Et quand, au-delà du réel, le néant devînt votre terre, l'éternelle loi fut mille fois murmurée : Méfiez-vous des cercles bleus...
 
AccueilS'enregistrerConnexion

 

 Dans l'auberge.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Yssia Lyndhabad

avatar

Féminin

Messages : 1182
Localisation : °°°... non située sur cartes...°°°
Age : 24
Citadin

Parchemin Administratif
Profession: Serveuse
Notoriété:
5/200  (5/200)
Autres infos:

MessageSujet: Dans l'auberge.   Lun 21 Sep - 18:57

Penchée au dessus du puits situé au centre de la place, mes pensées vagabondaient à peu près joyeusement. J’avais toujours un côté de ses pensées plus ou moins négatif. Mais cela ne m’empêchait en rien d’être très positive. Surtout en apparence.

C’est plus facile de masquer son mal que de le montrer. Le sourire reste la seule défense fiable après tout.

Bien inclinée au-dessus du « vide », je ne bougeais pas.
Combien de fois, m’étais-je fait réprimander pour cela ? Mes parents avaient toujours très peur de me voir ainsi, pensant sans cesse que j’allais tomber.
Mais ce n’était jamais arrivé, et ce puits était un des piliers de ma rébellion.

J’en ai vécu des choses autour de ce puits finalement…il a du voir toutes les disputes avec ma mère…

Puis je me redressais et observais les alentours.
Il faisait jour, et l’ombre du puits m’engloutissait. La veille, il y avait eu un Bal à la cour, mes parents s’y étaient rendus. J’avais décliné l’invitation, au grand dam de ces derniers.
Je reprenais mon inspection ; en face, l’Auberge-Brasserie « L’arrache-cœur », celle dans laquelle je travaillais. J’avais un jour demandé naïvement la raison de ce nom à mon patron.
C’était simplement parce que ce dernier l’avait ouverte après une séparation. Je me souviens m’être moquée de lui. Pour moi, c’était stupide d’aimer une personne au point d’en être si malade. Parce qu’il avait bien précisé que lorsqu’elle l’avait quitté, il avait cru qu’elle lui « arrachait le cœur ». Coup de théâtre, cette même femme tient l’auberge en face de la nôtre.
Après réflexion, je n’aurais pas pu le deviner.

On mettra ça sur le compte de ma jeunesse.

J’ai légèrement souris en continuant mon tour d’inspection.
Sur ma gauche, une petite librairie, dans laquelle je me souvenais avoir passé beaucoup de temps, j’ai d’ailleurs gardé de très bons contacts avec le libraire.
Dos à moi, notre principale concurrence, l’auberge « Au cœur de Solune », celle que l’ex-femme de mon patron tient.
Célèbre pour…être en face de nous justement, et pour ses clients essentiellement bourges.

Le sol est propre, toujours bien entretenu, tout comme « mon » auberge. Les pavés blancs m’ont toujours fascinée. Petite, je restais longtemps accroupie afin de voir le minuscule trait que formait l’eau de pluie entre chaque dalle. C’était tout à fait captivant. Voir comment l’eau s’acheminait était une des premières choses à m’avoir fascinée, avec les longs cheveux de femmes bien sur.
La légère brise ramena quelques mèches sur mon visage, légèrement paniquée, je passais une main dans mes cheveux, geste désormais machinal, afin de vérifier que mon noeud ne s’était pas défait. Cela serait la plus grosse honte qui pouvait m’arriver.

J’ai reporté mon attention sur ma droite cette fois, ou je reconnaissais sans mal un groupe de jeune que j’ai longtemps côtoyée, et que je côtoie toujours. Il y a deux trois visages que je ne connaît pas, mais bon, je reste tout de même polie en leur souriant légèrement. Ils ont été les premiers à me guider dans ma vie, c'est jeunes là, à me guider « hors de chez moi », dans les rues donc. Je leur suis très reconnaissante pour cela.
Je les saluais d’un signe de tête, auquel ils répondaient tous par un « Yssie », très gai, tous en chœur.

Il faudra quand même que je leur demande comment ils font pour être si synchro…

Sans oser s’approcher de moi. Avec ces quelques années passées ensembles, ils savaient, je ne sais pas trop comment, les moments dans lesquels je serais ouverte (sympathique pour faire simple). Et reconnaissaient mon besoin de solitude à une expression que je faisais avec mon visage. Expression dont je ne savais toujours rien.

Je me suis enfin résignée à faire un pas vers l’auberge.

Il serait temps, je suis déjà en retard…

Je regardais droit devant moi, les passant me dévisageait tous. Un comportement auquel j’ai fini par m’habituer à présent.

Tout ça à cause de mes yeux… tout pour plaire décidément.

Je repoussais la porte sans soucis, et entrais.
La salle était bien claire, le soleil entrait par les nombreuses fenêtres. J’attrapais le tablier et le nouais à ma taille.
Une grande majorité des tables étaient occupées. Je saluais les clients fréquents, que je voyais au moins tous une fois par jour et entreprenais de rejoindre la salle du fond.
Mais il y a eu une légère catastrophe.
Un des habitués était accompagné de sa fille.

Enfin, j’en conclus que c’est sa fille…

Et, elle a malencontreusement renversé la bière de son père.
Avant qu’il ne m’interpelle, je traversais rapidement la salle, attrapais un des chiffons sur le comptoir, et me retournais vivement.
Près d’eux, je le rassurais en expliquant que ce n’était rien et épongeais la « merveille » de la petite.
Gêné, il insistait pour me donner un plus gros pourboire.
Dans les premiers temps, c’était à mon tour d’être mal à l’aise, en lui répétant qu’il n’y en avait pas besoin. J’ai cru qu’il avait bien saisit.
Mais, quand j’ai repris sa commande, au moment où je me tournais, il glissa quelques pièces dans la poche du tablier.
Je me retournais, un sourire fendait son visage.

« - Puisque vous insistez. Patientez quelques instants, je vais vous ramener tout ça.

»

Je partais, prenais la direction de l’arrière en me demandant, surtout en espérant, si une autre catastrophe allait éclater, m’empêchant de devoir faire face au regard inquisiteur de mon patron.

Après tout, je l’ai bien cherché.

Je lâchais un soupir, plus que quelques pas avant d’atteindre la porte menant à l’arrière.

(Ordre de passage : Yssia, Ilan, Arelin et Thia)
Revenir en haut Aller en bas
Ilan Dana Phobersadt

avatar

Masculin

Messages : 49
Localisation : Mons (Belgique)
Age : 24
Mage

Parchemin Administratif
Profession: Legillimancien
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Dans l'auberge.   Mer 23 Sep - 17:29

Ilan n'était jamais ponctuel. Pour ne pas changer ses habitudes, il l'était encore cette fois-ci. Il devait pourtant arriver de bonne heure au lieu donné, il devait y rencontrer une femme d'armée. Il ne l'avais jamais vu, jamais entendu, il avait simplement lit ses lettres. Ce n'est qu'en voyant au loin le bout du toit de cette auberge qu'il fut rassuré. Il n'était peut-être pas en retard, après tout ? Non, c'est impossible. Ilan n'a aucun contrôle du temps, et ne l'aura jamais.
La route devenait de plus en plus petite, et l'auberge ne cessait de grandir... Ilan regardait autour de lui, c'était une jolie vue. Il n'était encore jamais entré à Henêgbald, c'était la toute première fois, et en plus il n'avait pas le temps. Après avoir tourné vers la droite et vers la gauche, le voici enfin devant l'auberge. Elle paraissait animée, et déjà remplie pour cette heure matinale, peut-être était-elle connue ? En tout cas, Ilan remarqua que ce n'était pas la seule du coin. Il y en avait d'autres, juste en face de celle-ci, encore plus remplies. Les gens n'avaient que ça à faire. C'est autre chose qu'à Nôthburg. Après avoir pris son élan, s'être réajusté son foulard, il tourna la poignée de la porte d'entrée pour pénétrer dans l'auberge. C'était drôlement bizarre, il n'y avait pas de serveuse, peut-être était-elle à l'intérieur ? C'est bien malheureux, avec autant de gens assis. Après s'être posé cette remarque, Ilan avança vers le bar et s'assit sur un siège. La vue de tout ces verres lui donnait soif, et puis Ilan ne voulait pas n'importe quoi. L'Hydromel était sa boisson favorite...

