Et quand, au-delà du réel, le néant devînt votre terre, l'éternelle loi fut mille fois murmurée : Méfiez-vous des cercles bleus...
 
AccueilS'enregistrerConnexion

 

 Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Auteur Message
Hel Thorenwald

avatar

Féminin

Messages : 1139
Localisation : Secret défense ♥
Age : 25
Dame

Parchemin Administratif
Profession: Dresseuse de chevaux
Notoriété:
5/200  (5/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Ven 16 Oct - 20:30

Il posa alors les coudes sur la table.

Après m’avoir fait attendre 15 ans, avoir bu son verre et m’avoir dévisagée !

Hel l’observait avec un regard d’un coup peu amène, d’un coup curieux et tendu.

‘’- J’ai passé ses trente dernières années à rechercher la trace d’une ombre, un fantôme de mon passé qui a décidé de me faire passer pour le plus grand criminel de ce monde.’’

On dirait qu’il vaut mieux tard que jamais…

Se dit-elle, le souffle coupé.

‘’- Tes parents savent depuis le début que ma mort n’est qu’une vulgaire façade et ils me connaissent aussi sous mon autre nom. Un masque que je porte depuis ma disparition.’’

La jeune femme restait bouche bée. Puis d’un seul coup, elle s’apprêta à répliquer, se penchant légèrement en avant et ramenant violemment ses poings serrés contre son nombril. Son bel interlocuteur posa un doigt sur ses lèvres, afin qu’elle ne hurle pas tout ce qu’elle avait sur le cœur. Son rythme cardiaque battait dans ses tempes, et ce nouveau contact fit reprendre à la peau de ses joues, si pâle, un voile rosé. Elle s’adossa à son fauteuil, les yeux étincelants et les bras croisés.

‘’- Le reste de cette discussion devra se faire dans un lieu à l’abri des oreilles indiscrètes. Plus tard de préférence. Peut-être as-tu une idée d’un lieu plus tranquille pour poursuivre notre conversation, Hel Dana Thorenwald ?’’

Termina t’il, railleur. Tâchant de maîtriser son âme et son invisible aura violette, la dresseuse mit un certain temps à répondre. Respirant un grand coup elle répondit, agressive :

‘’- Le jardin interne, celui du premier étage du beffroi. Et tout de suite !‘’

Hel se leva, et en quelques secondes se retrouva devant Lluìev et sa nouvelle connaissance.

‘’- Vous n’avez pas l’air de vous amuser tous les deux… Je suis désolée... Je dois m’absenter quelques minutes avec le seigneur Cirenster car il me doit des explications. Mais je reviendrais le plus vite possible. Lluìev, si t… vous désirez récupérer vos affaires et vous changer, toquez à la porte de mes appartements, la servante de mes parents vous fera entrer. Je pense que notre compagnon vous reconduira à la sortie si je ne suis pas revenue à temps. Mais sincèrement, vous devriez prendre part à la fête, du moins le temps que vous décidiez de la suite des évènements, j’ai l’impression de voir deux… citadins. Et c’est mauvais pour vous si quelqu’un le remarquait à ma place… On pourrait vous prendre pour ce que vous n’êtes pas. ’’


L’Injuriée s’approcha du Toruhal, et sa bouche au niveau de son oreille lui intima quelques mots :

‘’- Je vous remercie pour le beau geste de tout à l’heure, vous avez dansé vraiment bien pour un novice ! Je vous conseille d’emmener Damoiselle d’Ombrelune avec vous sur la piste, ou bien vers un divan, avec un verre. Prenez vos aises, j’ai peur que vous soyez arrêtés. Je ne vous avais jamais vu à la Cour d’Henêgbald.’’

En effet, un soldat regardait dans leur direction. Hel Danaïs s’éclipsa pour rejoindre Eden qui n’avait pas encore bougé. Elle lui prit la main et l’entraîna à sa suite, d’un pas rapide en se mordant le creux de la joue droite. Ils sortirent tous deux de la salle, se dirigeant vers le jardin couvert. Le couple se perdit parmi les nombreuses rangées de bosquets luxuriants et d’arbres majestueux pour enfin tomber sur un banc en granit, isolé de tout. La jeune femme lâcha sa main, et ne se retourna pas vers lui, boudeuse mais attentive au moindre de ses mouvements. Sa vision restait bloquée sur une fleur particulièrement impressionnante à quelques pas devant elle.

‘’- J’attends…’’

Revenir en haut Aller en bas
Thorstein Hodeghien

avatar

Masculin

Messages : 59
Age : 28
Citadin

Parchemin Administratif
Profession: Brasseur
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Ven 23 Oct - 18:00

– Eh bien… Je n’ai pas l’habitude de fréquenter du monde, yez-vous… Je dirais même que j’évite la foule. Mais j’ai rencontré la demoiselle Thorenwald, qui m’a proposé de l’accompagner. J’ai accepté… Mais peut-être à tort.

Un silence s’installa entre eux, Thorstein ne savant trop quoi dire à cette inconnue, ni que faire en attendant le retour des Darowens. Mais ce mutisme ne dura que quelques minutes car la Nocsys s’adressa de nouveau à lui :

– Excusez-moi pour tout à l'heure... Je ne vous avais pas remarqué quand vous étiez avec Eden Cirenster, et je pensais simplement m'adresser à un inconnu... Mais au lieu d'éviter le chevalier, je me suis précipitée sur son invité.

Ainsi son hôte se nommait Eden Cirenster, bien qu’il l’avait accompagné à cette soirée le Thorual ne savait même pas comment il se nommait. Elle enchaina :

– Enfin... Mon hôte et vous-même avez su réparer mon erreur. Je vous remercie d'avoir joué le jeu...

Elle paraissait affreusement gênée, il était vrai que sans la façon dont le métamorphe avait géré la situation les choses auraient été certainement assez embarrassantes. En fait il n’avait guère eu le choix pour éviter de se dévoiler et un homme distingué n’aurait-il pas agit ainsi ? Il répondit simplement :

-Vous aviez vraiment l’air d’avoir besoin d’aide, il me semble normal d’avoir agit comme je l’ai fait.

Alors qu’il finissait sa phrase l’injuriée apparaissait en un éclair.

- Vous n’avez pas l’air de vous amuser tous les deux… Je suis désolée... Je dois m’absenter quelques minutes avec le seigneur Cirenster car il me doit des explications. Mais je reviendrais le plus vite possible. Lluìev, si t… vous désirez récupérer vos affaires et vous changer, toquez à la porte de mes appartements, la servante de mes parents vous fera entrer.
Je pense que notre compagnon vous reconduira à la sortie si je ne suis pas revenue à temps. Mais sincèrement, vous devriez prendre part à la fête, du moins le temps que vous décidiez de la suite des évènements, j’ai l’impression de voir deux… citadins. Et c’est mauvais pour vous si quelqu’un le remarquait à ma place… On pourrait vous prendre pour ce que vous n’êtes pas.


Je crains hélas que ce soit bien ce que je suis… Qu’en est-il de ma compagne d’infortune ?

La demoiselle Thorenwald s’approcha de Thorstein et lui glissa afin que lui seul puisse l’entendre :

- Je vous remercie pour le beau geste de tout à l’heure, vous avez dansé vraiment bien pour un novice ! Je vous conseille d’emmener Damoiselle d’Ombrelune avec vous sur la piste, ou bien vers un divan, avec un verre. Prenez vos aises, j’ai peur que vous soyez arrêtés. Je ne vous
avais jamais vu à la Cour d’Henêgbald.


Le métamorphe fut touché par cette gratitude, mais la remarque concernant sa situation sociale lui fit réaliser à quel point il n’avait pas l’attitude d’un noble. Déjà un soldat commençait visiblement à s’intéresser à eux.

-Mais de rien, et merci de vos conseils, il est vrai qu’un malentendu pourrait être fâcheux. Je me rends assez rarement à la Cour ces temps-cis, et suis assez discret, voilà pourquoi vous ne vous souvenez certainement pas de moi.

Il n’était pas nécessaire de se lancer dans de longues explications sur sa présence ici pour l’instant, de toutes façons l’écarlate Darowen lui dirait certainement ce qu’il était si elle avait un doute. Elle ne fit pas de remarque et partit rejoindre le Chevalier et ils sortirent de la salle, abandonnant leurs invités.

