Et bien, je me demandais si tu allais enfin me poser cette question. Tu es un peu long à la détente tu sais.

Il s’approcha de son visage si près que Thorstein pouvait sentir sa respiration, c’est alors qu’il lui dit, le fixant droit dans les yeux, inexpressif :

- J’ai voulu que tu m’accompagnes dans l’unique but que tu me serves de témoin. Oh ? Tu te demandes quel genre de témoin ? Le témoin qui me donnera un alibi parfait pour le meurtre qui va se dérouler ce soir. Il y a une personne qui ne sortira pas vivant de cette pièce ce soir.

Les pensées du Thorual s’emballèrent, il reçut un choc, un meurtre en ce lieu c’était impossible ! Mais qu’elles étaient les autres raisons plausibles à sa présence ?

Alors ce soi disant chevalier est un tueur en mission ?

Il devait y avoir un moyen d’éviter ce meurtre, ou du moins empêcher cet individu de s’en sortir grâce à lui.

C’est alors qu’un rictus s’éleva de la gorge du Darowen.

Comment cela peut-il te faire rire ?

Celui-ci ajouta, avant d’abandonner de nouveau son invité :

- Cela fait longtemps que je ne m’étais pas autant amusé à faire ce genre de blague.

Et ça t’amuse ?

A peine eut-il fait quelques pas qu’il se retournait

- Laissons notre humour noir de coté. Il n’y a pas de raison valable pour ta venue ici. En fait je voulais éviter que les gardes s’acharnent sur toi. Après tout c’est le devoir d’un chevalier de dissiper les malentendus pour laisser place à la vérité. Je te laisse à présent, je vais devoir saluer Sir Krista, c’est aussi le devoir d’un chevalier que de montrer son soutient à son seigneur.

Ainsi il l’aurait amené simplement pour lui éviter des problèmes ? Il est vrai que la situation aurait put être délicate avec les gardes, néanmoins il aurait put se défaire de lui dans une ruelle sur le chemin, ce qui laissait supposer une autre raison à sa présence comme l’humilier ou… en faire un témoin ? Thorstein se devait d’être redevable envers ce type mais il y avait une profonde antipathie qui naissait contre lui, ne sachant si cette histoire de meurtre était vraie ou non. S’il ne savait pas si bien se contrôler il se serait certainement jeté sur lui, tous crocs sortis, avant de se faire enfermer par les gardes présents. Alors qu’il regardait la silhouette rouge disparaitre dans la foule sa langue fit un bref passage sur ses canines acérées, il était furieux mais restait toutefois calme dans son attitude.

La salle s’était vidée de ses convives, le métamorphe se décida à aller voir ce pourquoi ils étaient réunis sur ces balcons, allant à l’opposé du chevalier, bien décidé à éviter de le voir pendant un moment. Il s’arrêta dès qu’il vit le défilé qui se passait en contrebas, la coordination des cavaliers était parfaite, pas un ne dépassait l’autre. Il pensa alors que les personnes qui avaient mis au point cette représentation devaient être exceptionnellement douées. Dans son enfance il avait déjà vu des préparations de défilés et aucun n’arrivait à la cheville de celui-ci. Il restait ébahi devant une telle performance, se perdant dans les méandres de sa mémoire dans le même temps.
Revenir en haut Aller en bas
Lluìev Khridd

avatar

Féminin

Messages : 97
Age : 24
Dame

Parchemin Administratif
Profession: Calligraphe
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Sam 26 Sep - 18:06

Lluìev écouta avec attention l'histoire de Hel. Elle se dit que le chevalier avait dû beaucoup changer car elle pensait bien qu'il n'inspirait pas autant la crainte du temps où il était ami de ses parents, et du temps où la Thorenwald était tombée amoureuse de lui... Et cette dernière information la fit grimacer. Cela compliquait les choses... Et expliquait l'attitude de la Darowen.

Le carrousel commença, et elle se concentra totalement sur son spectacle, s'exaltant devant son cheval en le montrant à la Nocsys. Celle-ci ne répondit pas mais le regardait poliment pour ne pas vexer son hôte. Elle n'appréciait pas particulièrement ces animaux... Voyant que Hel était accaparée par le défilé, elle se retourna pour jeter un coup d'œil à la salle du bal qui était pratiquement vide. Pratiquement, bien sûr... Car le dénommé Eden Cirenster marchait dans leur direction.
Lluìev le regarda d'un air mauvais. Elle était sûre qu'il n'était pas venu ici avec de bonnes intentions. Elle se contenta donc de le fixer, tout en avertissant sa camarade d'un coup de coude. Cette dernière fit volte-face au moment où une voix ténébreuse sortait de la bouche de l'injurié.

— Ce spectacle m’a l’air d’être prometteur, vous ne trouvez pas demoiselles ?

Hel s'était composé un visage souriant, au grand étonnement de Lluìev qui ne s'attendait pas à ce qu'elle garde son calme après son agitation extrême quelques minutes auparavant. La Thorenwald joua le jeu de leur interlocuteur, lui répondant joyeusement. Mais la Nocsys percevait son trouble, et savait qu'elle devait lui venir en aide au contact de leurs peaux. Hel ne tiendrait pas longtemps...
Adoptant son ton si particulièrement neutre qu'elle utilisait à la perfection, Lluìev dit alors :

— Je vous prie de nous excuser, mais nous ne pouvons nous éterniser ici plus longtemps. Nous avions rendez-vous avec quelqu'un, et celui-ci doit nous attendre. Ce fut un plaisir...

"Quel énorme mensonge."

Elle fit une légère révérence et entraîna la Darowen à l'intérieur du bâtiment. Elle s'arrêta un bref instant, comme si elle cherchait la personne qui les attendait, puis avisa un jeune homme accoudé à un balcon vide. Idéal. Elle alla d'un pas décidé à sa rencontre, et arrivée à son côté, quand il se fut tourné vers elle, elle afficha du mieux qu'elle put un visage amical.

— Bonjour ! Navrées de vous avoir fait attendre...

Puis d'une voix beaucoup plus basse qu'eux trois seuls pouvaient entendre, en articulant le moins possible :

— Faites comme si nous nous étions donnés rendez-vous ici, je vous en supplie...


Dernière édition par Lluìev Khridd le Dim 4 Oct - 8:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eden Cirenster

avatar

Masculin

Messages : 351
Age : 28
Phantom

Parchemin Administratif
Profession: Tueur à gages
Notoriété:
200/200  (200/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Dim 27 Sep - 12:39

La jeune demoiselle tout de bleu vêtue fit volte face avec une grâce et une élégance qui lui allait à merveilles. Et c’est avec un sourire radieux et une voix cristalline qu’elle lui adressa sa réponse, toute aussi chaleureuse et rapide qu’un faisceau laser.

‘’ – Il n’en a pas que l’air, croyez-moi… Regardez ça ! Coordination parfaite et cavaliers confirmés ce me semble. C'est vraiment très bien orchestré. ‘’


La fin de sa voix semblait cassée. Comme si les évènements qui se déroulaient devant elle, dépassaient cette attitude de neutralité qu’elle essayait de garder. Le regard d’Eden resta concentré sur la jeune Darowen. Laissant apparaître sur son visage un léger sourire nostalgique sur Hel.

*Trente ans...*


Pensait-il. Cela faisait trente longues années qu’il n’avait pas revu la jeune fille qui passait son temps à courir dans les grands pâturages et à s’occuper de tout son cœur de ses cheveux. Malgré le temps, elle n’avait pourtant rien perdu de son charme, sa beauté infantile faisait à présent place à une magnifique jeune femme. Ses grands yeux bleus, exprimaient toute la personnalité d’Hel. Calme, tout comme l’océan on se sentait en paix et heureux de dériver jamais auprès de d’elle. Mais il suffit de peu pour passer du calme à la tempête, laissant place à des colères aussi puissantes que des vagues déchaînées et entraînant le pauvre être, perdu dans ces yeux, au fin des plus profonds abysses. Oui, ainsi était-elle. Le visage rayonnant, il étouffa un soupire avant de passer sa main sur son visage pour y chasser les quelques cheveux qui lui obscurcissait la vue.

- Je…

Sa voix ne sortait pas. Quoi de plus normal il faut dire. Que pouvait-il dire ? Après trente ans d’absences et s’être fait passé pour mort à plusieurs reprises, comment pouvait-il encore prétendre à se trouver des excuses auprès d’elle. Ce sentiment de culpabilité qui commençait à naître en lui, était à la fois doux et désagréable. Et lui-même avait du mal à y mettre une quelconque conclusion.

* Il semblerait que je sois en manque de mots…. Pathétique.*


Son visage changea légèrement laissant place à un visage déconcerté voir même une tristesse dissimulée. Mais c’était ainsi et il n’y avait pas à revenir sur les choix qu’il avait fait dans le passé. Il replaça son masque blanc sur le visage et par la même occasion la façade qu’il jouait en présence des différents invités de la soirée.

- Certes mais on ne pouvait pas attendre moins que ça de la part de la jeune dame Thorenwald n’est-ce pas ?