_ Si j'étais un serveur, je travaillerai dans le bar, moi. dit-il à voix haute pour que tout le monde l'entende.

Après que tout le monde le fusillèrent des yeux, il sortit son livre. Le même livre que celui qu'il étudiait à l'académie de Nôthburg, mais il ne l'avait pas fini. Ce livre parlait de l'inconscient et bien d'autres choses comme la transe. Saviez-vous que l'inconscient est l'endroit où, comme le disent les hypothèses, sont classés tout vos souvenirs, et qu'il se manifeste par trois sortes de cas totalement différents ? Si l'inconscient est votre "caisse à souvenir", alors l'inconscient, c'est vous... Car sans vos souvenirs, vous n'êtes qu'une personne banale, et non une personne unique. Ilan aura toujours un grand respect envers ses professeurs de lui avoir appris tant de choses, en si peu de temps. Mais malgré son dépaysement à travers les pages, il avait toujours aussi soif.
Ne voyant pas d'autres personnes arriver, il soupira et hésita à partir, mais non. Il l'avait décidé, il devait voir cette femme, dont la signature était Brandorsen.


Dernière édition par Ilan Dana Phobersadt le Mer 30 Sep - 16:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arelin Elaessa

avatar

Féminin

Messages : 372
Localisation : Où je veux, nah !
Age : 25
Citadin

Parchemin Administratif
Profession: Prostituée
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Dans l'auberge.   Lun 28 Sep - 16:40

Une légère nausée subsistait encore, forçant Arelin à ne pas trop s’agiter. Elle s’était réveillée dans une chambre d’auberge et avait réalisé que la nuit s’était déroulée sans qu’elle ne s’en aperçoive. Elle était frustrée d’avoir manqué le bal, ignorant s’il avait été présent. Elle enrageait de ne pas avoir su se tenir, et en plus, en présence de deux dames. Elle se dit qu'elle s'excuserais un jour avant de se reprendre.

*moi, m'excuser ? mais je rêve ou quoi ? il faut que je me reprenne, je vais me faire griller... mais cette Hel... elle me fascine !*

On l’avait juste allongée dans la chambre, et elle avait dormi avec ses dagues, ce qui lui avait valu une paire d’ecchymoses, un sur chaque flanc. Elle s’approcha de la fenêtre en se massant les côtes, et regarda à l’extérieur : dehors la ville commençait à s’éveiller et les gens s’agitait, elle avait donc sommeillé pendant toute une journée et une nuit… Elle soupira, ce n'était pas comme ça qu'elle arriverait à quelque chose, elle avait déjà perdu un temps précieux... Sa jeunesse l'avait emporté sur sa sagesse et elle s'était amusée au lieu de faire ce pourquoi elle avait quitté Maêlig. De plus elle ne s'était jamais sentie aussi proche de lui. Si elle faisait ce boulot à Maêlig, ça avait été dans le but de pouvoir monter en haut d'une des tours, ce qu'elle avait réussi. Maintenant elle ne savait plus trop ce à quoi elle s'attendait, puisque de toute façon, elle ne pourrait jamais l'approcher... Elle sentit sa carapace se fendre, et son coeur se serrer, au fond elle était comme tout le monde, et la peur elle en était aussi la victime. Elle ferma les yeux, tentant vainement de se rappeller de son visage, toutefois à chaque fois qu'elle avait l'impression de pouvoir l'apercevoir, il lui échappait.
Elle se décida à descendre un quart d’heure plus tard, comme si cela avait pu changer grand-chose. Elle ne se rappelait en aucun cas de l’escalier qui menait au rez-de-chaussée, au moins, était-elle sûre de ne l’avoir jamais emprunté… La salle principale de l’auberge, bien qu’austère était relativement accueillante.
Elle observa un à un tous les clients qui étaient assis aux tables. A cette heure ils étaient peu nombreux mais, pour la plupart, assez intriguant. Elle repéra, dans un coin, un jeune homme qui accrocha son regard plus longtemps. De toutes les personnes présentes, c’était lui qui dépareillait le plus dans le lieu. Vêtu d’une cape bleue, cachant ses cheveux d’un bordeaux magnifiques il semblait attendre un quelconque événement, assis seul à une table, avec un livre à la main. Tout le monde le fixait d'un regard très peu amical...peut-être avait-il dit ou fait quelque chose de surprenant de par Henegbâld ? Arelin ne savait pas pourquoi, mais elle avait une envie irrésistible de s’asseoir en face de lui, rien que pour voir sa réaction.
En s’avançant à travers la salle, elle vit la serveuse qui l’avait raccompagné et, avec un regard plein de regret envers l’inconnu, elle bifurqua dans sa direction. Arrivée à sa hauteur, elle s’inclina légèrement et dit :


-Merci… Je n’ai pas vraiment l’habitude de remercier qui que ce soit mais… Sans vous… et les autres, j’y serai peut-être restée… Malheureusement je constate que j’ai raté le bal, qui était donné au bastion hier soir… Enfin, on ne peut pas tout avoir…

*Qu’est ce que j’ai horreur de dire merci…*


Elle se força à sourire, comme à son habitude, tout le monde n’y verrai que du feu… Ses lèvres s'étirèrent naturellement, révélant des dents parfaitement blanches. Puis elle souffla sur sa mèche bleue qui venait de tomber sur sa joue. A ce moment elle se sentie étrangement vulnérable, et ses résolutions, et même son caractères faillir voler en éclat. Elle se demanda pourquoi, cela lui arrivait maintenant, et comment elle pouvait se sentir aussi faible.
Elle n’attendait pas vraiment de réponse, mais elle resta plantée en face de la Toruhal. Elle ne bougeait pas, cependant son cerveau tournait à plein régime, essayant de trouver un moyen de Le retrouver.


Dernière édition par Arelin Elaessa le Mar 6 Oct - 18:49, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yssia Lyndhabad

avatar

Féminin

Messages : 1182
Localisation : °°°... non située sur cartes...°°°
Age : 24
Citadin

Parchemin Administratif
Profession: Serveuse
Notoriété:
5/200  (5/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Dans l'auberge.   Mar 6 Oct - 17:55

Il ne s’était rien passé.
Enfin, rien de vraiment concret. Seulement, juste avant que la porte ne se referme, une voix s’était glissée jusqu’à mes oreilles bien cachées.

-Si j'étais un serveur, je travaillerai dans le bar.

Quoi ? On se plaint, je n’ai encore jamais vu ça ici…

Je retenais ma curiosité qui me poussait à aller voir la tête de « celui qui avait osé », et relevais fièrement la mienne.
Mains sur les hanches, je ne baissais pas le regard, après tout, il était mon patron, et il était habitué à mon sale caractère.

« - Yssia, t’es encore en retard. »

Malgré l’assurance que je laissais paraître, cet homme avait quelque chose d’effrayant dans la voix. Pourtant il avait parlé assez calmement.