Ainsi délaissés il leur fallait changer de comportement rapidement avant que les gardes ne se décident à venir voir ce qui n’allait pas. Sans leurs hôtes pour attester leur fausse identité ils iraient au devant de gros problèmes. Même si une panthère était assez difficile à arrêter en pleine course, il serait difficile au métamorphe de sortir du Bastion et cela signifierait d’abandonner la Nocturne. Il valait mieux et de loin se fondre dans les aristocrates.

-Damoiselle d’Ombrelune, votre hôte à raison, nous devrions essayer d’éviter l’attention de la garde sur nous. Il nous faudrait profiter de cette réception ou la quitter, sachant que notre départ pourrait éveiller des soupçons. Peut-être désirez-vous danser ou trouver un endroit plus confortable ?
Revenir en haut Aller en bas
Lluìev Khridd

avatar

Féminin

Messages : 97
Age : 24
Dame

Parchemin Administratif
Profession: Calligraphe
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Mar 27 Oct - 13:48

Le Toruhal répondit très poliment aux paroles de Lluìev, ce qu’elle appréciait. Mais Hel arriva alors.

– Vous n’avez pas l’air de vous amuser tous les deux… Je suis désolée...

« Hum... C’est le cas de le dire, oui... »

– ...Je dois m’absenter quelques minutes avec le seigneur Cirenster car il me doit des explications. Mais je reviendrai le plus vite possible. Lluìev, si t… vous désirez récupérer vos affaires et vous changer, toquez à la porte de mes appartements, la servante de mes parents vous fera entrer.
Je pense que notre compagnon vous reconduira à la sortie si je ne suis pas revenue à temps. Mais sincèrement, vous devriez prendre part à la fête, du moins le temps que vous décidiez de la suite des événements, j’ai l’impression de voir deux… citadins. Et c’est mauvais pour vous si quelqu’un le remarquait à ma place… On pourrait vous prendre pour ce que vous n’êtes pas.


Eh voilà, leurs hôtes les délaissaient un peu plus. Mais qu’est-ce qu’ils faisaient ici ? À quoi cela avait-il servi de les suivre ? À rien, mais ils étaient maintenant coincés. Lluìev pouvait déjà voir quelques regards curieux ou irrités lancés dans leur direction. Il fallait donc prendre part à toute cette mascarade... Elle soupira discrètement. Pendant que le métamorphe répondait à l’injuriée.

– Mais de rien, et merci de vos conseils, il est vrai qu’un malentendu pourrait être fâcheux. Je me rends assez rarement à la Cour ces temps-ci, et suis assez discret, voilà pourquoi vous ne vous souvenez certainement pas de moi.

« Vérité... Ou pas. Il me semble bien plus proche du peuple, comme moi.»

Il se tourna vers elle.

– Damoiselle d’Ombrelune, votre hôte a raison, nous devrions essayer d’éviter l’attention de la garde sur nous. Il nous faudrait profiter de cette réception ou la quitter, sachant que notre départ pourrait éveiller des soupçons. Peut-être désirez-vous danser ou trouver un endroit plus confortable ?

Elle répondit sans détour :

– Il semble inévitable que nous devions rester ici. Je vous avouerais que je n’apprécie pas particulièrement la danse... J’aperçois un coin tranquille, là-bas, m’y accompagneriez-vous ?

Elle indiquait la table la plus reculée de la pièce, où deux chaises n’attendaient qu’eux pour s’y installer.
Alors qu’ils se dirigeaient vers elles, elle reprit la parole.

– Vous savez comment je m’appelle, à présent : Lluìev d’Ombrelune. Puis-je connaître votre nom à mon tour ?
Revenir en haut Aller en bas
Eden Cirenster

avatar

Masculin

Messages : 351
Age : 28
Phantom

Parchemin Administratif
Profession: Tueur à gages
Notoriété:
200/200  (200/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Mer 4 Nov - 0:14

Elle avait vraiment le tempérament de sa mère, à peine avait-il terminé sa phrase qu’elle se levait et partait en direction de leurs deux invités qu’ils avaient tous les deux laissé seuls. Eden n’en regarda n’y n’en écouta plus. Il semblait déconcerter par l’attitude si vive de sa compagne.

*Décidément la patience n’était pas son fort, mais bon après trente années de mystère, je suppose que l’on puisse réagir aussi prestement. *

Il prit délicatement son verre et fit tourner harmonieusement le liquide sanguinolent qu’il contenait. Puis il le porta doucement à ses lèvres afin d’en déguster l’arôme si particulier. Il termina ainsi son verre appréciant ce grand vin qui malgré son âge avait été si bien préservé des ravages du temps. Ce qui n’était pas le cas de notre protagoniste, certes il ne vieillissait pas mais le temps qui passait lui donnait l’impression de n’être qu’un jouet dans les mains des Divinités. Une fois qu’il reprit ses esprits il posa son verre sur la table et dans la même seconde qui suivit, il sentit Hel lui agripper la main et le décolla de son siège tout aussi brutalement. Il étouffa un nouveau soupire regardant l’agréable silhouette de la jeune femme l’emmener comme on emmène un amant dans sa chambre. Il s’amusa encore une fois de ses propres pensées, se laissant trainer dans un mélange de nostalgie et de joie, cela ne lui plaisait guère de devoir lui conter tout ce qu’il avait fait jusqu’à présent. Alors qu’elle l’entrainait dans la partie inférieure du Bastion, il semblait que c’était une descente interminable. Qu’allait-elle penser de ses actes ? Était-il vraiment si préoccupé de ce qu’elle pensait de lui ? Finalement, il n’était pas devenu si impitoyable qu’il ne le pensait.

* Encore une sensation que j’avais oublié avec le temps… la peur de perdre quelque chose, non la peur de perdre l’unique chose que je ne voulais pas perdre. *

Oui, il devait se l’avouer, même si elle ne l’avait pas vu depuis plusieurs décennies, ce n’était pas son cas. Il avait pour habitude d’être appelé par Fanélia ou Orféus pour divers entretiens et à chaque fois il voyait la fillette se transformait de plus en plus en femme. Non pas simplement le physique mais aussi son élégance, ces compétences, son sourire. Il avait peut-être désiré cette demoiselle plus qu’il ne voulait l’admettre. Ainsi elle restait sans aucun doute son unique attache à son envie de vivre une vie normale. Inconsciemment son visage se détendit, réconforté par l’idée d’être ici avec elle. Le destin est une chose si complexe qu’on n’en vient parfois par l’accepter avec plus ou moins de facilité. Ils descendirent les marches en direction des jardins intérieurs. Passant par l’imposant escalier en marbre qui joignait les deux étages, on apercevait toujours aussi bien les tableaux qui illustraient les plus beaux lieux du premier et du second plan, ainsi que les gouverneurs disparus… Et bien entendu parmi ces peintures, Eden venait d’apercevoir celui d’Eléandre et de sa famille. Il ne posa les yeux dessus qu’un instant, un seul instant et il se rappela pourquoi il faisait tout cela. Pourquoi il avait abandonné son nom et son prestige. Toujours guidé par Hel, il ferma les yeux un bref instant et prit une grande inspiration. Le destin est en effet une chose bien difficile, à tel point qu’il est difficile de ne pas le haïr par moment. Lorsqu’il ouvrit les yeux il était décidé à tout lui raconter, tout lui dire même si cela devait lui faire perdre le peu d’égard qu’elle avait encore pour lui. Il avait une chose à faire et il devait l’accomplir, quelque en soit le prix à payer.
Ils arrivèrent enfin dans les jardins intérieurs, elle le mena tout près d’un banc perdu au beau milieu d’une végétation luxuriante. Elle lui lâcha subitement la main et sans se retourner lui lança d’un air boudeur :

‘’- J’attends…’’

Elle avait les bras croisé et semblait captiver par une fleur d’une beauté éclatante. Eden leva les yeux au ciel affichant un air fatigué. Il se frotta les yeux avec sa main gauche chassant les pensées négative de son esprit. Alors qu’il était sur le point de parler, un bruit sourd et lourd captiva son attention. Apparemment le fait qu’ils soient loin de tout n’était pas une vérité absolue. Il lâcha un nouveau soupire puis commença à se concentrer durant une dizaine de secondes, il écarta les bras et une sphère ombrageuse commença à apparaitre entre ces derniers. La sphère grandit petit à petit, entourant tout d’abord le corps d’Eden puis petit à petit, grossit d’avantage et engloba Hel à son tour. La sphère faisait tout au plus six mètres six mètres de circonférences et cachait la présence du couple à toute personne extérieur au cercle et ne possédant pas le pouvoir de la lumière ou des ténèbres. De plus, il n’y avait aucun son qui entrait ou ne sortait de cette dernière. Une sphère complètement hermétique aux oreilles indiscrètes qui pourraient trainer volontairement ou non. Eden voyait parfaitement dans l’obscurité, à la différence de Hel, il savait qu’elle détestait l’obscurité alors il s’approcha d’elle lentement et l’engloba de ses deux bras afin qu’elle ressente la présence de ce dernier.