Sans bougé le moindres muscles, Il continua d’observer le spectacle qui se déroulait dans la grande court du Beffroi, ne voulant pas quitter cet endroit, aucune des personnes se mouvaient ou même lancèrent un sujet de discussion. Cependant la situation se défigea presque aussi rapidement qu’il était resté auprès des deux jeunes femmes.

La compagne de miss Thorenwald, prit la parole tout aussi brusquement que violemment.

— Je vous prie de nous excuser, mais nous ne pouvons nous éterniser ici plus longtemps. Nous avions rendez-vous avec quelqu'un, et celui-ci doit nous attendre. Ce fut un plaisir...

* Un plaisir ? Elle ferait une piètre actrice.*

Elle attrapa la main de son amie et voulu s’éclipser après avoir fait une piètre révérence à l’intention de notre protagoniste. Dans ce même laps de temps, Eden observa rapidement la demoiselle. De toute évidence c’était une Nocsys, jusque là rien d’extraordinaire, tout comme lui elle était empreinte du sceau des ténèbres. Elle était jeune, malgré la fait qu’il ne pouvait voir entièrement son visage, il lui donnerait la vingtaine. De taille moyenne elle était comme la plupart de ses semblables peu intéressante. Sans s’en soucier d’avantage, il répondu par une brève révérence puis les regarda s'éloigné toutes les deux. Elles étaient parties en direction du jeune Toruhal qui traînait sur un balcon vide en face de lui.

* Et bien, on dirait que mon jeune ami aura l’occasion de profiter des festivités, un tant soit peu finalement.*

Il s’appuie sur le rebord du balcon, chassant toutes pensées sur Hel et le comportement plutôt bizarre de sa compagne. Il ferma les yeux un bref instant afin de se concentrer sur son contrat actuel. Krista, cet homme était actuellement au centre de l’attention de la soirée, après tout en étant l’organisateur, il se devait de faire bonne impression et de se faire remarquer des différentes grandes maisons d’Henêgbald. Si il continuait d’attendre une ouverture, il n’aurait pas d’occasion favorable à sa disparition. Il ne lui restait plus qu’à…

* Provoquer une ouverture. Les festivités n’ont commencé que depuis une heure environ et la plupart des invités restent encore plutôt attentif à ce qui se passe.*

Alors qu’il était concentré sur son contrat, il sentit une présence derrière lui, Eden était un peu surpris, il avait relâché son attention par deux fois dans cette soirée, pourtant il se retourna calmement tournant la tête en direction de son invité surprise. Il restait prudent sa main gauche caressant légèrement son arme. Puis il l’aperçut: Orféus Thorenwald. Il s’avança rapidement vers lui, portant dans chaque main une coupe d’un excellent rouge en provenance de Mâelig. Eden soupira une nouvelle fois, avant de prendre le verre que lui tendait son vieil ami. Il était apaisé après tout il ne pouvait pas agir dans immédiat, qu’est-ce qui l’empêchait de renouer avec un compagnon d’armes.

Le puissant Darowen, se plaça non loin de lui. Tenant son verre à demi vide dans sa main droite, alors que sa main gauche était posée sur le rebord du balcon. Les yeux levaient vers le ciel en direction de l’astre d’argent. Orféus commença alors à parler. Sa voix n’avait rien de joviale, mais après tout le sujet qu’il entamait n’avait rien de réjouissant.

- Toujours aucune information sur son emplacement ?

A ces mots, Eden retira son masque, baissant légèrement la tête, ses cheveux blancs cachaient ses yeux flamboyants. Il souriait pourtant, comme à son habitude il affichait ce triste sourire insatisfait qui laissait entrevoir sa déception.

- Non, toujours pas. Mais d’un coté c’est rassurant. On sait au moins qu’il n’a pas l’intention d’agir dans les mois qui viennent.

- Tu as toujours l’intention de continuer à le chercher par cette voie ?

Le visage d’Eden se durcit, et le ton de sa voix devint légèrement agacé.

- Orféus! Je suis ce que je suis, c’est tout.

- Pourtant, tu ne sembles pas avoir tant changé que ça. Tu n’es pas le mal que tu crois être tu sais. Même si je n’approuve en rien tes méthodes.


- Je ne suis pas bon pour autant. Je ne me cache pas derrière ces actions, tu le sais très bien. Et Fanélia aussi.

Sur ces mots, la situation stagna, aucun des deux ne désiraient continuer cette discussion. Alors ils restaient là, mués, immobiles, laissant le temps passé inexorablement alors que les festivités continuaient de se dérouler sans eux.



Dernière édition par Eden Cirenster le Dim 24 Jan - 0:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hel Thorenwald

avatar

Féminin

Messages : 1139
Localisation : Secret défense ♥
Age : 25
Dame

Parchemin Administratif
Profession: Dresseuse de chevaux
Notoriété:
5/200  (5/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Dim 27 Sep - 15:23

Et il l’observait, pensif. Un léger sourire se dessina sur son fin visage qui devenait de plus en plus rayonnant, alors que tout le corps de la jeune fille se tendait progressivement. Lui, étouffa un soupir, elle, se mordit la lèvre, son masque ne cachant que son front, ses pommettes et l’arête de son nez.

Flûte ! Je suis en train de me trahir.

La bouche parfaite de ce chevalier qu’elle aimait tant s’entrouvrit, laissant échapper sa voix de velours, pour un unique son :

‘’ - Je…’’

Cette gêne et la suspension de cette phrase étonna Hel, qui haussa légèrement ses sourcils bleus si étranges. Elle attendait la suite, figée telle une statue de granit, la main gauche accrochée à son coude droit.

Non ! Pourquoi cette soudaine timidité ? Il aurait réellement reconnu ma voix ?

Son air déconcerté fendit le cœur de notre pauvre Injuriée, dont les épaules s’affaissèrent un peu. Eden remit son masque blanc, à peine plus clair que sa peau d’immortel. Ce simple geste sembla lui avoir rendu la parole :

‘’- Certes mais on ne pouvait pas attendre moins que ça de la part de la jeune dame Thorenwald n’est-ce pas ? ‘’


La célèbre dresseuse failli bien baisser la tête, mais continua de soutenir son regard, restant sans voix. Elle était partagée. Avait-il vraiment deviné son identité ? Elle avait reculé de quelques centimètres, le milieu de son dos nu touchant la pierre froide du balcon du Beffroi. Le frisson lui remonta jusqu’à la nuque et sa main raffermit son emprise sur son bras. Le ténébreux Cirenster coupa le lien qui unissait leurs regards pour observer le spectacle un peu plus bas, par-dessus son épaule. Malgré sa taille, il avait dû s’avancer un peu pour embrasser la carrière des yeux. Le silence devint pesant pour Hel, mais toute la scène n’avait duré qu’à peine 30 secondes. Que devait-elle lui dire ? Elle ne s'y était pas préparée et était horrifiée à l'idée de ses possibles réactions.

Je ne me maîtrise presque plus.

Lluìev intervint enfin, et au bon moment.

‘’- Je vous prie de nous excuser, mais nous ne pouvons nous éterniser ici plus longtemps. Nous avions rendez-vous avec quelqu'un, et celui-ci doit nous attendre. Ce fut un plaisir...’’

Prenant la main de sa compagne, qui ne se sentait pas très bien, elle l’entraina sans autre forme de procès vers l’intérieur magnifique de la salle. Les prunelles bleu saphir de la jeune Darowen ne quittèrent la silhouette du revenant que le plus tard possible pour s’en détacher avec une pointe de regret. Hel était perdue.

Le temps reprit son cours normal, et les battements de son cœur aussi. A peine avait-elle repris possession de son corps qu’il était déjà trop tard. La nocturne venait d’interpeller le complice d’Eden.
Stupéfaite, elle n’eut pourtant aucune réaction.

‘’- Bonjour ! Navrées de vous avoir fait attendre... ‘’

Elle avait parlé avec force et clarté, pour continuer, à voix basse :

‘’- Faites comme si nous nous étions donné rendez-vous ici, je vous en supplie... ‘’

Par tous les dieux quelle infortune !

Lâchant la main de son amie, elle se tourna vers Thorstein, jouant le jeu :

‘’ – Bonsoir très cher ! J’espère que nous ne vous dérangeons pas dans vos réflexions ? ‘’

La damoiselle avait vraiment le don pour passer du coq à l’âne… Elle réfléchit à son tour, faisant le point sur sa situation.

Bien, nous voilà dans de beaux draps ! Admettons qu’Eden ne m’ait pas reconnue, il ne vaudrait mieux pas rester avec son ami. Maintenant, s’il m’a reconnue ? Pour le savoir, il faudrait rester avec ce galant, qui lui ne me connait sans doute pas. Ainsi je pourrais me confronter assez rapidement à Eden, sans perdre mes moyens... Il faut que je lui parle mais mon état d’esprit actuel ne me le permet pas. Restons donc auprès de lui, en attendant la suite des évènements. Ah ! Je m'embrouille. Donnez moi du temps, que je respire

En bas, le carrousel venait de se terminer. Pour le plus grand malheur de la pauvre dresseuse. Tout d’abord les applaudissements mesurés de la Noblesse éclatèrent. Puis, elle comprit que certains allaient la retrouver pour lui transmettre des applaudissements. Il fallait qu’elle bouge immédiatement afin de ne pas être reconnue tout de suite et dérangée dans le chaos de ses pensées. Quitter le bal ?