« - Excuse-moi, j’étais dehors, et tu sais que je n’ai pas beaucoup dormi. Donc, je suis un peu ralentie. »

Il a fait un simple mouvement de la tête, m’indiquant de ne plus traîner.
Lorsque je me retournais, j’avais à encore droit aux regards de mes collègues.
Aucune d’entre elles n’osaient le tutoyer.
J’avais été la seule à m’y risquer.

Ah…je me souviens encore de la première fois où je lui avais dit « tu », il m’a simplement regardé avec les yeux ronds…c’était comique…mais il n’a pas bronché.

Avec un grand sourire je reposais le chiffon que je venais d’utiliser, en prenait un propre que je passais sur mon bras, et attrapais un des plateaux. J’y posais quelques boissons inscrites sur les commandes accrochées au mur, et je sortais.

Valsant entre les tables, je restais fixée sur celles à servir.
Je reposais une nouvelle boisson sur la table du monsieur avec sa petite fille et me figeais.
Deux choses m’interpellèrent. Plutôt deux personnes pour être correcte.

L’une était la Métamorphe de la veille, l’air un peu mal réveillée.
L’autre, un client qui lisait.
Qui lisait.

Il lit ? Ici ? Tiens, c’est étrange… Je ne crois pas l’avoir déjà vu ici…un étranger ?

Je restais légèrement intriguée par ce personnage, sans bouger. Une cape bleue, il semblait être le centre de plusieurs regards peu sympathiques.

Puis, sans que je ne m’en aperçoive réellement, j’ai compris qu’on s‘adressait à moi.

-Merci… Je n’ai pas vraiment l’habitude de remercier qui que ce soit mais… Sans vous… et les autres, j’y serai peut-être restée… Malheureusement je constate que j’ai raté le bal, qui était donné au bastion hier soir… Enfin, on ne peut pas tout avoir…

Je secouais la tête et m’apercevait qu’elle était là. La belle endormie d’hier au soir.
Et elle était inclinée.
Devant moi.

Mais…je ne suis pas vraiment habituée à ça !

« - Mais, redressez-vous voyons. Il n’y a pas vraiment de quoi. »

Puis je prenais vraiment en compte ce qu’elle venait de me dire.
Merci.
Je me sentais brusquement mal à l’aise, sentant mes joues rosir doucement.

« - Oh ! Mais ce n’est rien, il est tout naturel de venir en aide à une des nôtres. Il ne faut pas s’inquiéter, je suis sure que vous auriez agit de même à ma place. Puis, il y en aura d’autres des bals, ce n’est pas ce qui peut manquer je pense. »

Je l’observais à la dérobée, il me semblait qu’elle avait aussi remarqué le lecteur. En même temps, qui ne l’aurait pas vu.
Elle m’adressa un sourire sincère, auquel je répondais froidement par un hochement de tête.
Puis, voyant son air un peu attristé, je posais ma main sur son épaule.

« - Allez donc vous asseoir, je vous prends votre commande, je crois que vous en avez bien besoin…d’ailleurs, avez-vous bien dormi ? »

Je lui souriais à mon tour, avant de constater qu’il n’y avait déjà plus beaucoup de tables libres.

C’est tout de même tôt…et déjà bondé.

Je gardais mon sourire, avant de remarquer que devant le jeune à la cape bleue, il n’y avait rien.

Personne n’est donc venu prendre sa commande ?

Je me pinçais légèrement les lèvres sans savoir quoi faire.

Je suis donc la seule à me démener ici ? Où sont donc toutes les autres ? On ne va pas me dire qu’elles sont toutes occupées en cuisine, si ?!

Contrariée, je perdais mon sourire, la Métamorphe à mes côtés avait l’air aussi perdue dans ses pensées.
Je faisais quelques pas, traversant rapidement la salle, et me plantais devant lui. A ce moment-là, j’avais oublié la Toruhal, mais j’espérais qu’elle ne restât pas loin de moi, voire derrière , pour que je puisse m’occuper d’elle. Mais j’attendais d’elle comprenne la situation…

« - Excusez-moi, que puis-je vous servir ? »

Ses cheveux d’un rouge foncé, ils sont bordeaux…j’aime bien aussi. , me fascinaient tout particulièrement puisque je n’avais pas encore pu rencontrer son regard.
A dire vrai, il y a deux choses qui me fascinent chez les gens : leurs cheveux, et leurs yeux.
Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais c’est ce que je remarque en premier.
Mais les yeux de ce nouvel arrivant m’intriguaient légèrement.
Avec des cheveux pareils, comment pouvaient-ils être ?
Parce que là, ce client-ci, lisait, et son regard était dirigé vers son livre.

C’est tout de même inhabituel…mais bon, chacun fait ce qu’il veut après tout…

Je ne parvenait pas à voir le titre de l’ouvrage, j’étais trop grande, et l’inclinaison du livre ne facilitait pas la tâche, je renonçais donc et tenter de le déchiffrer.

M’a-t-il entendue…dois-je me répéter…parler plus fort peut-être…non, j’ai parlé audiblement…à moins qu’il soit véritablement plongé dans sa lecture…

Je restais donc plantée là, sans montrer un quelconque intérêt de me retrouver ici. Je ne souriais pas, j’étais contrariée.
Revenir en haut Aller en bas
Ilan Dana Phobersadt

avatar

Masculin

Messages : 49
Localisation : Mons (Belgique)
Age : 24
Mage

Parchemin Administratif
Profession: Legillimancien
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Dans l'auberge.   Mar 6 Oct - 20:13

Qu'est-ce qu'elle me veut l'albinos... Que je lui donne des couleurs ? Elle est blanche comme un cachet d'aspirine... La présence de cette Toruhal, assise juste en face de lui, le dérangeait plus qu'autre chose. Elle n'arrêtait pas de le fixer, et qui sait, d'admirer sa belle chevelure. De toute manière, Toruhal ou pas Toruhal en face de lui, il devait lire son livre. Mieux, il devait le comprendre, l'analyser, car même si ses études sont terminées, il ne prend pas ces choses-là à la légère. En fait, elle ne me regarde pas. Son regard est dirigé vers mon livre, mais je crains que cela l'intéresse vraiment. Non, elle réfléchit. Elle pense plutôt à quelqu'un, car elle se ronge les ongles, et rougis, un peu. Ilan ne peut pas s'empêcher de lire dans les mouvements d'autrui. L'étude des comportements que lui ont appris ses professeurs portait chaque jour ses fruits, car chaque jour, il dévisageait homme et femme pour savoir, et surtout comprendre, ce qu'ils avaient dans leurs têtes. Les pages de son livre défilaient, et défilaient... C'est alors qu'une autre femme arriva. Celle à qui le message, passé plus tôt, était destiné. Et bien, il était temps... J'espère qu'elle a une bonne raison, j'ai soif. La serveuse avait l'air de connaitre cette Toruhal qui s'était disposé en face de lui. Elle lui avait rendu un service, ou quelque chose comme ça, car elle s'était remercié auprès d'elle. Mais bon, ce ne sont pas des choses très intéressante, et puis, la soif d'Ilan grandissait à pas de géant. Comme si c'était une habitude, la serveuse attendait de croiser le regard d'Ilan, après lui avoir demandé ce qu'il désirait boire. Et comme d'habitude, Ilan ne bougea pas d'un poil, continuant à lire son livre... Il annonça malgré tout, toujours les yeux dirigés vers ses pages, après quelques secondes :

_ Un verre d'Hydromel. Pas trop corsé, j'ai des choses à faire.

Oui car, j'ai peut-être oublié de le préciser... Ilan ne se prend pas pour une personne banale depuis qu'il est diplômé de l'académie de Nôthburg. Il a donc, selon lui, le droit de se montrer plus intéressant et plus occupé que les autres. La serveuse resta encore quelques temps figée. Elle espérait surement pouvoir voir son visage, car Ilan n'avait pas été très poli sur ce coup là... Mais non, rien ne se passa. Elle se dirigea alors vers le bar, pour pouvoir préparer la commande, avant qu'elle se fasse de nouveau interpellée.