- N’aie crainte jeune fille, je n’ai pas l’intention de t’effrayer.

Il pouvait sentir la respiration de la jeune demoiselle s’emballer et sa peau frissonner, pourtant elle ne semblait pas si effrayer. Il la serra un peu plus fort dans ses bras et commença ces révélations.

- Je me nomme Eden Cirenster, j’étais un chevalier sous les ordres d’Eléandre. Pourtant comme tu l’as dit, je suis mort il y a de nombreuses années et j’ai pris l’apparence d’un "Phantom !" Je n’ai plus ma place dans le monde que j’ai jadis protégé. Du moins plus directement… J’agis telle une ombre afin de retrouver la personne qui aurait la possibilité de récupérer le titre de gouverneur de Nothburg et par la même occasion un pouvoir sceller qui ne doit pas être réveillé.


Sa voix était ferme et déterminée, il n’avait pas peur de raconter tout ça. Il lui devait la vérité et il la lui servait sur un plateau d’argent. Il voulu la lâcher et fit un pas en arrière, conservant la pénombre de la sphère. Il continua avec une intonation tout aussi calme et sereine.

- J’ai passé ces dernières années à le chercher sans succès et pourtant je ne peux pas abandonner. C’est sans doute le destin qui nous a conduits à nous rencontrer ici. Je suis heureux de t’avoir vu une dernière fois. Adieu.


Allait-il réellement partir comme ça, disparaitre aux yeux de la femme qu’il aimait, une nouvelle fois. Oui, il semblerait qu’il doive plonger une nouvelle fois dans cette nuit glacée et éternelle qu’il vit.



Dernière édition par Eden Cirenster le Sam 7 Nov - 10:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hel Thorenwald

avatar

Féminin

Messages : 1139
Localisation : Secret défense ♥
Age : 25
Dame

Parchemin Administratif
Profession: Dresseuse de chevaux
Notoriété:
5/200  (5/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Ven 6 Nov - 23:01

Alors qu’Hel était absorbée par les quelques pétales bleu flamboyant de cette fleur superbe, le soupir d’Eden ramena son esprit à la réalité. Puis elle sentit son élément, l’air, brasser derrière elle.

Va-t-il s’approcher ?

Puis une autre impression s’ajouta à la première, celle d’un pouvoir opposé au sien. Pourtant, la damoiselle ne bougea pas d’un pouce, et ne cherchait même pas à savoir ce qu’il comptait faire. Eden ne pouvait pas lui faire de mal, ni même l’abandonner ainsi, sans un mot. C’aurait été déchaîner la colère de la jeune femme et l’obliger à se venger de manière peu académique. Ainsi donc, elle attendit patiemment qu’il lui réponde, chacun de ses sens tâchant de le sonder, mis à part sa vue rivée sur la jolie plante.
Enfin, les ténèbres voilèrent progressivement la lumière et les sons. Le cœur d’Hel
s’affola puis se serra. Lourd, dans sa poitrine, comme une pierre s’abimant dans les profondeurs d’un lac après quelques ricochets désespérés. L’Injuriée, que l’oppression rendait malade, pâlissait à vue d’œil. Y avait-il un nom pour cette claustrophobie étrange, causé par un élément contraire au sien ? La solitude gagna son âme alors que les secondes s’égrainaient aussi lentement qu’un jour sans pain. Son regard habituellement sûr, mais surtout froid et triste, tâtonnait le vide ambiant avec un affolement digne d’une créature piégée par sa proie. Et même son corps ne répondait pas, pourtant si prompt sous la lumière des astres... Aucune lumière n’émanait d’elle, sa pâleur même était invisible. La demoiselle Thorenwald était seulement en train de se battre contre ses instincts qui lui dictaient de se défendre, ce qui expliquait son inertie douloureuse et ses frissons. Des milliers de questions venaient à elle, toutes plus inquiètes les unes que les autres alors qu’elle cherchait à se fondre dans les ténèbres pour ‘’voir’’ ce qu’Il allait faire. Ses sentiments se livraient quant à eux un combat sans merci, et elle hésita à se laisser tomber au sol pour fermer les yeux et se calmer. Tout ceci l’épuisait bien plus qu’une journée entière de combat d’épée. C’est à ce moment-là que l’être qu’elle aimait brisa ce néant qui l’étouffait tant. Elle cessa de trembler du mieux qu’elle pu et essaya de garder son sang froid…

- N’aie crainte jeune fille, je n’ai pas l’intention de t’effrayer.

C’est un peu tard, mon cher…

Hel rougit cependant, honteuse de son comportement, et troublée par les bras du Phantom qui l’enlaçait. Ses propres bras le long du corps, elle sentit son souffle chaud sur sa nuque, là où ses cheveux étaient assez courts pour révéler sa peau. Elle mordit sa lèvre inférieure, comme d’habitude, si ce n’est que son sang perla sous la pression de ses dents. Heureusement qu’il ne la voyait pas.

- Je me nomme Eden Cirenster, j’étais un chevalier sous les ordres d’Eléandre. Pourtant comme tu l’as dit, je suis mort il y a de nombreuses années et j’ai pris l’apparence d’un "Phantom". Je n’ai plus ma place dans le monde que j’ai jadis
protégé. Du moins plus directement… J’agis telle une ombre afin de retrouver la personne qui aurait la possibilité de récupérer le titre de gouverneur de Nôthburg et par la même occasion un pouvoir scellé qui ne doit pas être réveillé.


La dresseuse fronça les sourcils, plus ou moins perplexe, mais compréhensive. Étonnamment, les larmes embuèrent doucement ses iris bleu saphir.

Qu’est-ce qui me prend ?

Il enchaîna, relâchant son étreinte et rompant le seul contact physique possible dans l’obscurité où elle ne voyait rien. Son rythme cardiaque s'emballa un peu plus.

- J’ai passé ces dernières années à le chercher sans succès et pourtant je ne peux pas abandonner. C’est sans doute le destin qui nous a conduits à nous rencontrer ici. Je suis heureux de t’avoir vu une dernière fois. Adieu.

Cœur et âme se déchirèrent pour Hel, alors que la nuit abattue sur son être et ces mots qui avaient claqués achevèrent de démolir ses murailles. La raison la quitta, et toute adulte qu’elle était, une réaction aussi fragile qu’enfantine la submergea sans qu'elle puisse la contrôler.

‘’ - Je ne veux pas !’’

Hurla-t-elle dans le silence pesant, la tête entre les mains. Ses genoux fléchirent et cognèrent la terre dure de la pelouse quand elle s’y effondra, en même temps que ses larmes se libéraient, ruisselant sur son beau visage terrassé par l’incompréhension, et se mêlant à une goutte de sang.
Elle désespérait de tout revivre une seconde fois. Le manque. La frustration. La solitude. Les ténèbres du Sir de Cirenster l’accablaient encore plus, tout étant plus sombre pour ses sens à présent complètement désorientés. Elle se recroquevilla sur ses cuisses, la tête posée sur ses genoux mouillés de sel, ses mains plaquées contre ses joues flambantes.

Hel comptait rester là jusqu’à un réveil utopique. Ce ne pouvait être qu’un mauvais rêve. Peut-être cette soirée n’avait été que le fruit de son imagination démente et blessée par la disparition des gens qu’elle aimait. Peut-être.

Une.