Non, si je fais cela, je n’aurais aucune chance de savoir ce qu’il en est d’Eden. S’il m’échappait pour trente années encore ? Quoique là, je pourrais encore tenter de le retrouver. Il faut que je puisse réfléchir encore un peu, mais tout se bouscule dans ma tête!

Des voix tout autour du trio évoquaient son nom. Et beaucoup ici savaient qui elle était.

J’aurais du attacher mes cheveux ! Ils vont me reconnaitre ! Masque ou non… Toute l’attention va être portée sur moi ! Je n’aurais plus le temps de mettre de l’ordre dans mes pensées et cela risquerait de faire faire des erreurs. Pourquoi n’arrive-je donc pas à réagir comme il se doit ? il faut que je semble occupée.

Sa nervosité reprit le dessus chaperonnée d’une idée maîtresse : Gagner du temps.
Elle se saisit avec vivacité de la main de cet inconnu aux beaux yeux verts et l’entraîna en deux temps trois mouvements vers le milieu de la salle.

‘’- Vous dansez, Seigneur ? ’’

Son regard emplit de détresse et d'anxiété l’appelait à l’aide mieux qu’aucune voix n’aurait pu le faire. Sa main gantée tenant encore celle du Toruhal, insistante. Là, parmi les autres danseurs concentrés dans une danse endiablée à peine débutée, elle aurait un répit inespéré. Sauf si son cavalier ne l’y aidait pas de toutes les manières possibles.

Maudite impulsivité... Faites que Lluìev puisse se débrouiller quelques minutes...

Revenir en haut Aller en bas
Thorstein Hodeghien

avatar

Masculin

Messages : 59
Age : 28
Citadin

Parchemin Administratif
Profession: Brasseur
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Mar 29 Sep - 19:37

Repenser au temps où il allait voir l’entrainement des gardes et apprendre le maniement des armes permis à Thorstein de se calmer. A cette époque l’épée était un jeu, pas un moyen de donner la mort, cette utilité ne lui apparut qu’en vieillissant. Les gardes paraissaient gentils, forts, incorruptibles et justes mais le temps avait changé cette glorieuse image de la garde alors vue par ses yeux d’enfants. Au cours de ses escapades nocturnes il avait pu voir le sang sur les armes, et à quoi servait ce qu’il avait appris. Ces souvenirs et l’air nocturne l’apaisèrent. Des bruits de pas venaient dans sa direction.

Te revoilà donc ?

Il se retourna s’attendant à voir la silhouette rouge qui l’avait amenée ici mais ce n’était pas le chevalier qui approchait. Il n’avait pas eu le temps de se remettre de sa surprise que l’une des deux arrivantes parla :

- Bonjour ! Navrées de vous avoir fait attendre...

Le Thorual était face à une Nocsys à peau noire, vêtu d’une robe d’un violet sombre, emmenant une injuriée portant une robe bleue, semblant être dans un état second. Son ébahissement devait être visible car la Nocsys s’empressa d’ajouter à voix basse, audible seulement par lui :

- Faites comme si nous nous étions donné rendez-vous ici, je vous en supplie...

Elles venaient de la direction d’où se trouvait le Darowen, aurait-ce un rapport ? Mais déjà Hel semblait avoir recouvré ses esprits car elle s’adressa à lui :

– Bonsoir très cher ! J’espère que nous ne vous dérangeons pas dans vos réflexions ?

Thorstein continua dans leur jeu, espérant rapidement connaître la raison de leur comportement, se disant que la soirée était vraiment remplie d’imprévus.

- Ce n’est rien ne vous en faites pas.

Parlant d’une voix assez forte et naturelle, tel que s’il les avait réellement attendues. Mais à peine avait-il émis ces paroles qu’elle prit sa main et enchaina, avec un regard implorant :

- Vous dansez, Seigneur ?

Il sentit alors son estomac se nouer, certes il avait appris à danser mais cela datait de plusieurs années et jamais il n’avait eu l’occasion de le faire dans un endroit contenant autant de monde. Malgré qu’il ait pu observer les danseurs avant le défilé, le fait d’être entouré de nobles ne le mettait pas à son aise. Mais comment résister à la détresse de ce regard ? Il céda sachant qu’il ne pourrait que s’en vouloir s’il refusait, et c’est avec la voix qu’il avait précédemment utilisée, calquant son intensité sur celle de la voix de l’injuriée qu’il répondit :

- Mais avec plaisir.


Il se laissa entrainer au milieu des danseurs qui reprenaient le bal, essayant de faire de son mieux pour paraitre à l’aise. Les pas de danse lui revinrent rapidement, se laissant guider par Hel. Cela faisait partie de ses choses que l’on n’oublie jamais vraiment. Son agilité féline lui permettant de contrer les incorrections de ses mouvements, il donnait ainsi une allure similaire à celle des autres danseurs bien que sa cavalière devait certainement se rendre compte qu’il était un danseur moyen.

Toutefois il se demandait quelle était la raison de tels agissements. Il glissa donc discrètement d’une voix perceptible uniquement par l’injuriée :

- Que vous arrive t-il pour que vous ayez l’air aussi tendues ?
Revenir en haut Aller en bas
Lluìev Khridd

avatar

Féminin

Messages : 97
Age : 24
Dame

Parchemin Administratif
Profession: Calligraphe
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Mer 30 Sep - 12:50

Le Toruhal, au pus grand soulagement de Lluìev, joua le jeu et leur répondit comme s’ils se connaissaient déjà. Hel, elle, avait repris son assurance au moins apparente et s’était empressée de l’inviter à danser, pendant que le carrousel se terminait. Il accepta, et tous deux partirent sur la piste au milieu des autres danseurs. La Nocsys les regarda s’éloigner, s’adossant au mur en croisant les bras. Cette solitude lui faisait du bien, elle était un peu perdue au milieu de tout cela.

En observant les deux partenaires, elle tenta de trouver la raison de cette subite envie de danser de la Darowen. Celle-ci lui vint rapidement à l’esprit ; sans doute avait-elle voulu fuir Eden Cirenster pour pouvoir mieux se préparer à l’inévitable confrontation. Ses pensées dérivèrent alors vers l’injurié. Il avait semblé soudain confus face à la Thorenwald, et même en manque de mots. Peut-être n’était-il finalement pas aussi mauvais que Lluìev ne le pensait, mais il lui faudrait du temps avant qu’elle ne lui accorde sa confiance. En le quittant avec Hel, elle avait été un peu embarrassée de couper ainsi cours aux retrouvailles, mais elle savait que son hôtesse avait besoin de prendre ses distances pour remettre ses idées en place.

Toujours en retrait, affichant une expression qui dissuaderait tout homme de l’inviter à danser, elle jeta un coup d’œil à Cirenster. Il n’avait encore pas bougé, debout à côté du maître d’armes qui était venu le retrouver. Rassurée, elle reporta son attention sur la salle et ceux qui l’occupaient, discutant ou dansant.


Dernière édition par Lluìev Khridd le Dim 4 Oct - 8:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eden Cirenster

avatar

Masculin

Messages : 351
Age : 28
Phantom

Parchemin Administratif
Profession: Tueur à gages
Notoriété:
200/200  (200/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Mer 30 Sep - 16:11

Un tonnerre d’applaudissement traversa la salle l’espace d’un instant. Eden releva la tête cherchant du regard la personne qui provoquait une telle intensité dans les cœur des invités. La réponse ne se fit pas attendre, et il ne semblait pas surpris le moins du monde lorsque son regard se posa sur la jeune Hel. Effectivement il était heureux pour elle, Hel venait d’être reconnue pour son talent, et uniquement son talent et non plus comme la fille de la plus célèbre juge du pays ainsi que du chef de brigade Orphéus Thorenwald. Malgré la situation et même si il était assez éloigné, on pouvait apercevoir qu’elle ne trouvait pas la situation tout à fait agréable, peut-être pensait-elle qu’Eden aurait pu la reconnaître derrière son masque… Le simple fait qu’il est vu juste l’amusa un tant soit peu.

*Si seulement elle savait… Je me demande si son teint deviendrait aussi rouge que ma tunique ?*

Subitement, elle traîna son jeune captif sur la piste de danse. Le pauvre jeune toruhal gêné par la situation accepta tout de même. Et tout deux commencèrent à valser au milieu de centaines de nobles. Même si il n’avait pas l’air tout à fait à son aise et quelques erreurs de pas. Le métamorphe était très compétant, assez pour laisser ressortir la grasse et l’élégance de la jeune Darowen qu’il avait pour cavalière. Eden continua de regarder Hel danser, oubliant totalement le monde qui l’entourait. Les idées confuses, comme si il venait de se réveiller d’un très long rêve qui avait viré au cauchemar. Il était là assit sur le rebord du balcon, les bras croisés, les yeux rivés sur la salle de danse, laissant apparaître une expression de satisfaction. Depuis combien de temps n’avait-il pas profité d’un moment comme celui, laissant tombé le monde sombre et froid du crime et profitant des choses simples comme une simple danse ? Lui-même ne pourrait le dire, non il ne voulait lui-même pas le savoir.