_ Hé, la borgne...

Après s'être retournée, le livre d'Ilan se ferma d'un coup sec. Il était terminé. La tête d'Ilan commença alors à bouger, à se redresser. Mais son foulard cachaient encore la partie de son visage qui intéressait cette dame. C'est après avoir secouer sa tête et baisser son foulard que l'on pu apercevoir ce qui était tant attendu. L'œil droit était toujours recouvert par une mèche de ses cheveux, mais la beauté et l'éclat de l'œil gauche dispensait réellement celui de l'autre coté. Ces yeux en amandes, d'un air malicieux et d'un bleu azur, on en voyait une seule fois dans sa vie. Et le pire, c'est que cet œil cache beaucoup de choses...

_ Que ça ne tarde pas... J'ai réellement soif.
Revenir en haut Aller en bas
Arelin Elaessa

avatar

Féminin

Messages : 372
Localisation : Où je veux, nah !
Age : 25
Citadin

Parchemin Administratif
Profession: Prostituée
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Dans l'auberge.   Dim 11 Oct - 15:41

Arelin ferma les yeux, juste un instant, un moment, mais l'image qu'elle cherchait ne vint pas dans son esprit, elle voulait paraître ce qu'elle n'était pas, et ça elle ne s'en rendait compte que maintenant, elle voulait, au plus profond d'elle même, que quelqu'un se rende compte de qui elle était vraiment. Elle rouvrit brusquement les paupières, et regarda la serveuse, qui lui répondit :

- Mais, redressez-vous voyons. Il n’y a pas vraiment de quoi.

Dit-elle, avant d'enchaîner :

- Oh ! Mais ce n’est rien, il est tout naturel de venir en aide à une des nôtres. Il ne faut pas s’inquiéter, je suis sure que vous auriez agit de même à ma place. Puis, il y en aura d’autres des bals, ce n’est pas ce qui peut manquer je pense.

*Pas sûre...*

Arelin sursauta pourtant à la question suivante d'Yssia :

- Allez donc vous asseoir, je vous prends votre commande, je crois que vous en avez bien besoin…d’ailleurs, avez-vous bien dormi ?

Pour continuer à jouer les naïves, elle décida de la suivre sans broncher. Cependant, quand elle vit qu'elle s'approchait de l'inconnu aux cheveux bordeaux, elle profita de la légère impulsion vers l'avant que la jeune femme lui donnait, et s'assit en face du client.

- Un verre d'hydromel. Pas trop corsé, j'ai des choses à faire.

*Odieux... J'adore...*

Elle savait qu'il devait certainement se faire des remarques intérieures sur chaque personnes présentes dans la salle, et encore plus sûrement sur elle. C'était son genre.

*Monsieur Je-Suis-Supérieur...*

Même pour montrer son visage, il le faisait avec cet air provocateur. Bon il fallait l'avouer, il était hyper beau, il pouvait se le permettre. Par contre, il aurait pu éviter le « la borgne »... Même si elle ne considérait pas exactement Yssia comme une amie, elle aurait préféré qu'il lui témoingne un minimum de respect. Si cela n'avait tenu qu'à elle, Arelin se serait levée, et aurait collé son poing dans le joli minois de son voisin de table. Cependant, consciente que ça ferait un « peu » de grabuge néfaste à la réputation de l'auberge, elle se retint. A la place, elle tendit le doigt vers l'homme, l'eau contenue dans l'air autour de la mèche qui couvrait, et cachait son deuxième oeil. Une fois que les cheveux furent bien trempés, elle les congela, et avec un sourire amusé, dit :

- En apparence tu es aussi borgne qu'elle...

Elle n'avait pas envie de le vouvoyer, elle verrait comment il réagirait, il avait l'air de beaucoup tenir à son apparence, ce qui amusait grandement Arelin...
Elle était toujours assise en face de lui à le fixer, en conservant une étincelle d'espièglerie au fond des yeux. Elle savait qu'elle devait sortir et commencer à le chercher, mais le jeu était trop prenant pour qu'elle arrête maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Yssia Lyndhabad

avatar

Féminin

Messages : 1182
Localisation : °°°... non située sur cartes...°°°
Age : 24
Citadin

Parchemin Administratif
Profession: Serveuse
Notoriété:
5/200  (5/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Dans l'auberge.   Lun 12 Oct - 19:31

Il venait de me répondre.
J’ai pensé, durant un instant, qu’il aurait un ton plus doux, sympathique.
C’était comme une douche froide pour moi.

-Un verre d'Hydromel. Pas trop corsé, j'ai des choses à faire

« J’ai des choses à faire ?! » Stop, stop, stop, qu’est-ce qui se passe là ?

J’étais figée et espérais entrevoir son visage.
Mais c’était le silence complet autour de notre groupe.
J’ai jeté un coup d’œil vers la Toruhal Harfang qui avait pris place en fasse de lui et le fixait d’un air intrigué.

Mais qu’est-ce qui se passe ?...Cette ambiance à l’air lourde…quoique, le regard de ma jeune amie semble amusé…

J’ai fais un pas en avant, du moins, j’ai voulut avancer, mais je me suis retenue, et de faire un pas, et de parler.
J’étais habituellement polie.
Habituellement.
Mais quelque chose me paraissait trop bizarre. Déjà, je n’avais jamais eu à faire à un client de cette sorte.
Et puis, je n’étais pas habituée à un ton si sec.
Sans doute avait-il ses raisons, mais cela ne me plaisait pas du tout.
Pour l’auberge, et sa réputation, je me taisais et me dirigeais simplement vers le bar, pour le servir.

-Hé, la borgne...

Mon sang n’a fait qu’un tour, j’ai senti ma respiration s’accélérer sous la colère qui affluait légèrement dans mes veines.

« La borgne » ?! Jamais on ne m’a appelée ainsi ! Si seulement je n’étais pas ici, je lui aurais envoyé le fond de ma pensée…

Mon poing se refermait, mes ongles s’enfonçant brusquement dans ma paume comme à chaque fois que je me contenais.
Je me retournais lentement vers lui.
Sa réaction me surpris, je dois l’avouer.
Le livre s’est refermé d’un coup sec, puis, soudainement, il est remonté dans mon estime.
Il me montrait son visage, avec la magnifique couleur qui s’échappait de son œil gauche.

Tiens…je l’œil droit caché aussi…mais c’est sûrement pour une autre raison que la sienne…

Je ravalais la pointe de tristesse naissant en moi et continuais de l’observer.

-Que ça ne tarde pas... J'ai réellement soif

Je suis revenue à ma première impression, décidemment…

Evidemment que je vais te servir, je suis la pour ça !

Je me retournais vivement et me précipitais au bar.
De là, je vis la scène se dérouler, la voix de la métamorphe était claire, j'entendais ses propos relativement bien.

- En apparence tu es aussi borgne qu'elle...

Elle venait de s’approcher du client, et à ma surprise, venait de congeler sa mèche !
Désormais, l’eau dégoulinait lentement.
Je ne pu retenir un petit éclat de rire.

Ben tiens !