La jeune femme resta là en sanglotant, dos à celui qui allait -ou était- déjà parti. Non, il était déjà loin à ses yeux.

‘’- Je vais me réveiller à nouveau seule, dans mon lit ou dans la paille de mes écuries, n’est-ce pas ? J’espère que mes chevaux veillent sur moi alors et que leur compagnie continuera à apaiser mes esprits. ‘’

Sa voix était brisée, tantôt rauque, tantôt sifflante. Elle se murmura à elle-même.

‘’- Je... je n'ai... je n'ai jamais réussi à faire le deuil de qui que se soit...’’

Elle se renversa sur le côté droit, s’allongeant dans l’herbe tiède, en position fœtale. Et ajouta, d’un chuchotement encore plus faible, en s’agrippant à quelques brins :

‘’- J’ai si mal… Je ve… dois... je vais mourir… de chagrin ?’’

Vingt-et-une secondes écoulées et pourtant si longues...

Elle parvint à produire un peu de lumière de sa main droite, qu’elle plaqua sur sa poitrine en fermant ses yeux noyés de peine. L’élément ténébreux la clouait au sol et lui ôtait à présent toute envie de se lever et de poursuivre son ‘’fantôme’’. Elle se sentait abandonnée, et le croyait dur comme fer. Qui viendrait la chercher ? Thorstein, s’il existait vraiment ? Lluìev, qui elle était bien réelle ?

Je délirerais… ?



Dernière édition par Hel Thorenwald le Lun 16 Nov - 20:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Thorstein Hodeghien

avatar

Masculin

Messages : 59
Age : 28
Citadin

Parchemin Administratif
Profession: Brasseur
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Sam 7 Nov - 10:09

La compagne d’infortune de Thorstein répondit simplement :

– Il semble inévitable que nous devions rester ici. Je vous avouerais que je n’apprécie pas particulièrement la danse... J’aperçois un coin tranquille, là-bas, m’y accompagneriez-vous ?

Elle désignait une table reculée à laquelle se trouvaient deux chaises vides, idéal pour passer inaperçu sans se mêler au reste des convives. Pour réponse il prit la direction de cette table, toujours accompagné par la Nocturne qui reprit la parole :

– Vous savez comment je m’appelle, à présent : Lluìev d’Ombrelune. Puis-je connaître votre nom à mon tour ?

Il répondit naturellement, sans prendre le temps de réfléchir

-Thorstein Hodeghien

Il s’aperçut à se moment de son erreur, son nom ne sonnait pas noble. Lluiev risquait de s’en apercevoir immédiatement et alors il serait découvert, tout reposerait sur sa réaction, de là s’ensuivrait la suite de la soirée.

Elle ne réagit pas, du moins visiblement mais certainement avait-elle compris que le Thorual n’était pas de cette cour. Un serveur passait près d’eux et Thorstein pris un verre de vin pourpre, dans l’espoir que cela participerait à leur donnait un air plus détendu, plus festif.

Il ne trouvait plus de sujet de conversation, son esprit travaillait et faisait le point sur sa situation. Le Chevalier l’avait certainement amené pour un but précis mais il se défilait avec cette Darowen qui semblait d’abord gênée de le voir puis partait avec lui. Qu’est ce que cela signifiait ? Dans tous les cas, il en résultait qu’ils se trouvaient abandonnés et en assez mauvaise posture puisque ni l’un ni l’autre ne semblait être à leur place en cet endroit.

Le temps s’écoulait, son verre se vidait lentement, très lentement. Il retardait sa fin, ne sachant que faire après. Puis, trop rapidement, il ne resta plus qu’une minuscule goutte au fond de son verre, celle qui reste toujours, perdue.

Un long moment s’était écoulé, leurs hôtes ne revenaient pas. Le métamorphe sentait monter en lui une véritable antipathie contre celui l’avait amené ici. Il restait calme mais l’envie de partir le démangeait, se faisant de plus en plus pressante.

Oui, il voulait partir. Retrouver le chemin de la sortie ne sera pas si compliqué, sortir de cette salle puis descendre le grand escalier, traverser le jardin intérieur et enfin emprunter le couloir donnant à la salle du trône. Bien sûr récupérer ses armes au passage. Cela semblait simple s’il n’y avait pas de questions indiscrètes sur leur départ aussi rapide de la part des gardes qui se trouvaient là.

Cependant il restait un inconvénient. Il ne pouvait se résoudre à abandonner la Nocsys. Il décida donc de lui en parler et de voir ce qu’il ferait en fonction de sa réponse. Il leva les yeux, la regardant en face et s’exprima avec un air grave.

-Le temps passe, nos chers hôtes ne reviennent pas, peut être devrions nous partir. Qu’en pensez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Lluìev Khridd

avatar

Féminin

Messages : 97
Age : 24
Dame

Parchemin Administratif
Profession: Calligraphe
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Jeu 12 Nov - 18:05

Thorstein se présenta, et ce nom dit quelque chose à Lluìev, mais elle ne sut mettre la main dessus. Il ne sonnait de plus pas noble, mais combien l’étaient et avaient perdu l’attribut de leur rang dans leur nom ? À commencer par elle… Car si elle cachait le sien, c’était pour de bien plus sombres raisons. Mais elle sentait bien que le jeune homme ne faisait pas partie de tous ces gens pomponnés et aux manières exagérées. Et cela lui allait.
Le temps passait, passait, passait… S’écoulait lentement, goutte après goutte, et aucun des deux ne parlait. Lluìev aimait le silence et ne cherchait pas à le briser. Elle ruminait plutôt ses pensées, souhaitant sortir d’ici, cherchant comment faire. Mais elle ne voyait d’autre solution que de patienter assez pour que son départ passe inaperçu…
Vint enfin le moment où elle pensa pouvoir mettre ses idées à l’œuvre. Mais Hodeghien la devança :

– Le temps passe, nos chers hôtes ne reviennent pas, peut-être devrions-nous partir. Qu’en pensez-vous ?

Elle avait déjà commencé à se lever, et répondit :

– Je pense que vous avez tout-à-fait raison. Attendez-moi, si vous le voulez bien, dans le jardin intérieur, je passe prendre mes affaires dans l’appartement de mon amie Thorenwald : il sera plus naturel que nous partions à deux…

Elle fila dans les escaliers, se faufilant entre les invités sans se faire remarquer, se fit ouvrir et se changea en vitesse. Elle déposa délicatement la robe violette, la parure et les attaches qui avaient permis à sa coiffure de tenir sur le lit de Hel, prenant soin toutefois de laisser ses cheveux détachés pour ne pas attirer l’attention avec sa tresse. Elle mit sa cape sur son dos et sortit, dévala les escaliers et se retrouva dans le jardin intérieur du Bastion Astral.
Revenir en haut Aller en bas
Eden Cirenster

avatar

Masculin

Messages : 351
Age : 28
Phantom

Parchemin Administratif
Profession: Tueur à gages
Notoriété:
200/200  (200/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Lun 16 Nov - 16:10