Il fut arraché à ses pensées lorsqu’Orphéus lui donna un léger coup d'épaule, le secouant légèrement. Eden détourna le regard vers son ami, qui regardait sa fille danser avec un jeune inconnu. Le visage légèrement étonné se mêlant avec un regard inquiet, Orphéus d’une voix ferme questionna le darowen au manteau écarlate :

- Ce jeune homme est une de tes relations ? Je vous ai vu venir ensemble.

Eden leva la tête vers le ciel contemplant les étoiles, toujours assis sur le balcon. Affichant une expression neutre, il dénoua ses bras et sortit sa rapière de son scellé la faisant luire avec le reflet de la lune.

- Un simple témoin, je me suis dit que si les choses tournés mal, je l’utiliserai afin de retourner la situation à mon avantage d’une manière ou d’une autre.


D’un pas vif, il se releva, le dos tourné à son interlocuteur, l’épée en main. Il se retourna subitement décochant un rapide coup d'estoque vers Orphéus, visant la partie gauche de la poitrine. Ce dernier sans esquisser le moindre signe d’étonnement dévia le coup avec la garde son imposante épée continuant son discourt.

- Ainsi ce n’est qu’un simple citadin dont tu veux te servir puis jeter comme un simple outil usagé ? Je ne pensais pas que tu pourrais aller jusque là.


Il effectua une rapide charge vers son opposant, sortant son arme de son fourreau. Il continua avec un double pas suivi d’une demie rotation sur la gauche, prenant son adversaire sur le coté et termina son action d’une puissante taillade horizontale. Eden s’accroupit rapidement, tendant sa jambe gauche et fléchissant la droite. Le coup coupa net les cordes qui soutenaient les rideaux, fermant ses derniers, bloquant la vision entre le balcon et le reste de la salle. Dans le même instant Eden effectua un balayage visant les genoux d’Orphéus afin de supprimer l’appuie de ses jambes. Mais orphéus avait déjà anticipé, effectuant un saut prodigieux, laissant rois mètres d’écarts entre les deux adversaires. Eden se releva doucement, le regard tourné sur son ami, un sourire amusé sur le visage.

- Ne t'inquiètes pas, ce gamin est bien plus malin qu’il ne semble à première vue. Il ne se laissera pas utiliser sans rien faire. Du moins c’est-ce que je pense.

Les deux adversaires se ruèrent l’un sur l’autre. Chacun d’eux utilisant un style différent. Les ailes déployés de’Orphéus lui donnaient une meilleure stabilité et une force conséquente à ses coups opposant ainsi Eden plus rapide et agile. Le combat continua ainsi pendant plusieurs minutes. Enchainant parades sur esquives, estoques déviés, déplacements vifs et rapides. A la fin la lame d’Orphéus effleuré la gorge d’Eden et la pointe de ce dernier se posant sur la partie gauche de son torse.

L’ambiance à l’intérieur de la salle commençait à monter, le délicieux son des instruments jouaient à présent un rythme plus rapide, donnant une allure bien plus agréable aux danseurs confirmés. Les deux opposants, rengainèrent leurs armes, se regardant dans le blanc des yeux. Le chef de brigade termina sa boisson qu’il avait posé sur le rebord du balcon, laissant place à un silence de mort entre les deux amis.

- Qu’as-tu l’intention de faire une fois que tu l’auras retrouvé et tué ? Comptes-tu revenir parmi nous ?


Ils étaient tous les deux dos à dos. Eden regardant ses pieds avec un regard vide, ne laissant entrevoir aucun avenir pour lui. Pourtant il afficha un sourire arrogant sur le visage et avant de quitter le balcon lança ces quelques mots :

- Je n’ai pas l’intention de mourir.

Il entrouvrit les rideaux et d’un pas lent et léger quitta son hôte. Orphéus le regard tourné toujours vers la cours du beffroi, songea un moment à ces paroles. Puis termina son verre d’une traite avant de murmurer quelques choses et de quitter à son tour ce lieu.

- Menteur…

Le darowen écarlate, venait de nouveau de pénétrer dans la salle de fête. Il chercha un moment, la jeune Thorenwald et son jeune protégé mais ils n’avaient pas l’air d’être dans les parages. Regardant toujours dans la plupart des directions, se demandant ce qu’il pourrait bien faire. Non il savait ce qu’il voulait mais il n’arrivait pas à la retrouver. Cependant les dernières paroles d’Orphéus continuaient à résonner dans son esprit.

*On ne peut pas quitter ce monde sans verser le sang… Le mien doit à présent être aussi noir que mon aura.*

Laissant les festivités de cotés, il retourna à la table qu’avait occupé le métamorphe peu avant son départ. Comme il s’en doutait, il n’y avait personne. Ne se faisant pas attendre, il s’y installa et interpella un serveur qui passait non loin de lui.

- Apportez moi un rouge d’Hénegbald de l’an 120 s’il vous plait.

Le serveur s’inclina,hocha la tête et partit chercher la commande d’Eden. Pendant ce temps, notre protagoniste s’installa convenablement, contemplant une nouvelle fois la fresque dévoilée sur le plafond de la salle. Tout comme lui elle n’avait pas pris une ride. La dernière fois qu’il avait vu cette œuvre, il n’avait qu’une trentaines d’années et venait de rentrer au service d’Eléandre. Il l’a contempla quelques temps, avant de poser ses yeux à nouveaux sur la piste ou il les aperçut enfin. Son cœur ne fit qu’un bond, il se leva subitement, les yeux rivés sur sa cible, marchant vivement dans sa direction, le visage dévoilé, les points serrés. Il évita habillement quelques danseurs avant de poser sa main sur l’épaule de sa cible: Thor toujours dansant avec la jolie Darowen. Dans un simple effort il attira vers lui le métamorphe aux yeux d’émeraudes, puis sans lui adresser le moindre regard attrapa la délicieuse main gantée d’Hel, posant ses yeux ardents sur ceux de la jeune fille. Il la saisit par la taille d’un simple mouvement et l’entraina dans le rythme de la danse, les yeux toujours plongés dans les siens. Il abordait un sourire énigmatique, relevant un tant soit peut de l’arrogance. Alors qu’ils déambulaient aux rythmes des violons. Il se mit enfin à lui parler.

- Aurais-tu l’intention de me fuir encore trente de plus Hel ?



Dernière édition par Eden Cirenster le Dim 24 Jan - 0:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hel Thorenwald

avatar

Féminin

Messages : 1139
Localisation : Secret défense ♥
Age : 25
Dame

Parchemin Administratif
Profession: Dresseuse de chevaux
Notoriété:
5/200  (5/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Mer 30 Sep - 19:57

Après un temps de réflexion, Thorstein accepta enfin la demande de la jeune femme, laquelle lui décocha un superbe sourire. Ils commencèrent alors à danser, d’abord un peu gênés puis de plus en plus emportés par l’entraînante musique. Hel guidait son partenaire avec bienveillance, gardant un demi-sourire à chacun de leur pas, fermant parfois les yeux pour s’enfermer dans une bulle de sérénité. Elle adorait danser, tout comme elle adorait les mélodies de salon, et la volonté de son partenaire d’exécuter des pas corrects.
Hors du temps, elle put enfin réfléchir calmement. Personne n’oserait les arrêter, sauf si le menuet lui-même s’arrêtait. En général, il y avait souvent un changement de partenaire à ce moment là.

Bien, bien, bien, mon cœur bat juste au rythme de mes mouvements et je me sens beaucoup plus tranquille. Et malgré cette aura ténébreuse autour de mon cavalier, rien ne me trouble. Reprenons en main la situation. Il n’est pas mort. Je ne saurais jamais ce qu’il a fait pendant 30 ans si je ne lui adresse pas la parole. Il me plait encore plus et je crois que j’ai envie de l’occire pour m’avoir causé tant de peine. S’il est ici c’est qu’il y a une raison. Laquelle ? Il faut juste que je parvienne à l’affronter sans…

Le beau Hodeghien lui adressa la parole avant qu’elle allât au bout de sa pensée.

‘’- Que vous arrive t-il pour que vous ayez l’air aussi tendue ? ‘’

Hel se serra un peu contre lui, sans que cela ne les empêche de valser. Elle chuchota, sa joue touchant presque la sienne :

‘’- Il se trouve que votre ami soit l’une de mes connaissances et que je n’arrive pas à m’en remettre… Je ne l’avais pas revu depuis trente ans et je n’arrive pas à rester stoïque devant lui. J’avais besoin de me changer les idées, et mon amie, Dame d’Ombrelune, m’a conduite jusqu’à vous sans réfléchir. Danser est pour moi un moyen de me détendre, surtout quand j’ai affaire à un galant aussi gentil que vous.’’