Je revenais à la table avec un sourire jusqu'aux oreilles :

« - Voici pour monsieur, votre verre d’Hydromel. »

Je lui jetais un regard appuyé avant de me tourner légèrement :

« - Excusez-moi de m’être précipitée ici alors que nous discutions, j’espère sincèrement que votre nuit a été tranquille et confortable. Je vous sers quoi demoiselle ? »

Toujours souriante, mes yeux faisaient rapidement la navette entre eux deux.
J’avais envie de rire, mais afin de ne pas offenser notre jeune client, je préférais me taire, après tout, je pouvais être très insupportable si j’y mettais. Il fallait le préserver de mon sarcasme né dans la rue avec le petit peuple que j’affectionnais tout particulièrement.
Revenir en haut Aller en bas
Ilan Dana Phobersadt

avatar

Masculin

Messages : 49
Localisation : Mons (Belgique)
Age : 24
Mage

Parchemin Administratif
Profession: Legillimancien
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Dans l'auberge.   Dim 18 Oct - 17:03

Les ricanements se faisaient entendre. Ilan était tombé une nouvelle fois dans de beaux draps. La mèche mouillée, il serrait son verre d'Hydromel aussi fort qu'il le pouvait, se retenant tout de même pour ne pas le casser entre ses mains. Ilan n'aime pas qu'on puisse marcher sur ses pieds, pourtant, c'était ce qu'il venait de se passer. Mais d'une certaine manière, Ilan avait tout gagner. Non seulement il avait déjà vu dans ses mouvements quelques traits du caractère de cette Toruhal, mais maintenant il en savait encore plus. Elle pouvait geler l'humidité se trouvant autour de nous, il n'y avait plus de doutes. Ilan était maintenant certain que cette Toruhal pratiquait la magie de l'eau, de l'air, et sa fusion, la magie de la glace. Il savait presque tout d'elle, alors qu'elle ne savait rien de lui. Ilan aime se cacher, et aime savoir tout de l'autre.

_ Pathétique.

Cette chose était faite. Ilan ne s'excusa pas pour autant, il chipota dans son bagage pour finalement ne rien en sortir. Il ne trouvait pas pathétique le fait qu'il ait les cheveux mouillés, non. Il trouva pathétique qu'elle puisse divulguer tout ses attributs pour une bêtise pareille. Le temps continuait de passer lentement, Brandorsen n'avait pas l'air d'arriver. Ilan n'aime pas perdre son temps, deux solutions s'ouvrait à lui, soit il partait, soit il continuait à attendre. Peut-être dois-je m'occuper à autre chose, pensa-t-il. Non, finalement il avait décider de rester assis, et de boire son verre d'Hydromel bien sagement. Enfin, si il y arrive... Les deux autres le regardaient toujours. Mieux, elles commençaient à l'ignorer. Cela n'avait aucune importance, ce qui est fait est fait, et puis Ilan n'était pas tellement fautif. Chacun a son caractère et chacun mène sa vie comme il le souhaite, il ne fallait surtout pas le lui rappeler. Ces deux jeunes filles pouvaient certainement être utiles à quelque chose, mis à part servir des verres et accompagner des hommes durant des soirées. On cache tous quelque chose que même le plus grand legillimancien ou le plus grand sort de legilimancie ne peuvent trouver, cette chose sans nom que tant de gens recherchent, dont Ilan.


Dernière édition par Ilan Dana Phobersadt le Mer 21 Oct - 11:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arelin Elaessa

avatar

Féminin

Messages : 372
Localisation : Où je veux, nah !
Age : 25
Citadin

Parchemin Administratif
Profession: Prostituée
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Dans l'auberge.   Mar 20 Oct - 20:09

Arelin réalisa un peu tard que son impulsivité l'avait encore emporté. Elle venait de dévoiler ses capacités en une seule et unique action basée sur un coup de tête, tout ça pour défendre une personne dont elle ne savait rien.
Elle se leva, remercia Yssia de son attention, et se dirigea vers la porte. En réalité elle n'avait plus rien à faire dans l'auberge, et son erreur était une raison de plus de partir.
Elle avait entendu la remarque du jeune homme, mais ne la releva pas, elle ne voulait pas s'attarder. Elle se dit qu'elle ne voulait pas vraiment vivre une aventure similaire à la veille, moins de temps elle passait avec les mêmes personnes moins elle avait de risque de faire des bourdes comme celle de ce matin là.
Elle allait donc sortir. Cependant, un quart de seconde avant de tourner la poignée, elle se retourna, et comme pour s'excuser envers l'inconnu et à la fois pour s'adresser à la serveuse, lança, accompagné de son éternel sourire qui passait pour sincère :


- Merci beaucoup, j'espère ne pas avoir trop dérangé.

Puis, elle poussa la porte, en espérant, dans un coin reculé de son esprit, que tout le monde l'oublie.




[HRP = c'est la fin pour moi, je n'ai pas trop de temps, et je sais que je vous ralentis, donc je préfère arrêter, voilà =) ]
Revenir en haut Aller en bas
Yssia Lyndhabad

avatar

Féminin

Messages : 1182
Localisation : °°°... non située sur cartes...°°°
Age : 24
Citadin

Parchemin Administratif
Profession: Serveuse
Notoriété:
5/200  (5/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Dans l'auberge.   Mer 21 Oct - 17:22

Je regardais du coin de l’oeil la main du jeune qui serrait le verre que je venais de poser.

Que doit-il penser maintenant ?

Je levais un sourcil interrogateur.

Je le vois bien en train de se rebeller contre ma cliente…

J’avais une pointe de regret face à mon rire qu’il avait du subir, et il ne prononça qu’un seul mot.

_ Pathétique.

Il ne dit rien d’autre, et je n’attendais rien de mon côté.
Puis, ma cliente se releva, je la scrutais.

Que va-t-elle encore faire ?

Elle me remercia seulement et partait en direction de la sortie. Je ne savais pas quoi faire pour la retenir, et seulement, pourquoi l’aurais-je fait.
Avant d’ouvrir la porte, elle nous adressa un dernier regard rempli d’excuse.

- Merci beaucoup, j'espère ne pas avoir trop dérangé.

Elle a ensuite disparue.

« - Bien... On ne la reverra certainement plus ici… »

Je refaisais face au jeune homme, mon regard cherchait le sien, mais avant que je ne puisse le rencontrer, je relevais la tête en entendant mon nom :

« - Yssia ! Viens ici, et arrête de bavarder ! »

Je levais les yeux au ciel…

Tout ça c’est parce que j’étais en retard…si seulement je n’avais pas passé autant de temps à regarder le sol dehors, mon très cher patron aurait ennuyée une de mes collègues…

Je lâchais un soupir agacé, j’avais horreur de ça.
Les ordres…

Si je ne suis pas chez mes bourges de parents en ce moment c’est bien pour ne pas avoir à endurer ça…

Je serrais ensuite machinalement la mâchoire, tic dont j’avais pris conscience il y a peu de temps.
Me revoilà plongée dans une vie « normale », la petite escapade de la veille n’était qu’une exception, sûrement la seule…
Les courses au cœur d’Henêgbald avec le peuple sont moins amusantes qu’auparavant…
Et ma seule compagne, celle avec qui j’aurais pu aller traîner par-là, venait de claquer la porte de l’auberge.
Je n’avais pas revu les deux autres demoiselles aux beaux cheveux mais j’en croiserais sûrement d’autres.
Je faisais quelques pas avant de me retourner.
Il était là, assis calmement, les cheveux trempés.
Je mordais ma lèvre inférieure et le rejoignais finalement.

« - Pardonnez mon comportement, et celui de ma cliente, je vous prie. »

J’essayais de sourire mais l’idée que cette journée avait mal commencée m’en empêchait.
Je sortais un petit torchon propre, que je gardais toujours sur moi au cas où, par un malheureux hasard, je venais à me blesser, ou quoi que ce soit d’autre, et le posais délicatement sur la table, devant lui.