Le dos droit, les poings serrés, il partait rejoindre les festivités, déterminé à terminer ce qu’il avait commencé il y a si longtemps. Contrat après contrat, meurtre après meurtre, peu à peu il s’éloigner de plus en plus de tous les sentiments chaleureux qu’il connaissait. Il n’y avait aucun doute la dessus, il n’avait pas l’âme d’un meurtrier qui prenait plaisir à tuer ou bien même d’un esprit vengeur dont le cœur était corrompu par son seul et unique objectif. Non il n’était pas comme ça et pourtant il se devait d’accomplir ce qu’il s’était fixé, non pas pour le salut d’Eléandre ou la protection du Néant. Mais simplement pour éviter de gâcher les soixante années d’efforts qu’il avait déjà passé en tant qu’ombre, en tant que Phantom. Pourtant au moment de partir, au moment même de quitter le jardin intérieur, ses jambes se stoppèrent, comme si tous les muscles de son corps étaient tétanisés par quelque chose, mais quoi ? La réponse il l’a connaissait, mais il refusait de faire demi-tour, et de se retourner pour poser les yeux sur la femme qu’il avait toujours désiré et qui s’étendait un peu plus loin, une nouvelle fois brisée par le départ d’Eden. Pourquoi ne pas se retourner ? Pourquoi ne pas juste jeter un œil afin de savoir ce qu’il en était vraiment ? Tout simplement car il suffit d’un simple regard pour changer un fait, pour transformer un espoir ou une volonté de fer à l’état de poussières. Orphée en avait fait les frais. Cette légende que lui avait raconté Théophane, ou un homme chagriné par la perte si soudaine que malheureuse de sa belle, descendit lui-même jusqu’en enfer afin de récupérer l’âme de son unique amour, Eurydice. Il charma la créature qui en gardait l’entrée ainsi que le dieu des Enfers lui-même. Ce dernier accepta de lui rendre son amour, à la condition que durant tous le voyage pour retourner sur terre, ce dernier ne jette pas un seul regard en arrière. Orphée prit la tête de la marche suivit par sa chère et tendre, et ainsi durant tout le trajet ce dernier lutta contre le désir de retourner pour constater que sa belle était bien derrière lui. Puis proche des marches de la Terre, son cœur remplit plein d’espoir ce retourna. Un geste malheureux, la promesse n’ayant point était tenu, la jeune Eurydice se transforma en statue de granit, la laissant ainsi pour toujours entre les deux mondes. Ainsi même après sa mort, Orphée était à jamais séparé de sa moitié.

La situation était différente et pourtant, il ressentait le même besoin qu’Orphée, se retourner afin de constater de ses yeux la personne qu’il affectionner le plus. Ainsi lentement, il se retourna en direction d’Hel et l’observa une dernière fois. Une dernière fois… Comment avait-il pu être aussi naïf ? Son regard une fois posée sur la jolie Darowen, ne semblait plus pouvoir s’en détacher. Elle était là recroquevillée sur elle-même tremblante, Était-ce de la colère ? Ou de la tristesse ? La question ne devait normalement même pas se poser, pourtant il le faisait tout de même. Tout comme dans le mythe d’Orphée, l’unique fait de s’être attardé sur elle, de la contemplait dans toute sa douleur, venait de provoquer un changement radicale dans son état d’esprit. Il ne pouvait pas partir, du moins pas comme ça. Malgré tout le danger qu’il pourrait le menacer s’il était accompagné, il ne pouvait se contraindre à vivre seul. Et petit à petit, il commença à réaliser que le long cauchemar commençait peu à peu à s’illuminer pour laisser place à une réalité tout aussi flamboyante que l’astre Mère elle-même.

Sans la moindre hésitation, il se précipita une nouvelle fois au coté de sa bien aimée, son rythme cardiaque s’affolant de plus en plus au fur et à mesure qu’il s’en rapprocher, alors qu’il se situait plus qu’à quelques pas de Hel ; on aurait pu danser sur son rythme, tellement qu’il battait fort. De plus près la situation était encore pire que ce qu’il ne s’était imaginé. Les larmes coulaient à flots, la tristesse qu’elle éprouvait empala d’un coup le cœur de notre protagoniste, qui prit d’une folie soudaine, releva son amour doucement et porta ses lèvres aux siennes, tout en la serrant fort contre lui. Pourtant il ne savait quoi dire et il attendit plusieurs minutes, le temps que les pleurs de l’injuriée se calme avant de la libérer de son étreinte et de plonger ses yeux brulants dans les bleus profonds d’Hel. Son regard était chaleureux, et il affichait même, pour la première fois depuis plusieurs dizaines d’années un sourire tendre et sincère. Il posa sa main contre son torse et déclara d’une voix confiante :

- Attends moi dans deux semaines dans les jardins de Nôthburg, je vais faire en sorte de prendre quelques congés.


Il termina sa phrase par un clin d’œil discret suivit d’un grand sourire satisfait pendu aux lèvres. Il tourna le dos à ses talons et repartit en direction des festivités. Alors qu’il s’éloigner, il lança rapidement et d’une voix vive :

- Je te conseille de partir d’ici au plus vite, dans quelques temps cet endroit sera le théâtre d’un acte tout aussi tragique que dramatique. Et N’oublie pas notre rendez vous.


Il disparut dans les escaliers, croisant par la même occasion deux connaissances, qui n’étaient autres que les personnes qu’ils avaient invités mutuellement. La Nocturne, avait repris ses vêtements habituelles et ressemblait assez à la description de Fanélia, mise à part les cheveux, dont la tresse n’était pas apparente, pourtant au vu de la longueur c’était faisable.

* A surveiller donc.*

Il croisa le regard du méthamorphe, ce dernier le regardait avec une sorte de haine dissimulée, comme si il se demandait si il allait vraiment mettre son plan à exécution, à cette soudaine pensée, Eden afficha un sourire sombre et mystérieux, tout en chuchotant juste assez fort pour être perceptible par ce même homme :

- Tu as vingt minutes pour prendre ta décision, si tu restes je me sers de toi comme bouc-émissaire, si tu pars, tu ne sauras jamais quel était mon objectif.


Et vif comme le vent, il traversa les escaliers, se retrouvant de nouveau dans la magnifique salle de festivités, dont l’atmosphère commençait à se corrompre avec l’air vicié de l’alcool qui flottait autours de la plupart des invités. Eden s’assit une nouvelle fois à une table, entamant une discussion avec des dames des la cour et la cible de ce soir. Le destin commençait à s’écoulait inexorablement, vers l’exécution sans concession d’Ivan Krysta.

Revenir en haut Aller en bas
Hel Thorenwald

avatar

Féminin

Messages : 1139
Localisation : Secret défense ♥
Age : 25
Dame

Parchemin Administratif
Profession: Dresseuse de chevaux
Notoriété:
5/200  (5/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Mar 17 Nov - 20:59

Plus un bruit autour d’elle. C'était comme si elle dormait dans le Néant, à la différence que sa lumière éclairait les brins d’herbes, seuls éléments matériels auxquels la jeune femme se raccrochait encore de sa main gauche. Et à la différence que ses sanglots indomptables se percevaient si l’on traquait sa respiration hachée. L’avait-Il entendue ? Ou alors n’avait-Il jamais été là ? Mais comment de pareilles ténèbres étaient-elle possibles dans la réalité concrète ? Néanmoins, pourquoi n’avait-Il pas répondu ?! Hel se torturait l’esprit plus qu’il ne l’était déjà sans pour autant réfléchir à tenter de se relever. Dans quelques heures peut-être ? Pourtant l’événement tant espéré se produisit alors que sa conscience guettait les pas du chevalier.

Je n’ose y croire… Peut-être est-ce quelqu’un d’autre ? A moins que je ne m’illusionne encore…

Se dit-elle quand cette remarque atteignit ses folles réflexions. Pourtant, elle perçut les battements effrénés d’un cœur vivant et le choc d’un corps sur le sol, derrière elle. Mais ses larmes ne pouvaient pas se tarir déjà, de plus elle ne voyait rien si ce n’était sa propre main gantée et peu lumineuse.
La personne en question la souleva alors. La dresseuse desserra ses doigts de la verdure pour ne pas l’arracher et joignit ses mains contre ses seins. Elle ne pesait pas lourd sans ses ailes, même avec sa grande taille.
Elle sentit d’abord son plastron en cuir contre sa poitrine et son ventre, puis entendit sa cotte de maille tinter. Ce ne pouvait être que lui.
Il l’étreignit avec force et tous ses gestes traduisaient des regrets, cherchant à consoler la frêle Injuriée qui n’en larmoyait que de plus belle.

Est-ce que je rêve encore ?

Apparemment non vu le baiser qu’il lui offrit, caresse suprême ,tellement plus intense que le premier… Mais c’est avec sérénité qu’elle profita de cet instant incroyable, contrairement à leur tout premier contact qui l’avait complètement bouleversée. Elle mit plusieurs minutes à retrouver une peau illuminée, qui finit par lui permettre de regarder les yeux flamboyants d’Eden. Ses pleurs s’étaient calmés peu à peu et il put la relâcher sur l’herbe verdoyante. Il se tint à genoux, auprès d’elle, toujours silencieusement. Et lui décocha un sourire radieux, tendre et sincère qui acheva de la conquérir. Dans tout ce noir, elle n’était sûre que d’une seule chose : elle l’aimait. Son état désespéré l’avait traduit à la place même des mots. Cet homme lui manquait, lui faisait tourner la tête, et était sûrement le seul capable à la faire pleurer ainsi. Oui, il n’y avait eu que lui, depuis 60 ans…
Il prit la parole, de sa voix de miel :

"- Attends moi dans deux semaines dans les jardins de Nôthburg,
je vais faire en sorte de prendre quelques congés."