La peau de l’Injuriée avait retrouvé cette lumière que lui conférait son élément. Elle rayonnait dans tous les sens du terme. Les musiciens changèrent de rythme avec douceur et Hel se demanda si Thorstein allait réussir à la suivre. Les mouvements étaient plus complexes et plus vifs, les robes des nobles dames ne les restreignant étonnement pas. Beaucoup étaient habituées aux bals et avaient reçu des cours assez précis pour tenir la cadence. Cependant, peu d’entre elles alliaient l’élégance des Darowens ou des Dïurians avec la vitesse de la musique.

Elles n’ont pas assez d’expérience, il faut dire… Et ce sont pour les deux-tiers des Métamorphes.

Telle était la cour de Théophane.

Je me demande comment sont les bals à Nôthburg ?

C’est ainsi que, rêvassant, elle n’eut pas le temps de faire quoique soit quand son cher Cirenster interrompit la danse. Ses mains perdirent prise avec le Toruhal, pour se retrouver aussitôt pour l’une, occupée. Pour le coup, son cœur s’arrêta de battre une longue seconde et la lumière qui émanait d’elle… aussi.

Je… Le touche réellement ?!

Complètement ahurie, il parvint toutefois à l’entrainer dans la danse. Cette dernière, avec ce nouveau cavalier, était encore plus gracieuse. Et demandait un peu plus de concentration. Quelques secondes plus tard, elle s’y accoutuma et réussi à harmoniser ses gestes avec les siens. Néanmoins, elle n’avait toujours pas osé le regarder en face. De plus, il était beaucoup plus grand que son précédent partenaire et la damoiselle s’obstinait à regarder sa seconde main, posée timidement sur l’épaule d’Eden.

30 ans…

‘’- Aurais-tu l’intention de me fuir encore trente de plus Hel ? ’’

Elle rougissait de plus belle, mais son masque le cachait parfaitement. Elle releva le menton avec une détermination plus ou moins vraie et lia ses iris bleus à son regard
enflammé. Il souriait, mystérieux, et Hel sentit soudainement ses jambes devenir bien peu stables.

Tu défailles ma vieille…

Pourtant elle parvenait à maintenir son rythme cardiaque à une vitesse à peu près normale. Même s’il faisait parfois des sauts quand elle avait l’impression d’être lue à cœur ouvert par Eden. Il ne disait pourtant plus rien, attendant patiemment une réponse qu’elle n’arrivait pas à formuler.

Mais où est passé mon assurance ?

La damoiselle Thorenwald ferma les paupières en baissant la tête. Yeux clos et silencieuse, elle se concentra sur les violons et les bruissements de sa robe, bannissant de ses pensées cette paume sur sa taille qui les affolait. Elle tentait de mettre de l’ordre dans ses sentiments, en vain. La colère prit fougueusement le dessus et ses pas de danse devinrent beaucoup plus rapides, plus compliqués… Et plus imprévus. Son élément favori, la lumière, ornait de nouveau sa peau faisant briller chacun de ses joyaux, de ses cheveux et chaque fibre de ses vêtements, comme s’il cherchait à évincer les ténèbres. Et mettre le Seigneur mal à l’aise.

‘’- Et c’est toi qui ose me dire cela, impudent ?! Toi qui a disparu de nos vies quand Eléandre s’est endormi, quand les dieux sont devenus incontrôlables, quand Théophane et Alice, ces êtres que j’adorais, se sont éteints aussi ?!’’

Tu m’as abandonnée.

Elle le fixait, des larmes de rage perlant sur ses cils interminables. Ses gestes devenaient de plus en plus vifs, elle espérait qu’il ne saurait la suivre dans ce jeu diabolique. Elle fuyait à son tour, et volontairement cette fois.

‘’- J’ai cru que tu étais mort...‘’

Murmura-t-elle, imperceptiblement.
Hel Dana n’avait pas suivit ce qu’elle s’était dit pendant qu’elle valsait avec Thorstein. Comme d’habitude, ses ressentiments avaient pris le dessus. Elle se raisonnerait dans les secondes qui allaient suivre, elle le savait. Déjà son excès de colère chutait un peu, mais sans compter sa luminescence actuelle, ses pommettes empourprées, ses lèvres tremblantes et son regard ancré sur le visage de cette créature qu’elle aimait tant.



Dernière édition par Hel Thorenwald le Ven 13 Nov - 20:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Thorstein Hodeghien

avatar

Masculin

Messages : 59
Age : 28
Citadin

Parchemin Administratif
Profession: Brasseur
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Ven 2 Oct - 9:50

La belle injuriée se confia à lui :

- Il se trouve que votre ami soit l’une de mes connaissances et que je n’arrive pas à m’en remettre… Je ne l’avais pas revu depuis trente ans et je n’arrive pas à rester stoïque devant lui. J’avais besoin de me changer les idées, et mon amie, Dame d’Ombrelune, m’a conduit jusqu’à vous sans réfléchir. Danser est pour moi un moyen de me détendre, surtout quand j’ai affaire à un galant aussi gentil que vous.

Ainsi le chevalier était bien la raison de sa gêne, il ne restait plus qu’à attendre sa venue tout en continuant la danse. Puis Thorstein senti une main se poser sur son épaule l’éloignant de sa cavalière. Le geste était pressant mais sans aucune violence et en tournant légèrement la tête il s’aperçu qu’il s’agissait de son « ami ».

Il se laissa éloigner avec docilité, après tout c’est ce que les deux injuriés attendaient. Lorsque le Darowen eut pris sa place il traversa les danseurs en prenant soin de ne bousculer personne, chose aisée grâce à son agilité féline. Ne sachant trop que faire il vit que la Nocsys était seule, adossée au mur et paraissait vouloir rester dans cet exil. Néanmoins le Thorual vint s’adosser au mur à quelque distance d’elle.

Voilà qui explique peut être la présence du chevalier, mais pas la mienne.

Il se sentait un peu mieux sans être à son aise, se disant qu’il préférait l’ambiance de la taverne où il travaillait à celle des réceptions mondaines. Il était intuitivement venu près de Nocsys sans trop savoir pourquoi. Peut-être pourrait-elle lui donner de plus amples informations sur cette soirée ? Après quelques instants de réflexion il prit la parole en se tournant vers elle.

- On dirait que nos Hôtes nous ont abandonnés...

Elle n’avait pas l’air d’avoir envie de faire la conversation mais qu’avait-il à perdre ? Après tout ce n’était pas à son habitude non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Lluìev Khridd

avatar

Féminin

Messages : 97
Age : 24
Dame

Parchemin Administratif
Profession: Calligraphe
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Ven 2 Oct - 17:54

Lluìev regarda Eden Cirenster prendre la place du Toruhal qui dansait avec Hel sans réellement réagir. Elle ne savait que trop penser de tout cela ; elle voyait simplement que les deux injuriés étaient irrésistiblement attirés l'un à l'autre, tout en eux et leur comportement le montrait. Leur trouble quand ils s'étaient retrouvés face à face...

Et voilà, maintenant elle était là, seule dans cette salle remplie de monde, sans occupation et sans savoir quoi faire. Sans vouloir rien faire. Elle n'était pas dans son élément : tous ces gens, toute cette lumière, toutes ces couleurs, tout ce bruit... Elle qui aimait l'ombre et le silence. Elle commençait franchement à regretter d'être venue, car son hôte l'avait abandonnée, maintenant totalement accaparée par ce Darowen qui ne lui inspirait pas confiance. C'était elle-même qui l'avait invitée à venir, promettant de l'accompagner dans ce nouvel élément, et elle l'avait maintenant oubliée. La Nocsys s'était leurrée, elle perdait son temps ici. L'idée de quitter le bal envahissait ses pensées.

Vint alors le jeune Toruhal. Elle le détailla pendant qu'il marchait vers elle. Il ne devait pas être plus âgé d'elle. Soudain, la mémoire lui revint. Le jeune homme lui rappelait quelque chose depuis un moment, et elle avait enfin mis le doigt dessus. C'était celui qui accompagnait le chevalier. Elle avait tellement été focalisée sur ce dernier qu'elle n'avait pas réellement fait attention à lui... Mais alors quelle bêtise elle avait faite de ramener Hel vers lui ! Ils avaient dû la trouver vraiment idiote... Elle s'en voulait de donner une telle image d'elle-même. Mais Hel avait rattrapé son erreur, et cela semblait être oublié. Tant mieux.

L'invité de Cirenster s'adossa au mur non loin d'elle mais sans trop s'approcher, respectant son besoin de distance. Un court silence passa.

"Je dois avoir l'air vraiment peu amène..."

Puis le métamorphe se tourna vers elle et prit la parole.

— On dirait que nos hôtes nous ont abandonnés...

La réponse de Lluìev lui vint sur-le-champ, naturellement, et cela l'étonna. Elle n'était pas du genre à participer activement aux conversations...

— Je partage votre sentiment. Je ne suis pas franchement à mon aise ici... Je vous avouerai même que j'envisage de quitter toute cette mascarade. Nous avons au moins au point commun : tous deux venus sur invitation d'un Darowen, et tous deux délaissés par notre hôte...