« - Faites-moi signe si vous avez besoin d’autre chose, je tiens à me faire pardonner. »

Je ne savais pas vraiment pourquoi je me sentais coupable, mais il était évident qu’à sa place j’aurais été agacée, voire même plus.
Ce n’était qu’un simple petit geste après tout.
Je reprenais bruyamment ma respiration et me retournais avant que mon patron ne m’ordonne à nouveau de travailler.
Revenir en haut Aller en bas
Lysergik Leste-menotte

avatar

Masculin

Messages : 109
Age : 29
Malfaiteur

Parchemin Administratif
Profession: Acrobate
Notoriété:
0/0  (0/0)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Dans l'auberge.   Lun 26 Oct - 22:21

Il n'y a rien de plus gratifiant qu'un tour pendable joué à une noble bonne poire.
C'est ce que se disait le jeune homme tout en parcourant les ruelles, le sourire aux lèvres, les yeux grands ouverts. Pour deux raisons, les yeux:
D'une part, il ne connaissait pas la ville qu'il parcourait, et chaque bâtiment, chaque trottoir, chaque boutique était pour lui une nouveauté.
Ici, se disait-il, il n'y avait pas autant d'épaves vivantes, d'êtres rendant leurs trois derniers repas au caniveau. Il n'y en avait même aucun! Les auberges étaient toutes bien entretenues, comparées à celles qu'il avait connues.
Et même l'auberge la plus miteuse d'Henegbâld aurait bien convenue pour les étages médium de Maêlig.

D'autre part, il était à la recherche d'une activité pour les prochains jours. La Bourse qu'il avait emprunté à la bonne âme qui l'avait fait voyagé ne durerait pas bien longtemps, et il avait besoin d'un pied-à-terre. Cette ville ressemblait à un gros fruit bien mûr qu'il n'aurait qu'à presser pour en sortir un jus sucré et précieux...
Mais il lui fallait une auberge.

C'est justement au moment où cette pensée lui traversait l'esprit qu'il débouchait sur une petite place, construite autour d'un puits. Deux auberges se faisaient face, entourant une petite librairie et quelques habitations.

L'endroit était relativement passant, et il y avait une bande de jeunes âmes désœuvrées qui occupait un banc. A Maêlig, Lysergik avait toujours évité ces bandes, car elles œuvraient la plupart du temps dans la violence, et se battaient fréquemment. Ce n'était pas on genre, les guerres de gang, les détroussages d'ivrognes, le raquett... Il était bien plus futé et subtil que ça. C'est pourquoi il décida de ne pas leur prêter attention et observa les deux auberges.

L'une d'elle, "au cœur de Solune" Semblait attirer principalement des gens d'un certain rang social: tous bien habillés, gras et en bonne santé. Bref, elle puait l'argent. "voilà qui présage du bon temps pour moi" se dit-il. Puis il porta son attention sur l'autre auberge: L'arrache-coeur. Le nom lui plût: il n'était pas particulièrement engageant, mais doté d'un second-degré et d'un non-sens agréables a l'esprit.

Cette auberge était plus simple que sa vis-à-vis, le luxe était moins visible, moins tape-à-l'œil, mais elle paraissait nette et bien entretenue. Et elle possédait des tables aux fenêtres donnant sur la rue.
C'est celle là qu'il choisit d'honorer de sa présence. Il marcha donc, d'un pas alerte et joyeux, et entra dans l'auberge en sifflotant.

"Bonjour a tous!" héla-t-il en entrant. puis en un bond accompagné dune pirouette, il fût au bar, avec dans la main une paire de sous d'argent. Il héla la serveuse la plus proche de lui, et commanda:
"Bonjour, gente damoiselle, un pichet de bière, et le patron s'il vous plait. j'ai une proposition à lui faire"

Le jeune homme se tourna vers la salle et en fit le tour d'un regard. Il fit un clin d'oeil à la fille attablée avec un homme qui pouvait être son père, et qui le regardait intensivement.


Dernière édition par Lysergik Leste-menotte le Mer 28 Oct - 11:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ilan Dana Phobersadt

avatar

Masculin

Messages : 49
Localisation : Mons (Belgique)
Age : 24
Mage

Parchemin Administratif
Profession: Legillimancien
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Dans l'auberge.   Mar 27 Oct - 17:25

Ilan fit un geste de la tête. Oui, il est humain, et il comprenait la réaction d'Arelin plus que quiconque, même s'il ne le montrait pas. Soit, il était maintenant seul à la table, et la serveuse lui proposa ses excuses, encore. Elle lui proposa même de l'appeler s'il voulait quelque chose d'autre. Mais non, il ne voulait rien. Cela faisait un bon bout de temps qu'il était là et la chose qu'il voulait absolument avoir était une visite, qui finalement ne s'est pas montrée.

_ C'est bien gentil, mais je vais y aller.

Il se leva de la table et se dirigea vers la porte de sortie. Tout en marchant, il redisposa son foulard et détrempait comme il le pouvait ses cheveux. Il était maintenant dans la rue, à la recherche d'une nouvelle chose à faire. Ha, non, il a un rendez-vous. Avec un fou.


[ Avec un peu de retard, même beaucoup, je réponds finalement. C'est aussi la fin pour moi dans cette auberge, je vais essayer de trouver d'autres compagnons pour changer de paysages Smile ! Merci. ]
Revenir en haut Aller en bas
Yssia Lyndhabad

avatar

Féminin

Messages : 1182
Localisation : °°°... non située sur cartes...°°°
Age : 24
Citadin

Parchemin Administratif
Profession: Serveuse
Notoriété:
5/200  (5/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Dans l'auberge.   Mer 28 Oct - 8:26

Mais il ne voulait rien. Il venait de se lever.
Je le suivais des yeux, légèrement surprise de sa réaction.

La cliente a du aller trop loin…enfin…

Je l’observais une dernière fois, il cachait à nouveau son visage et s’occupait du mieux de ses cheveux.

Des yeux comme ça, je n’en verrais plus jamais ! Quand on y réfléchit, j’ai une de ces chances. Mais je préfère sûrement les cheveux…

Dans mes pensées, j’avançais lentement, sans prêter trop attention à ce qui m’entourait.
Seulement, je repérais une voix enjouée.

"Bonjour a tous!"

Je me retournais.

Voilà un client à l’opposé de celui qui vient de nous quitter !

Avec attention, le l’observais, il devait faire ma taille, a peu près.
Le cheveux attachés et les oreilles percées, je restais très intéressée par son comportement.

Il n’a pas honte de son état, quelle chance ! Je ne pourrais pas exhiber mon « autre moi » de cette façon…quel courage…

"Bonjour, gente damoiselle, un pichet de bière, et le patron s'il vous plait. j'ai une proposition à lui faire"

Je clignais des yeux afin de me reconnecter à la réalité.
D’autres mots, moins appropriés me revenaient en mémoire.

Comme le coup de « la borgne »…

Alors j'appreciais énormément son qualificatif et faisais un pas vers lui en souriant :

« - Je vous amène cela tout de suite. »

Je repoussais la porte du fond :

« - Patron! Un client souhaiterait te parler! »

Toujours les mains sur les hanches, il dardait son regard sur moi.

« - Qu’est-ce que t’as encore fait Yssie ?

- Rien, arrête de toujours penser que c’est moi. Je m’occupe très bien de notre clientèle comparée à certaines… »

Je jetais un regard noir à quelques autres de mes collègues qui se tenaient là et qui suivaient notre conversation.
De toute façon, elles ne m’ont jamais appréciées, alors je peux bien me faire plaisir de temps en temps…

Si seulement elles savaient mon rang…je me ferais lapidée d’oser venir travailler ici…

« - Va le voir, tu ne fais pas honneur à « l’arrache-cœur » si tu restes ici. »

Il me regardait de haut, alors je lui envoyait mon plus beau sourire et allait chercher la commande.