La fille Thorenwald hocha la tête, en esquissant un sourire devant le clin d’œil de son bien-aimé. Ce dernier se releva et avec lui, la brume obscure s’estompa. Bien sûr qu’elle l’attendrait. Mais seulement deux semaines. Après…

Je me lancerai à sa recherche.

Il lui lança pour finir, d’une voix vive :

"- Je te conseille de partir d’ici au plus vite, dans quelques temps cet endroit sera le théâtre d’un acte tout aussi tragique que dramatique. Et n’oublie pas notre rendez vous."

Il disparut derrière un bosquet. L’amoureuse ne se posa pas de questions sur ce qui allait se passer dans quelques minutes, préférant ne penser qu’au retour du Sir Cirenster. Elle allait devoir traverser le second plan, les montagnes et les collines afin de trouver la porte de Nôthburg le Magnifique. Elle partirait après le lendemain, le temps de régler des détails dans les Ecuries.
Hel soupira à l’idée de ce voyage et de sa préparation mais se redressa, quasi rayonnante.

Après tout, de quoi je me plains ?
Cela fait bien longtemps que je ne suis pas partie faire une telle excursion, c’est plutôt excitant.


Une fois debout, elle s’épousseta, reprenant ses repères avec la réalité. Les ténèbres s’étaient complètement estompés et avec elles le silence troublant.
Un détail attira soudainement son attention. Où était son masque ?

Je l’ai oublié dans la salle !

Elle se hâta vers les escaliers, en se souvenant qu’elle devait déguerpir d’ici le plus vite possible. Était-ce judicieux de retourner dans la salle de bal ?

De toute façon, je dois retrouver Lluìev ! Et si je la croise ailleurs, tant pis pour le
masque… Il faudra surtout retourner dans ma chambre pour se changer…




Dernière édition par Hel Thorenwald le Sam 23 Jan - 18:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Thorstein Hodeghien

avatar

Masculin

Messages : 59
Age : 28
Citadin

Parchemin Administratif
Profession: Brasseur
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Sam 21 Nov - 9:39

Thorstein avait à peine eu le temps de finir sa phrase que la Nocsys lui répondit, comme si elle attendait l’occasion de fuir ces lieux depuis une éternité :

– Je pense que vous avez tout-à-fait raison. Attendez-moi, si vous le voulez bien, dans le jardin intérieur, je passe prendre mes affaires dans l’appartement de mon amie Thorenwald : il sera plus naturel que nous partions à deux…

Elle fila en vitesse aux appartements de son hôte, le Thorual pris son temps pour rejoindre le jardin. Sa compagne le rejoint après s’être changée alors qu’il arrivait tout juste au grand escalier. Il accéléra le pas afin de rester à sa hauteur et ils s’engagèrent dans la longue suite de marches.

Dans cette interminable descente ils virent une silhouette rouge qui, elle, montait. Arrivant à leur hauteur le Chevalier dévisagea assez discrètement Lluiev, comme si elle pouvait représenter une menace. Thorstein le regarda sans pouvoir contenir sa haine naissante que le Darowen dû percevoir, un sourire sombre se dessinant sur son visage.

- Tu as vingt minutes pour prendre ta décision, si tu restes je me sers de toi comme bouc-émissaire, si tu pars, tu ne sauras jamais quel était mon objectif.

A peine eut il lâché ces paroles qu’il disparut dans l’escalier comme il était arrivé. Le Darowen comptait donc utiliser le métamorphe afin d’exécuter un ignoble dessein. Voilà pourquoi il l’avait amené, la situation était claire désormais. Mais que faire ? Fuir ? En ce cas effectivement il ne saurait certainement jamais ce qui s’était passé ce soir là, les mystères de la cour n’étant jamais rendus publiques. Ou bien essayer de l’empêcher d’accomplir son plan ? Mais quel était-il ?

Qui me croirait si je restais ? Peut être la demoiselle Thorenwald ? Et encore, rien ne pourrait lui prouver ma bonne foi. C’est un Chevalier, et moi quelqu’un du peuple qui n’a rien à faire ici. Si je reste et que l’on m’attrape je suis fichu.

Vingt minutes étaient largement suffisantes pour sortir du Bastion, il ne leur était donc pas nécessaire de presser le pas. L’esprit du Thorual travaillait. La seule personne qui le croirait était à côté de lui, bien évidemment.

-Quelque chose va se passer ici, par la main du seigneur Cirenster. Nous devons être partis d’ici vingt minutes ou ce sera moi qui porterai le chapeau. C’est pour cela qu’il m’a amené ici.

C’est alors qu’ils arrivèrent dans le jardin intérieur d’où sortait justement la belle injuriée.
Revenir en haut Aller en bas
Lluìev Khridd

avatar

Féminin

Messages : 97
Age : 24
Dame

Parchemin Administratif
Profession: Calligraphe
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Dim 29 Nov - 16:17

[Excusez le retard de ma réponse…]

Au grand dam de Lluìev, ils croisèrent Cirenster dans l'escalier. Celui-ci lui jeta un regard plutôt inquiétant qui ne fit que la conforter dans son envie pressante de quitter les lieux. Puis il jeta quelques mots à l'oreille de Thorstein, qu'elle ne put entendre. Elle sut toutefois un instant plus tard de quoi il était question :

– Quelque chose va se passer ici, par la main du seigneur Cirenster. Nous devons être partis d’ici vingt minutes ou ce sera moi qui porterai le chapeau. C’est pour cela qu’il m’a amené ici.

– Eh bien, voilà une raison de plus pour partir le plus vite possible… Faites comme bon vous semble, mais moi je m'en vais.

Ils arrivaient sans le jardin, où ils tombèrent nez à nez avec Hel Thorenwald. Lluìev se contenta de lui dire :

– J'ai récupéré mes affaires dans tes appartements, et je vais partir, accompagnée ou non du sieur Hodeghien. (Elle jeta un regard vers l'intéressé.) Je te remercie de m'avoir invitée et de m'avoir prêté de quoi m'habiller. Bonne soirée, peut-être nous reverrons-nous… Le hasard en décidera. Adieu.

Sur ce, elle retraversa les multiples salles du Bastion, récupéra ses armes à l'entrée sans encombre et se retrouva enfin à l'air libre. Elle respira un bon coup, et s'enfonça dans la nuit.
Elle regrettait tout ce qu'il s'était passé. La mise à nu de tout son malheur le matin même, et cette soirée qui n'avait servi qu'à lui faire perdre son temps… Enfin, tout cela était terminé, et elle en tirait au moins une leçon.

"Plus jamais je ne me laisserai prendre en pitié de la sorte. Plus jamais."

[Fin du rp pour moi]
Revenir en haut Aller en bas
Eden Cirenster

avatar

Masculin

Messages : 351
Age : 28
Phantom

Parchemin Administratif
Profession: Tueur à gages
Notoriété:
200/200  (200/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Mar 22 Déc - 15:56

Les festivités voguaient à bonne allure, enchaînant des flots de danses et de magies qui confondaient le rêve de la réalité. Sir Krista avait bien réussi son approche sur ce point, il en mettait plein la vue et semblait satisfaire les nobles de la cour, dommage qu’il ne puisse en profiter très longtemps. Le destin d’ Ivan n’était pas de briller au seins d’Henêgbald mais de rejoindre ses ancêtres dans les abysses sans fin des limbes. Pourtant il ignorait que sa vie s’achève d’une manière tout aussi soudaine qu’inattendue en plein essor de sa gloire éphémère. La serveuse délivra le message d’Eden au malheureux inconscient de son propre sort. Il sortit de la salle n’affichant aucune inquiétude, comme si ce message n’avait aucune incidence majeur et qu’il s’éclipsait juste un petit moment.