Elle agrémenta ses derniers mots d'un sourire sincère. Elle avait commencé sa réplique sans le regarder, observant toujours les danseurs, mais elle s'était maintenant tournée vers lui, ses yeux noirs fixés sur ses iris d'un vert profond, sans ciller. Elle se sentait bien avec lui. Au contraire de tous les autres, qui lui paraissaient être à des milliers de kilomètres d'elle, vivant dans le confort et l'oisiveté de leur condition, heureux, sans soucis, il ne semblait pas participer à l'excitation générale. Ils étaient ici tous deux dans le même bateau.


Dernière édition par Lluìev Khridd le Dim 4 Oct - 8:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eden Cirenster

avatar

Masculin

Messages : 351
Age : 28
Phantom

Parchemin Administratif
Profession: Tueur à gages
Notoriété:
200/200  (200/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Sam 3 Oct - 11:44

La jeune demoiselle semblait, perturbée et troublée par les paroles d’Eden. Même si son masque pouvait cacher la plupart de ses sentiments, il en était très différent avec son attitude. Mais soyons réalistes, comment pourrai-on réagir autrement lorsqu’on disparait de la surface du monde et réapparait subitement sans donner la moindre explication. La danse devint plus rapide, plus brusque aussi. Cependant Il n’essaya pas de contenir la rage de sa partenaire, préférant simplement l’essuyer comme on essuierait une tempête. Il la regardait droit dans les yeux observant toujours sa belle avec assurance. Hel Dana n’avait toujours pas dénié à lui adresser la parole. Mais loin d’être impatienté par le silence de la jeune fille, il profitait de ce silence pour la contempler dans toute sa grâce et grandeur. S’il avait le pouvoir de contrôler le temps, il aurait souhaité à jamais arrêter celui-ci, inlassablement attiré par Hel. Mieux encore. Il aurait formé une boucle temporelle créant une danse sans fin et chaleureuse. Son visage afficha un sourire gracieux et mystérieux, il serra la Darowen, un peu plus fort, la poussant légèrement vers lui. Réduisant la distance qui séparait les deux êtres.

Je ne pourrais surement plus jamais profiter d’un moment aussi doux, je profiterai de celui-ci jusqu’au bout.

La jeune Darowen s’illumina de mille éclats, cette soudaine apparition fit luire ses joyaux et par la même occasion déstabilisa légèrement le sombre chevalier. Cette peine qu’elle ressentait, était si forte, qu’elle ne pouvait plus la cacher, malgré la puissante luminescence de sa partenaire, Eden ne lâcha pas pour autant la demoiselle. Au contraire, il s’approcha de quelques pas, laissant à présent les deux corps se toucher. Il pouvait sentir le cœur de la belle, battre avec palpitation et fureur. Mais surtout il était assez proche pour voir les larmes de la dresseuse qui perlaient au coin de ses yeux. Le sourire d’assurance qu’il affichait disparut brusquement de son visage, laissant place à une moue à peine visible. Il ne savait pas comment réagir, au final le fait qu’il soit en vie lui à causé plus de peines qu’autre chose. Il voulut ouvrir la bouche et lui expliquer mais, il n’y parvint pas. Sa gorge était nouée, ses muscles tendus et sa voix cassée. Il décida de lâcher prise et de partir à son tour. Mais c’était sans compter sur la réaction d’Hel. A son tour elle l’empêcha de partir, se serrant de plus en plus contre lui.

‘’- Et c’est toi qui ose me dire cela, impudent ?! Toi qui a disparu de nos vies quand Eléandre s’est endormi, quand les dieux sont devenus incontrôlables, quand Théophane et Alice, ces êtres que j’adorais, se sont éteins aussi ?!’’

Il s’étonna des paroles de la demoiselle injuriée. Elle lui reprochait des actions ou des absences qu’il ne pouvait que trop bien justifier. Ne savait-elle dont rien ? Lui dire la vérité serait-il un moyen de se faire pardonner ou tout simplement de se trouver des excuses ? Eden restait la, neutre, préférant ne rien dire. Autant en finir tout de suite, qu’Hel se dégage de ce fardeau qu’elle à sur le cœur, qu’Eden comprenne enfin ce qu’elle lui reproche. Il aurait voulu lui dire qu’il n’avait pas le choix et que c’était nécessaire. Mais cela sonnait plus comme un moyen de se voiler la face. Une fuite en avant de la réalité qu’il avait lui-même décidé. Le regard toujours braqué dans celui de Dana, il ne sourcillait même pas, la lumière étant pourtant plus forte que jamais, il ne cherchait pas à se débattre ou à lutter contre cette dernière.

Serait-ce aussi simple que ça ? N’y a-t-il rien d’autre qui suscite tant de haine et de douleur ?

L’esprit du pourpre Darowen, commença à se voiler progressivement. L’intensité de la lumière qu’elle dégageait le perturbait de plus en plus. Après tout il était assez proche d’elle pour avoir son torse contre sa poitrine et sentir l’aura flamboyante que dégageait son corps de femme. Les larmes étaient bien là mais pourquoi ? La réponse ne mit pas bien longtemps à se faire entendre. Hel murmura entre deux larmes, une phrase inaudible pour les autres personnes dans la pièce.

"- J’ai cru que tu étais mort..."

Une nouvelle fois, Eden ne sourcilla pas, pourtant il affichait un sourire serein en direction de Hel. La situation n’était pourtant pas amusante. Seul un monstre pourrait rester de marbre face à autant de tristesse et de tendresse à l’égard de sa personne. Pourtant son sourire n’avait rien d’hypocrite ou de moqueur. Non, il était simplement rassuré de savoir que malgré tout ce temps, la seule chose dont elle n’avait pas faite le deuil était sa disparition. Il venait enfin de retrouver la lumière qu’il avait égarée il y a trente ans. Il en était réjouis et pourtant qu’elle était ce voile de ténèbres qui apparaissait dans son cœur ; Un grand courant d’air froid qui lui disait que ce n’était pas terminé. Oui, il ne devait pas oublier qui il était. Ces 50 dernières années, qu’il avait passé sous le nom de Phantom. Il avait encore des choses à faire.

Mais devrais-je lui dire ? Devrais-je partir en la laissant une nouvelle fois dans l’ignorance ? Il y a-t-il simplement un bon choix parmi tous ceux qui me sont disponibles ?

Alors que la lumière qui provenait de la jeune femme continuait de l’irradier, il stoppa cette valse démoniaque qu’ils jouaient. Il attrapa Hel par les épaules simplement et calmement. Le visage sombre et de toute sa hauteur. Le temps s’écoulait bien plus lentement qu’il ne le pensait. Et ravalant toutes ces pensées pour lui-même, lui ôta son masque d’un simple mouvement de main. Contemplant pour la première fois depuis trente ans, le visage de la femme qu’il avait aimé. Restant plusieurs secondes a le contempler sous tous ses angles, comme si il voulait le graver dans sa mémoire. Un léger sourire apparut sur son visage, il avança sa seconde main vers Hel et lui caressa doucement la joue. Elle était pâle et douce comme de la soie. Il continua doucement et essuya une larme qui coulait au coin de son œil droit. Les muscles d’Eden se détendirent au contact de sa peau avec la douce Hel. Et ses pensées commencèrent une nouvelle fois à le tourmenter. Il n’y avait aucune solution qui lui convenait alors il devait faire un choix entre Hel et son objectif qu’il poursuivait depuis plus de 50 ans maintenant. Un choix…

Je ne suis pas l’esclave de mes choix. Je les provoque et les acceptes. Oui il n’y a qu’un seul choix qui me convienne.

Il approcha son visage de celui d’Hel. Caressant ses lèvres avec son index, il approcha ses lèvres des siennes, de plus en plus près, avant de se toucher que brièvement.

"- C’est ce que l’on appelle un baiser, jeune dame. La preuve que je suis bien vivant."


Un grand sourire sur le visage, il attrapa la main de Hel et l’entraina vers une table à l’opposé de leurs compagnons. Il se plaça derrière la chaise la reculant légèrement afin de laisser la dame s’assoir, une fois cette dernière installée, il se plaça devant elle, laissant voler un grand silence sur la table. Le visage d’Hel semblait plus serein que tout à l’heure malgré le teint écarlate de cette dernière, elle semblait passablement énervée. Peut-être parce qu’elle venait de sa faire voler un baiser. Ou alors parce que c’était lui qui lui avait justement volé. Décidément c’est toujours un vrai plaisir de la taquiner.
Il s’éclaircit la voix et demanda à ce qu’on lui serve un verre de Vin, ou du moins qu’on lui apporte celui qu’il avait commandé un peu plus tôt dans la soirée. Le visage toujours rivé sur celui de l’injuriée, il la contempla d’un air amusé.

"- Serais-tu toujours aussi timide, jolie jeune fille ?"