Un pichet de bière…tiens, je me demande si mes parents se sont aperçut de ma disparition cette nuit…enfin, ce n’est pas le moment d’y penser, ce n’est que le matin.

De retour dans la salle je remarquais que mon très cher patron n’était pas encore là. Avec un sourire d’excuse je retournais dans le fond.

« - Qu’est-ce qui se passe ?
- Je changeais mon tablier »

Et à ma suite, il se dirigea enfin vers celui qui l’avait demandé.
Toujours avec le sourire, je déposais sa commande :

« - Ce sera tout ? Et veuillez pardonnez le retard de notre très cher patron il voulait juste être plus présentable. »

Le regard malin, je fixais mon patron.

Comme j'aime le taquiner.

Je faisais juste quelques pas derrière le bar, faisant mine de laver quelques plateaux.
Je voulais savoir de quoi il s'agissait, et j'espèrais que cela ne les dérangeaient pas trop...

Après tout, s'il veulent que je m'en aille, je m'en irais.


Dernière édition par Yssia Lyndhabad le Ven 6 Nov - 20:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lysergik Leste-menotte

avatar

Masculin

Messages : 109
Age : 29
Malfaiteur

Parchemin Administratif
Profession: Acrobate
Notoriété:
0/0  (0/0)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Dans l'auberge.   Mer 4 Nov - 18:41


Pfiou, quel sourire! Il y a largement de quoi oublier son cache-œil...

Le jeune homme attendit patiemment l'arrivée de l'aubergiste en faisant apparaitre trois boules de lumière colorées qu'il fit courir autour de ses bras. Sous l'œil toujours vigilant de la petite fille.

L'aubergiste prenait son temps, était-ce mauvais signe? Il n'avait pas l'habitude de cette ville. peut-être refusaient-ils les artistes dans leurs échoppes? Heureusement la jolie serveuse était plus affable, et par son attitude excusait le retard de son patron.

Enfin, l'aubergiste finit par arriver. Il ressemblait à beaucoup de ses pairs; On voyait qu'il faisait honneur à la bonne chère qu'il fournissait à ses clients. Malgré son retard, ou peut-être à cause de celui-ci, il avait un sourire affable et salua poliment Lysergik.
Dans le même temps, la serveuse lui apporta sa commande.

« - Ce sera tout ? Et veuillez pardonnez le retard de notre très cher patron il voulait juste être plus présentable.

L'aubergiste lui jeta un regard faussement noir, et Lysergik sentit que ces deux là devaient s'apprécier malgré tout.

Merci mademoiselle, J'ai ce qu'il me faut. Il lui fit un clin d'œil et une demi révérence, avant d'ajouter:
Je vous ferait signe si j'ai besoin d'aide... ou de discussion

Se tournant vers l'aubergiste, il lui fit une révérence théâtrale, ses balles de lumière tournoyant toujours autour de lui.

-Bonjour Messire, c'est un plaisir de vous rencontrer. Mon nom est Lysergik, et je suis artiste ambulant. Je suis venu vous voir pour vous proposer un marché. Il fit une pause volontaire, pour observer les réactions de son vis-à-vis: l'homme était intrigué, et louchait de temps en temps sur les balles qui semblaient se poursuivre autour du bras du Toruhal.
Je suis acrobate, jongleur et marionnettiste. Je peux jouer dans votre auberge le soir, et en une heure doubler, voire tripler votre clientèle.
En échange, je demanderai le gîte et le couvert, tout le temps que j'aurais à demeurer ici.


L'aubergiste ne répondit pas tout de suite. Il commença par regarder Lysergik d'un œil soupçonneux. Le remarquant, le jeune homme fit apparaitre une dizaine de balle lumineuse et jongla avec elles, d'abord en cercles, puis forma un carré, puis diverses formes de plus en plus compliquées.
A un moment donnée, il les lança en l'air, à l'autre bout de la pièce avant de s'élancer lui même d'une acrobatie, pour les rattraper de l'autre coté. c'était si facile pour lui, les balles étant irréelles, c'est lui qui contrôlait leur vitesse et leurs déplacements. Les balles atterrirent toutes dans sa main, puis disparurent. L'acrobate finit son tour par un large mouvement des bras, comme pour accueillir des applaudissements.
... Qui vinrent, notamment de la jeune fille, et d'autres, plus discrets, des quelques buveurs présents.

Ceci n'était qu'un échantillon de mes talents, je peux aussi reproduire des scènes, tirées des légendes communes, ou bien de combats que j'ai vu en Maëlig, avec une sorte de spectacle de marionnette très crédible. Comme il voyait que l'aubergiste semblait satisfait, et mordait à l'hameçon, il poussa son avantage:
Je jouerais ainsi une heure par soir, et je gage que votre chiffre d'affaire pendant cette heure là va considérablement augmenter. En échange, je logerais gratuitement ici en pension complète, et les boissons à l'envie, quand je ne joue pas.

Mais l'aubergiste était rompu au marchandage, et il savait que Lysergik demandait beaucoup, il répondit:
Tu Joueras 2 heures par soir, tes consommations seront payées, uniquement pour toi, ne va pas t'amuser à payer des tournées sur mon dos. Yssia va te montrer ta chambre. Tu es pris à l'essai pour 3 jours.
Le gros homme sourit à Lysergik en lui mettant une main sur l'épaule:
Bienvenue Chez moi Lysergik. Tu peux m'appeler Trevor.

Alors qu'il se retournait pour aller vaquer ailleurs, il s'arrêta et revint face a Lysergik:

Au fait, viens une heure après la nuit tombée, c'est là que la clientèle est la plus réceptrice. En se retournant, il appela: Yssia! va donner une des petites chambres au jeune homme!


Lysergik s'affala sur une chaise, un sourire aux lèvres. Une bonne chose de faite. Et en plus, c'était la jolie serveuse qui l'avait accueilli qui le conduirait à sa chambre... Il avait envie de faire sa connaissance


Dernière édition par Lysergik Leste-menotte le Ven 6 Nov - 18:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yssia Lyndhabad

avatar

Féminin

Messages : 1182
Localisation : °°°... non située sur cartes...°°°
Age : 24
Citadin

Parchemin Administratif
Profession: Serveuse
Notoriété:
5/200  (5/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Dans l'auberge.   Ven 6 Nov - 16:28

Je baissais la tête en me sentant légèrement rougir suite à son clin d’œil.

Il a les yeux d’un vert !

Les yeux rivés sur mon plateau, je faisais mon possible pour ne pas écouter leur sujet de conversation.

Sale curiosité…après tout, je suis comme ça, et puis au moins ce nouveau client semble plutôt bien éduqué. Il est poli, en tout cas il vient gentiment de me faire comprendre de garder mes oreilles pour moi. Mais après tout, si j’entends bien bah…j’entends bien.

Je frottais énergiquement, et en même temps, me maudissais de faire autant de bruit.
Si j’avais bien tout suivi, bien entendu, il était acrobate, et…jongleur si je me souviens bien !

J’aurais pu le deviner…

J’ai observé rapidement mon patron qui avait l’air complètement absorbé par ses paroles. Il l’écoutait avec attention.
Notre client, nommé Lysergik Ma curiosité aura servit après tout, au moins je sais son nom proposait de travailler pour nous.
En échange de notre charmante hospitalité.

C’est bien connu, L’Arrache-cœur » est la meilleure auberge de la ville.

A partir de ce moment-là, j’ai complètement oublié le plateau.
Ce que je voyais là, juste devant mes yeux. Enfin…devant mon œil, était tout simplement merveilleux.
Il jouait avec ses balles de façon tellement naturelle.

Je n’ose même pas imaginer toutes les heures d’entraînement pour arriver à un résultat pareil. C’est fantastique.