*Un homme tout à fait épatant et pourtant si prévisible…*

Il quitta à son tour la salle prenant la direction opposée à celle d’Ivan, s’écartant peu à peu des bruits sourds et des rires de la soirée. Il continua à marcher dans un long corridor mal éclairé dont les murs étaient tapissés de rideaux de soies pourpres. Dans un simple mouvement de main, il laissa échapper une légère vague ténébreuse qui avala la faible lumière des candélabres, plongeant le couloir dans le noir le plus complet. Il continua à marcher, son rythme était lent et assuré, il préparait son acte, prévoyant le meilleur moyen de s’échapper si par mégarde il devait échouer ou si il devait être repéré. Le Beffroi n’était pas la place la plus difficile de s’échapper de la ville mais elle était tout de même considérée comme une place forte du Néant. Autant dire que si il voulait s’en sortir ça allait être un véritable…

* Un vrai merdier, et encore si tout se passe bien…*

Voilà, on peut dire ça comme ça aussi. Le temps nous le dira, mais pour le moment retournons sur le présent. Eden s’arrêta devant une statue représentant un métamorphe tenant dans la main droite l’épée du pouvoir et dans la gauche une sorte de balance qui devait représenter la justice, ou alors sa propre justice, difficile à interpréter la signification exacte. Toujours plongé dans le noir le plus total, il attrapa le bras droit de la statue et murmura une simple phrase.

- Chaînes de la destinée entrave mes actions et révèle mes pêchés.

La lame de la statue émit une lueur bleutée venant de la lame et s’abattit sur Eden dans un fracas assourdissant, comme si la foudre venait de tomber. Dans la seconde qui suivit, notre injurié sentit le sol se dévoiler sous ses pieds et sentit son corps s’éloigner peu à peu, voyageant en direction d’un nouveau lieu. Son esprit s’embrouilla laissant à la limite de la conscience. Après une dizaines de secondes il sentit la terre ferme, il ouvrit les yeux, étendu sur le sol à demi conscient. Il se rétablit en titubant légèrement, s’agrippant à la statue qui se situait derrière lui. Cette dernière était différente représentant un homme à genoux enchaîné à un mur et criblé de blessures et de flèches. Eden prit quelques temps pour récupérer tout en regardant le visage de l’infortuné. Il resta ainsi plusieurs minutes sans bouger perdu dans ces pensées, lorsqu’il se décida subitement à lui tourner le dos et s’en aller un léger sourire éclairant sa mine sombre.

- Je te rejoindrai dans ta souffrance, mais pas tout de suite mon ami.

Il était à présent dans une petite salle tout aussi sombre que le couloir ou il se trouvait il y a un moment, à y réfléchir ce réseau de transportation crée par son vieil ami était fort pratique, quoi qu’un peu dangereux sur les longues distances. Enfin le plus important reste que grâce à ce système il pouvait se rendre dans cette pièce sans avoir à passer la garde. Dommage que d’autres personnes soient au courant, mais bientôt il y en aurait une en moins, c’est déjà ça.

Il sortit de la salle pour arriver dans une autre, celle-ci étant plus spacieuse et ornée de différents blasons d’illustres chevaliers et de familles nobles. Une salle dans laquelle se trouvait une table en son centre avec deux sièges situaient face à face. Cette pièce était destinée aux entretiens entre deux membres de la noblesse dans le plus grand secret. Il mit son masque d’une pâleur fantomatique ne laissant apparaître que ses yeux rouges sangs dans les fentes oculaires. Et il patienta, tout se jouerait en un instant. Quelques minutes passèrent, laissant le Phantom seul dans l’obscurité et le silence le plus total se préparant à son sombre dessein. Des bruits de pas commencèrent à se faire entendre derrière la vieille porte en bois, suivi de quelques paroles pour finir par le grincement lourd et puissant de la porte qui s’entrouvrit, laissant filtrer un jet de lumière dans la pièce ou se tenait notre assassin. Devant lui se tenait Ivan Krista, le regard hautin, l’expression de son visage avait totalement changé par rapport à celui qu’il avait lors de son départ du salon ou se déroulait sa soirée. Il semblait plus nerveux, moins amicale aussi, comme si l’aura que le Phantom dégageait lui faisait entrevoir la possibilité de sa mort prochaine. Pourtant il laissa ses cinq gardes du corps en dehors de la salle, il entra dans la pièce et déposa une unique bougie sur la table, ne laissant apparaître que les formes des deux protagonistes qui jouaient dans le dernier acte de cette triste comédie qu’ils venaient d'interpréter Une fin aussi tranchante que la lame d’une guillotine allait tomber. La première scène venait de débuter…

- Vous semblez préoccupé Lord Krista, auriez vous vu un fantôme dans les escaliers ?

Le ton employé n’avait rien d’ironique ou de moqueur, elle était tout simplement froide, comme si elle sortait directement des ténèbres qui le suivait continuellement. Il pouvait voir le visage de Krista se décomposer sans pour autant perdre son sang froid.

- Il…il n’y a rien de tout cela. Mais votre venue ici, indique que vous avez les informations que je cherchais Phantom ?


Sa voix ne tremblait pas et était déterminée, peu à peu il reprenait confiance en lui, comme si sa peur de se faire assassiner se dissipait peu à peu. Le Phantom continua la discussion sans montrer un signe qui le trahirait dans son jeu d’acteur.

- Les informations que vous cherchez par rapport à la disparition de l’épée sont en ma possession, cependant j’espère que vous avez ce que je cherche en main, my Lord, je ne souhaiterai pas que notre accord ne soit pas respecté…

- Pas d’inquiétude à ce sujet, voici les documents que j’ai obtenu auprès de la Cour.

Il lui lança une enveloppe, Eden l’ouvrit et les regarda furtivement avant de lui lancer sa propre enveloppe. Krista l’ouvrit à son tour, lorsqu’un nuage de poison se déversa sur le Lord. Le poison lui brûla les yeux et la gorge, ce qui au passage lui désintégra les cordes vocales. Notre Noble étouffa regardant la Phantom comme si il ne comprenait pas pourquoi ?

- Un contrat sur ta tête c’est tout. Comme tu le disais c’est le business, tu peux me maudire si tu le souhaites, ça ne fera qu’une personne de plus sur la liste. Mais je te remercie pour ces documents, ils me seront d’une aide précieuse dans ma quête.

A ce moment, le visage d’Ivan semblait sourire comme pour dire que de toute manière il était déjà fini. Au même moment la porte s’ouvrit violemment laissant place aux cinq gardes du corps de Krista. Deux d’entre eux se précipitèrent vers le cadavre sans vie de leur maître alors que les trois autres entourèrent notre héros toujours assis à sa place, le masque sur son visage.

- On dirait que ma tête aussi était mise à prix, votre maître est un homme aussi mauvais que moi. Allons venez, la mort nous rattrape tous un jour ou l’autre. Pour vous elle sera plus brutale que ce que le destin avait initialement prévu.




Dernière édition par Eden Cirenster le Sam 23 Jan - 22:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hel Thorenwald

avatar

Féminin

Messages : 1139
Localisation : Secret défense ♥
Age : 25
Dame

Parchemin Administratif
Profession: Dresseuse de chevaux
Notoriété:
5/200  (5/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Sam 23 Jan - 22:03

Les marches défilaient sous ses pas rapides quand au détour d’un palier, elle tomba face à face avec Lluìev et Thorstein. La Nocsys avait retrouvé ses vêtements normaux et adressa à son hôte un message hâtif, pendant que celle-ci espérait que son visage avait retrouvé sa pâleur habituelle et cachait ses troubles précédents :

''- J'ai récupéré mes affaires dans tes appartements, et je vais partir, accompagnée ou non du sieur Hodeghien. Je te remercie de m'avoir invitée et de m'avoir prêté de quoi m'habiller. Bonne soirée, peut-être nous reverrons-nous… Le hasard en décidera. Adieu.''

Elle s’empressa de répondre alors qu’elle s’éclipsait déjà de leur entrevue impromptue.

‘’- Nous nous reverrons Lluìev, et ce ne sera pas un hasard ! J’en suis persuadée.’’