Revenir en haut Aller en bas
Hel Thorenwald

avatar

Féminin

Messages : 1139
Localisation : Secret défense ♥
Age : 25
Dame

Parchemin Administratif
Profession: Dresseuse de chevaux
Notoriété:
5/200  (5/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Sam 3 Oct - 14:16

Eden parvenait à suivre parfaitement chacun de ses pas endiablés, sans même broncher. Néanmoins, il se rapprochait d’elle doucement jusqu’à ce que leurs deux corps s’effleurent. Sa lumière émanant de sa peau, la rencontre des deux éléments symboliques de leurs auras déclencha une faible décharge d’électricité statique. Le chevalier de Cirenster devait avoir laissé ses ténèbres s’incliner devant l’éclat de la jeune femme, qui n’eut donc aucun mouvement de recul. Au contraire, elle se colla encore plus à lui de peur qu’il ne s’échappe, en le dévisageant.

Pour une fois que c’est moi qui ai du pouvoir sur lui, c’est bien trop tentant pour lâcher prise…

L’expression assurée du Phantom se décomposait devant les paroles cinglantes et malheureuses de la dresseuse. Ainsi que devant les larmes qu’elle ne retenait pas et qui se mêlaient aux perles de son masque. Quand enfin il en connu la raison, il lui adressa un sourire presque attendri, restant toutefois silencieux. L’injuriée s’écarta furieusement, effectuant un pas de danse un peu plus compliqué, pour se plaquer finalement de nouveau contre lui. Ne rien laisser paraître au public qui pouvait très bien les regarder. Là, il stoppa net cette drôle de valse, à la grande surprise d’Hel. Son élément vacilla, perdant de son intensité devant les ténèbres qui semblaient reprendre le dessus. Elle fronça les sourcils, le bleu de ses iris noyés par l’écarlate des yeux d’Eden et ses larmes cristallines. Il la dominait de toute sa hauteur, elle qui était pourtant déjà grande… Son galant favori ôta le masque de la damoiselle qui le lui reprit inconsciemment. Il pouvait voir son visage, qu’elle avait tâché de cacher le plus longtemps possible, sans savoir que son trouble était aussi clair que de l’eau de roche pour n’importe quel observateur. Son cœur quant à lui avait repris une vitesse folle et son souffle s’était fait bien court…

Il est fâché aussi.

Son hypothèse tomba à l’eau à partir du moment où il commença à sourire de nouveau, faiblement. Hel Dana baissa les yeux, regardant sans regarder la base d’une colonne. Une grande fatigue venait de l’assaillir, telle une chape de plomb, faisant trembloter ses jambes. Elle avait beaucoup donné aujourd’hui et sa colère puisait dans ses dernières ressources. Colère qui fut douchée lorsque l’ange pourpre caressa sa joue en cueillant certaines de ses chaudes larmes. Elle revint à elle l’instant suivant, braquant ses pupilles agrandies par la surprise. Il venait de poser son index sur ses lèvres tremblantes, se rapprochant de la jeune fille pour l’embrasser sommairement. Elle ne bougea pas d’un cil, figée de stupeur et main droite sur le cœur, le souffle coupé.

"- C’est ce que l’on appelle un baiser, jeune dame. La preuve que je suis bien vivant."

Cette pseudo-révélation et le sourire rayonnant qui l’accompagnait eurent le même effet qu’une claque violente. Etait-il en train de la… convoiter ? Elle inspira d’un seul coup l’air qui commençait à lui manquer pendant qu’il attrapait sa main, l’emmenant jusqu’à une table.

Oh mon dieu…

Songea Hel, en essuyant ses pleurs, avec son bras ganté. Il l’installa pour ensuite se placer face à elle, silencieux. Elle posa son masque sur la table, puis posa ses mains liée sur ses genoux, les épaules misérablement affaissées. Respirant plus calmement, son regard volait d’un endroit à un autre, trahissant son mal-être. Ses joues étaient toutes roses, et la couleur de ses yeux ressortait beaucoup plus que d’habitude. Il demanda un verre de vin, attendant peut-être qu’elle dise quelque chose... En effet.

"- Serais-tu toujours aussi timide, jolie jeune fille ?"

Sa voix était brisée, tout comme chacun de ses membres. Comme la lumière qui l’avait encore quittée. Elle leva finalement les yeux sur lui, prenant sur elle.

Comment devrais-je réagir cette fois ? J’hésite. Je pourrais bien l’offenser.

Se redressant toute droite sur son siège, elle le défia du regard, laissant planer un long moment.

Tu trouves que j’ai l’air d’être timide, insolent ? Je ne suis pourtant plus comme avant.

Une moue amère teignait ses lèvres, découlant de cette pensée qui ne les franchissait pas. Il la taquinait encore, pour son plus grand déplaisir. Elle soupira, le serveur posa le verre attendu auprès d’Eden qu’elle provoquait toujours. Au fond d’elle, Hel avait honte d’avoir craqué ainsi, même si elle tentait de se persuader qu’il lui était impossible de contrer ses sentiments.

"- Je suis fatiguée. "

Lâcha-t-elle finalement. En fait, c’était surtout le soulagement qui avait occasionné cet état là. Mais quelle sorte de soulagement ? Celui de le savoir réellement en vie ou bien celui de croire que ses sentiments étaient partagés ?

"- Est-ce que par hasard tu te jouerais encore de moi, Eden ?"

Enchaîna t’elle, avec prudence. Allait-il comprendre ?

"- Oh et puis flûte. Pourrais-je savoir où tu te terrais pendant 30 années ? Mes parents sont-ils au courant de ta présence ici ? Savaient-ils que tu étais encore en vie ? Que fais-tu ici au juste ?! Et je te déconseille fortement d’essayer de me mentir."

Elle avait prononcé cette tirade avec lenteur, appuyant sur certains mots. Ses poings se serrèrent sous la nappe, alors que sa magie s’y concentrait peu à peu.



Dernière édition par Hel Thorenwald le Sam 23 Jan - 23:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Thorstein Hodeghien

avatar

Masculin

Messages : 59
Age : 28
Citadin

Parchemin Administratif
Profession: Brasseur
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Sam 3 Oct - 21:12

La façon dont répondit la Nocsys étonna Thorstein. Celui-ci se préparait à une voix glaciale mais il n’en était rien, elle répondit cordialement :

— Je partage votre sentiment. Je ne suis pas franchement à mon aise ici... Je vous avouerai même que j'envisage de quitter toute cette mascarade. Nous avons au moins au point commun : tous deux venus sur invitation d'un Darowen, et tous deux délaissés par notre hôte...

Elle se tourna vers lui en parlant, et plongea son regard dans le sien. Elle avait des yeux aussi noirs que les ténèbres les plus profondes. Ils se fixaient sans ciller détachés du reste des convives tout en étant dans la même salle. Ils n’étaient pas à leur place ici et l’envie de partir montait. Après tout qu’est ce qui les retenait ici ?

Je dois savoir…

Une idée fixe était ancrée dans la tête du métamorphe : la raison de sa présence. Ce n’était pas une question existentielle mais elle l’obsédait. Toutefois l’idée de partir était très engageante, surtout que son hôte était bien trop occupé pour se soucier de lui.

-L’envie de quitter cet endroit me démange également. Néanmoins il y a une chose qui me tracasse, c’est la raison de ma présence ici.

Mais l’unique personne qui puisse m’apporter cette réponse est bien trop occupée pour le moment.

-Celui qui m’a amené ne m’en a pas donné la raison, du coup je suis hanté par cette énigme, surtout que je ne le connais que depuis assez peu de temps. J’aurais aimé connaître cette raison de ma présence avant de partir.

Voilà qu’il se mettait à discuter librement avec une inconnue, à son habitude jamais cela ne serait arrivé. En temps normal il était méfiant envers tout le monde mais il avait une sensation de liberté avec cette Nocsys, certainement parce qu’ils n’étaient pas du même monde que le reste des convives et se retrouvaient dans une situation semblable. Thorstein jeta un coup d’œil vers l’agglomérat de personnes que formaient les danseurs, les deux Darowens semblaient avoir disparus.

-Et vous ? Avez-vous une raison particulière à votre présence ?

Il avait replongé son regard dans celui de la Nocsys en prononçant ces paroles. Leurs yeux ne se fuyaient pas comme s’était souvent le cas entre de parfaits inconnus, enlevant ainsi toute sensation d’embarras.
Revenir en haut Aller en bas
Lluìev Khridd

avatar

Féminin

Messages : 97
Age : 24
Dame

Parchemin Administratif
Profession: Calligraphe
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Dim 4 Oct - 8:38

– L’envie de quitter cet endroit me démange également. Néanmoins il y a une chose qui me tracasse, c’est la raison de ma présence ici. Celui qui m’a amené ne m’en a pas donné la raison, du coup je suis hanté par cette énigme, surtout que je ne le connais que depuis assez peu de temps. J’aurais aimé connaître cette raison de ma présence avant de partir.

Lluìev ne répondit pas. Ainsi il ne savait même pas ce qu’il était venu faire ici… Cirenster avait donc un autre objectif que celui de retrouver Hel Thorenwald.
Le Toruhal se détourna pour voir où était passé le couple. La Nocsys l’imita : ils n’étaient plus sur la piste de danse, mais assis à une table, et semblaient avoir une sérieuse discussion. Son interlocuteur reprit la parole, son regard à nouveau plongé dans le sien.

– Et vous ? Avez-vous une raison particulière à votre présence ?

Elle hésita à dire la vérité. Avouer qu’elle vivait retirée du monde à cause d’une malédiction qui pourrissait toute sa vie, et que Hel l’avait amenée ici sous un faux nom pour lui faire connaître du monde ? Impossible. Elle opta donc pour une partie de la vérité.

– Eh bien… Je n’ai pas l’habitude de fréquenter du monde, voyez-vous… Je dirais même que j’évite la foule. Mais j’ai rencontré la demoiselle Thorenwald, qui m’a proposé de l’accompagner. J’ai accepté… Mais peut-être à tort.

Elle n’en revenait pas. Le fait d’avoir simplement dévoilé cela l’ahurissait. Comment avait-elle pu s’ouvrir ainsi à un inconnu, elle qui cachait toujours tout ? Il fallait dire qu’elle avait fait pire le matin même… Et puis le métamorphe lui paraissait vraiment digne de confiance. Et son instinct ne l’avait jamais trompée…

Un silence passa. Puis elle reprit la parole, se souvenant de la façon dont elle était venue lui parler, quelques minutes plus tôt.

– Excusez-moi pour tout à l'heure... Je ne vous avais pas remarqué quand vous étiez avec Eden Cirenster, et je pensais simplement m'adresser à un inconnu... Mais au lieu d'éviter le chevalier, je me suis précipitée sur son invité.

Elle marqua une pause, reportant son attention sur Hel et son cavalier.

– Enfin... Mon hôte et vous-même avez su réparer mon erreur. Je vous remercie d'avoir joué le jeu...
Revenir en haut Aller en bas
Eden Cirenster

avatar

Masculin

Messages : 351
Age : 28
Phantom

Parchemin Administratif
Profession: Tueur à gages
Notoriété:
200/200  (200/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Lun 12 Oct - 15:08

La réaction de la jeune demoiselle fut exactement comme celle qu’il attendait. Elle se redressa subitement, le visage affichant une moue amère, légèrement agacée par les paroles de celui qui avait passé son temps à se jouer d’elle durant sa jeunesse. Appréciant calmement le spectacle qui se dévoilait devant lui, ainsi que la saveur du vin rouge. Les yeux braquées sur sa charmante invitée, il avait toujours se sourire satisfait sur le visage. Le même sourire qu’il prenait toujours lorsqu’il voulait faire sortir une personne dans une fureur terrifiante. Cependant il observa les deux jeunes intrus qui discutaient à une table à plusieurs mètres d’eux. Eden ne pouvait entendre ce que ces deux là pouvaient se dire, et à vrai dire il n’en avait que faire. Pourtant l’étrange attitude de la nocsys restait gravée en lui, comme si ce qu’elle était et ce qu’elle voulait faire paraitre était en complète disharmonie.

"- Je suis fatiguée. "

Ces mots ainsi prononçaient, ramenèrent Eden à la conversation qu’il avait avec la sublime créature qui se trouvait à plusieurs centimètres de lui, en y repensant il venait de danser avec elle, même de l’embrasser devant des centaines de nobles, et cette dernière n’avait même pas sourcillé, il pensait qu’elle serait devenue rouge de colère mais la couleur écrevisse qui lui teintait le visage semblait plus appartenir à la surprise et la gêne qu’à la colère. Encore un point qu’il n’avait pas vu. La seule conclusion qui lui venait à l’esprit serait qu’elle partageait ses sentiments. Cette pensée l’enjoua brièvement avant de l’effrayer complètement. Peut-être avait-il mal jaugée la situation qu’il venait de lancer. A ce rythme il devrait sans doute faire des concessions sur sa profession. Non la n’était pas la question. Ce qu’il lui venant en tête à présent était-il ou autre chose.

* Puis-je vraiment vivre dans un rêve éveillé ? *

La question posait ainsi perd beaucoup de son sens, mais cette question relève toute l’ambiguïté de la situation. Un rêve même agréable ne dure pas, cependant sa vie actuelle contraste complètement avec ce souhait de vivre avec la personne qu’il aime. Alors qu’il essayait de mettre au clair ses pensées, une autre phrase de la belle jeune fille le perturba à nouveau. Laissant apparaitre seulement qu’un léger tremblant de son bras gauche, qui tenait le verre de rouge. Laissant entrevoir une variation dans le liquide pourpre.

"- Est-ce que par hasard tu te jouerais encore de moi, Eden ?"

Avec une autre personne, quel qu’elle soit, la réponse aurait été automatique et simple. Eden aurait pris son visage d’arrogant suffisant et aurait tout simplement dis qu’il n’avait absolument aucune raison d’être sincère avec elle. Mais voilà, la personne qui se tenait devant lui n’était pas n’importe qui, du moins pas pour lui. Quelle situation embarrassante pour celui qu’on appelle le grand Phantom. Mais en même temps que savait-on vraiment de lui, non pas qu’il se cherchait des excuses pour ce qu’il faisait, mais qu’elle était l’image qu’on se donnait d’un homme qui tuait contre de l’argent. Toujours pris dans ses réflexions, il n’avait pas répondu à la question de la belle. Mais bon au final cela n’avait guère d’importance. Pourquoi ? Et bien c’est ma foi très simple. Comme un éclair, dont personne n’aurait pu anticiper, Hel sortit de sa ligne de conduite qu’elle essayait de contenir depuis que les deux amoureux s’étaient retrouvés laissant place à ce qu’elle voulait vraiment : Des réponses aux trop nombreuses questions qui fusaient dans son esprit.

"- Oh et puis flûte. Pourrais-je savoir où tu te terrais pendant 30 années ? Mes parents sont-ils au courant de ta présence ici ? Savaient-ils que tu étais encore en vie ? Que fais- tu ici au juste ?! Et je te déconseille fortement d’essayer de me mentir."

Elle ne le lâchait plus des yeux, peut être que dans un sens c’était pour être certain qu’il n’allait pas tout à coup disparaitre subitement ou alors tout simplement pensait-elle que ces réponses nécessitaient être révélées dans le blanc des yeux afin d’être persuadée de la vérité de ces dires. Eden resta un long moment sans rien faire, laissant son esprit se perdre dans les grands yeux saphirs de l’Injuriée. Les réponses qu’elle demandait n’étaient pourtant pas si importantes que ça, après tout il n’y avait aucun secret d’état qu’il protégeait de sa vie. Non c’était tout simplement de lui révélait qui il était vraiment, qui le préoccupait. Devait-il répondre comme Eden ou bien en tant que Phantom ? Après tous ils étaient tous deux une seule et même personne, seulement il devait empêcher de la mettre en danger inutilement en lui révélant des éléments… La situation n’évolua toujours pas, il restait silencieux continuant de se délecter de son breuvage qui commençait peu à peu à disparaitre du récipient en verre. Une fois ce dernier vide, il le posa délicatement sur la table, pris une longue inspiration, fermant ses yeux. Le corps parfaitement détendu, l’esprit clair et limpide comme le cristal.

* Commençons donc ce gamble tant redouté.*

Oui, il avait pris sa décision. Il allait lui dire la vérité telle que le monde la voyait. Calmement il posa ses coudes sur la table ouvrant d’un coup ses yeux flamboyants, laissant apparaitre un visage sérieux et détendu.

- J’ai passé ses trente dernières années à rechercher la trace d’une ombre, un fantôme de mon passé qui a décidé de me faire passer pour le plus grand criminel de ce monde.

Il marqua une courte pose, le visage impassible, laissant le temps à ses mots prendre sens dans l’esprit d’Hel. Il reprit tout aussi monotonement son dialogue.

- Tes parents savent depuis le début que ma mort n’est qu’une vulgaire façade et ils me connaissent aussi sous mon autre nom. Un masque que je porte depuis ma disparition.

Il leva son bras en direction de Hel, l’index se posant sur ses lèvres. Toujours la même expression sur le visage. Cette façon d’agir était typiquement la sienne. Pour éviter qu’elle ne continue avec ses questions, il lui posait tout le temps le doigt sur la bouche, afin qu’elle comprenne que certaines choses ne peuvent être dites qu’en privé.

- Le reste de cette discussion devra se faire dans un lieu à l' abris des oreilles indiscrètes. Plus tard de préférence.


Le visage d’Eden changea complètement laissant place à une mine railleuse, mais très fière. Il ne quittait toujours pas des yeux la belle Darowen, qui commençait à perdre patience de temps de suspense dans ses réponses.

- Peut-être as-tu une idée d’un lieu plus tranquille pour poursuivre notre conversation, Hel Dana Thorenwald ?

A la fin de sa phrase, se dessina un sourire mystérieux, laissant entendre qu’il avait encore certaines choses à dire. Mais Hel allait-elle le comprendre ?

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2 Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Bastion Astral :: Beffroi du Gouverneur -