Restait devant Hel le séduisant Hodeghien, qui semblait dérangé par quelques sombres pensées. La Darowen s’approcha d’un pas de plus et enchaîna :

‘’- Sir Hodeghien, Il semblerait que quelque chose va se dérouler bientôt, ici-même. Et cela concerne le Chevalier Cirenster. Je ne sais quelles peuvent être vos liaisons avec lui, mais s’il vous plait, sortez vite d’ici. Je sais que vous n’êtes pas issu de la Cour, et je tremble à l’idée que vous puissiez être attrapé et enfermé pour des raisons qui, je le crois et je l’espère, ne vous concernent pas.’’

L’Injuriée le délaissa, grimpant avec empressement une nouvelle volée de marche, pour se retourner une dernière fois en lui adressant un sourire.

‘’- Moi aussi, je sortirai d’ici, mais avant cela je dois regagner mes appartements pour plier bagages. Peut-être saurais-je comment vous rattraper si vous trainez ainsi !’’

Elle s’esclaffa alors même que ses ailes incroyables se dégageaient de son dos nu. Elle fit un ultime signe de la main à son interlocuteur et reprit sa course en toute hâte. Sa paire d’ailes lui permettait d’avancer trois fois plus vite, alors qu’elle bondissait d’une dizaine de marches en dizaine de marches en quelques secondes.

Pfiou, je me sens entière à présent, comme jamais je ne l’ai été. Equilibrée, puissante, sereine. Il ne me manque plus que des vêtements adéquats et mon impétueuse monture ! Même si Lui me manque déjà. Allons bon, deux semaines, ce n’est rien contre 30 ans !

Voilà donc la damoiselle, en deux minutes à peine, arrêtée devant la superbe porte de ses parents. Sans prendre la peine de frapper, elle entra pour se précipiter dans sa chambre. Elle y récupéra ses effets personnels, se déshabilla, enfila sa tenue habituelle puis rangea dans son sac une tenue de voyage et sa tenue d’équitation. Elle s’empara d’un savon neuf à l’odeur agréable et de quoi se sécher afin de pouvoir se laver durant son périple en solitaire. Pour finir, la dresseuse s’avança devant un miroir à gauche de son lit immense et actionna un mécanisme qui fit pivoter un pan de la cloison. De l’autre côté, une petite pièce s’offrait à la vue de sa propriétaire : il s’agissait de son intime boudoir. Au fond reposait ses armes et même une armure légère, offerte par son père et forgée par un artisan de renom, au service de l’Armée du Néant. Hel se saisit de ses armes, renonçant à l’armure qui lui serait peut –être inutile.

Quoique, j’hésite. Qui sait de quelles créatures regorgent le Second Plan ?

La jeune femme rangea délicatement son armure dans une sorte de coffre plat que l’on pouvait porter grâce à une poignée située sur le côté. Enfin, elle gagna la sortie. Elle évita la salle de bal soigneusement et dévala les étages du Beffroi en planant. Ainsi son chargement ne la ralentissait pas, que se soit son fouet attaché à sa hanche, ou son épée rangée le long de sa colonne vertébrale. Etrangement, elle ne voyait pas encore Thorstein.

Mais où est-il passé ?

Songea-t-elle, en se posant au sol et en reprenant sa ‘’fuite’’ d’un pas rapide.

Revenir en haut Aller en bas
Thorstein Hodeghien

avatar

Masculin

Messages : 59
Age : 28
Citadin

Parchemin Administratif
Profession: Brasseur
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Ven 12 Fév - 20:11

Lluìev enchaina à peine Thorstein eut-il finit de parler :

– Eh bien, voilà une raison de plus pour partir le plus vite possible… Faites comme bon vous semble, mais moi je m'en vais.

Puis, elle s’adressa à la Darowen qu’ils croisaient justement :

– J'ai récupéré mes affaires dans tes appartements, et je vais partir, accompagnée ou non du sieur Hodeghien. Je te remercie de m'avoir invitée et de m'avoir prêté de quoi m'habiller. Bonne soirée, peut-être nous reverrons-nous… Le hasard en décidera. Adieu.

Elle partit alors d’un air décidé ne se retournant même pas pour écouter son hôte :

- Nous nous reverrons Lluìev, et ce ne sera pas un hasard ! J’en suis persuadée.

Le métamorphe pensa que ces paroles étaient inutiles mais il se garda bien d’en faire la remarque tant Hel semblait certaine de ce qu’elle disait. Celle-ci s’adressa alors à lui après s’être rapprochée comme si elle souhaitait que personne ne puisse les entendre :

- Sir Hodeghien, Il semblerait que quelque chose va se dérouler bientôt, ici-même. Et cela concerne le Chevalier Cirenster. Je ne sais quelles peuvent être vos liaisons avec lui, mais s’il vous plait, sortez vite d’ici. Je sais que vous n’êtes pas issu de la Cour, et je tremble à l’idée que vous puissiez être attrapé et enfermé pour des raisons qui, je le crois et je l’espère, ne vous concernent pas.

Ainsi donc elle était au courant que quelque chose allait se passer mais savait-elle quoi ? Elle avait compris qu’il n’était pas de la Cour mais elle ne le traitait pas comme la majorité des nobles l’auraient fait, lui pauvre petit artisan du peuple.

Elle filait dans les escaliers mais se retourna soudain pour s’adresser une dernière fois à lui :

- Moi aussi, je sortirai d’ici, mais avant cela je dois regagner mes appartements pour plier bagages. Peut-être saurais-je comment vous rattraper si vous
trainez ainsi !


Puis ses ailes surgirent de son dos et elle disparu après un dernier signe de main. Thorstein réalisa alors qu’il perdait un temps sans doute précieux à discuter alors qu’il fallait qu’il s’éloigne d’ici au plus vite. Il repartit à travers le jardin d’un bon pas, sans aller trop vite non plus pour ne pas éveiller les soupçons des gardes. Il s’apprêtait à quitter les lieux lorsque soudain une voix retentit derrière lui.

C’était comme si un souffle glacé l’englobait entièrement en une fraction de seconde, ses sens devenaient aiguisés, ses muscles réagissaient préparant à servir s’il le fallait. C’est alors qu’il réalisa ce que lui disait cette voix qui, à la réflexion, n’était pas agressive.

- Monsieur ! N’oubliez-vous rien ?

C’était l’un des gardes qui surveillaient l’accès à la tour et gardaient les armes des invités. En effet le Thorual avait oublié de récupérer son matériel à cause de son empressement. Il récupéra donc ses affaires et quitta cette tour. Il sortit sans autre encombre mais il n’était pas tranquille, cet incident en étant la preuve. Il se retrouvait assez rapidement à l’extérieur.

Il jeta un œil dans toutes les directions possible, aucune trace de la Nocsys. Elle devait avoir déjà quitté le Bastion. Il devait mettre le plus de distance possible entre lui et cet endroit, il le savait. Mais quelque chose le tracassait, l’injuriée arriverait-elle aussi à fuir avant l’acte fatal du Chevalier ? De toute façon, n’étant plus à l’intérieur des bâtiments, comment pourrait-il être suspecté ? Et puis… une panthère noire était-elle facile à remarquer dans la nuit pour quelqu’un qui ne serait pas à sa recherche ?

Thorstein se métamorphosa, rejoignit un toit assez bas permettant de voir la sortie de la place forte, ainsi il la verrait sortir.

Il attendit quelques minutes qui parurent durer des heures, ses yeux à pupilles fendues surveillant l’obscurité comme si le félin guettait une proie. Enfin elle sortit, jetant des regards autour d’elle mais ne décelant pas la présence du métamorphe sur son toit. Il descendit alors avec souplesse, lui barrant la route avec un air féroce. Il attendit qu’elle s’arrête puis fit volte face, s’engageant dans la nuit noire. Il allait repartir dans son monde et éviterait au maximum cet endroit à l’avenir, sauf si une raison particulière le faisait changer d’avis.
Revenir en haut Aller en bas
Entité Divine
Maître de jeu
avatar

Masculin

Messages : 46
Age : 98

MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   Mer 14 Avr - 14:44

« Un cercle apparait aux pieds de ‘’Thorstein Hodeghien ’’. Il peut se laisser happer seul, se laisser happer mais attraper quelqu’un ou quelque chose pour l’entrainer avec lui, ou tenter d’esquiver. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Au bal masqué. [pv Eden, Hel, Thorstein et Lluìev.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2 Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Bastion Astral :: Beffroi du Gouverneur -