Il se faufilait entre les tables d’une manière rapide, très vive, même gracieuse. Les mouvements fluides, il avait l’air de connaître la trajectoire de ces objets.
Puis elles disparurent dans ses mains.
Complètement fascinée par le spectacle, j’ai vivement frappé dans mes mains et je me suis aperçue que mes charmantes consoeurs paraissaient complètement absorbée elles aussi.
Je leur ai fait face :

« - Que voulez-vous les filles, on est pas tous doués. »

Elles n’ont rien dit, sûrement habituées à mes remarques qui ne servaient qu’à les agacer.

Pff, elles ne se défendent même pas ! Si elles avaient vécu dans la rue elles sauraient aujourd’hui comment agir pour ne pas se laisser faire…mais peut-être que je suis trop méchante avec elles. Bon, tant pis.

Je reportais ensuite mon attention sur mon patron.
J’avais raté quelques propos échangés entre eux alors je me rapprochais discrètement.

Tu Joueras 2 heures par soir, tes consommations seront payées, uniquement pour toi, ne va pas t'amuser à payer des tournées sur mon dos. Yssia va te montrer ta chambre. Tu es pris à l'essai pour 3 jours.

J’ai souris, c’était tout Trevor le fameux « ne vas pas t’amuser à payer des tournées sur mon dos ».
Mais sur ce coup-là, il avait bien fait, cela apporterait plus d’ambiance à l’auberge. Et puis on deviendrait encore plus célèbre grâce à lui.
C’était ce dont on avait besoin.
J’allais m’occuper de mon plateau pour de bon cette fois quand j’ai vraiment saisit ce qu’il venait de dire.

Yssia…mais c’était moi ça ! Dire que toutes ces autres filles ne font rien !

J’en ai lâché mon plateau qui est tombé sur le sol.

« - C’est pas vrai ça.... »

En me redressant j’ai soufflé une mèche qui revenait trop sur mon œil, et j‘ai commencé à sourire.

Ha ! Ca veut tout simplement dire que mon cher patron ne peut plus se passer de moi ! Haha ! C’est super, c’est comme si j’étais une sorte de…deuxième patron en fait, c’est moi qui accueille les clients, qui les sert, qui les guide, et je trouve encore le temps de rincer quelques plateaux et de m’intéresser au client pour qu’il soit à l’aise. Je plains les mono-tâche….

Yssia! va donner une des petites chambres au jeune homme!

J’ai sursauté en rattrapant de justesse le plat.

« - Un peu plus et c’était bon pour la poubelle… »

Je l’ai reposé pour m’essuyer les mains. Puis j’ai haussé la voix :

« - Patron, je compte sur toi pour réveiller les autres, tu sais qu’il faut quelqu’un pour accueillir les clients
-Oui Yssie, je sais. Mais occupe-toi bien de lui, il peut nous rapporter de la clientèle. Ne sois pas méchante s’il te plait.
»

Je n’ai pas eu le temps de répondre qu’il retournait déjà à son poste.
J’ai lâché un soupir agacé et me suis retourné en retrouvant mon sourire.
Il s’était laissé tombé sur une chaise et souriait.
J’ai fais un pas en avant.

« - Bien, alors, il paraît que vous êtes celui que Trevor attendait ! Pour tout avouer, en ce moment on avait un peu peur, l’auberge d’en face, « Au cœur de Solune », a revu ses prix…il avait peur que l’on ne fasse plus le poids ! »

J’ai ris pour cacher qu’effectivement, c’était vrai. Il y a quelques jours il m’avait pris à part pour m’en parler.

« - Disons que vous arrivez au bon moment ! »

J’ai finalement repoussée cette satané mèche avec ma main, car elle m’empêchait de pouvoir le regarder dans les yeux.

« - Enfin, dans ce cas, je vous montre votre chambre ? Veuillez me suivre. »

J’ai pris la direction de l’escalier.
Tout cela sans perdre mon sourire.

Je me demande comment ça se fait que je n’ai pas de crampe…sur toute la journée je dois passer bien plus de la moitié à sourire…mais c’est important pour une serveuse. Une partie de la réputation repose sur elle…enfin, je crois.

J’ai posé un pied sur la marche et une de phrases qu’avait prononcées mon patron me revenait en mémoire.
Je faisais donc volte-face et disais à Lysergik :

« - Je voulais juste préciser une petite chose, je ne suis pas méchante ! »

J’ai ris sans me soucier des autres clients qui se retournaient.
Après tout, je riais fort, et alors ?
Je me suis ensuite recentrée sur ma « mission », l’emmener à sa chambre.
J’ai grimpé les marches de l’escalier rapidement. Depuis toujours je n’ai jamais pris mon temps pour les « gravir », et je ne suis que très rarement tombée.
Au fond du couloir, à l’étage, j’ouvrais la porte :

« - Donc voici la chambre, il ne devrait manquer de rien…normalement. La fenêtre donne dans la rue et c’est assez paisible, je ne pense pas que le bruit devrez vous déranger…tout à l’heure, j’ai cru entendre que vous connaissiez la cité de Maëlig ? »

Je me suis retournée afin de l’observer, voir l’expression de son visage pour savoir si la pièce lui convenait.

Oui, cette chambre est parfaite, à l’écart des autres, il devrait se sentir à l’aise. Du moins je l’espère, il ne faudrait pas qu’il soit insatisfait de l’endroit !

J’ai souriais pour masquer la gêne que me procuraient ces pensées, et repoussa à nouveau la mèche rebelle de mes cheveux.
Revenir en haut Aller en bas
Lysergik Leste-menotte

avatar

Masculin

Messages : 109
Age : 29
Malfaiteur

Parchemin Administratif
Profession: Acrobate
Notoriété:
0/0  (0/0)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Dans l'auberge.   Mar 24 Nov - 14:18

« - Bien, alors, il paraît que vous êtes
celui que Trevor attendait ! Pour tout avouer, en ce moment on avait un
peu peur, l’auberge d’en face, « Au cœur de Solune », a revu ses
prix…il avait peur que l’on ne fasse plus le poids !
»


Lysergik ne prit pas la peine de répondre autrement que par un léger sourire et un haussement d'épaule, comme pour dire "qu'est-ce que vous voulez, c'est le talent"
Quand la jeune fille lui demanda de le suivre, il se leva prestement, ses affaires lancées sur l'épaule dans le même mouvement.

Durant tout le trajet jusqu'à la chambre, le Toruhal n'écouta Yssia que d'une oreille distraite, réfléchissant à ce qu'il venait de se passer.
Sa petite "représentation" était une improvisation totale. Il n'avait jamais pensé avant à mélanger les acrobaties avec son talent pour l'illusion... et ça marchait sacrément bien! Jamais il n'avait imaginé pouvoir susciter de telles réactions... Et ces gens là semblaient compter sur lui pour relancer les affaires...
Peut-être qu'il n'aurait pas besoin de truander les riches, finalement.
C'est en arrivant en haut de l'escalier qu'il arriva à la fin de cette réflexion intérieure; mieux valait ne pas trop y réfléchir, et laisser aux événements prochain la décision de son avenir. tout dépendrait de la réaction du public à ses facéties. Mais si cela marchait... une nouvelle carrière s'offrirait à lui.

Il suivit la serveuse à quelques pas de distance, de manière à garder un point de vue le plus complet et le plus agréable possible sur la silhouette de la belle. Lorsque ils arrivèrent dans sa nouvelle chambre, il jeta négligemment ses affaires sur le lit, et fit du regard le tour de la pièce:
LA chambre était simple: un lit propre, qui semblait plus confortable que dans les tavernes miteuses dont il avait l'habitude, une table et une chaise. Dans un coin un coffre pour ses affaires, et un pot de chambre sous le lit. simple mais fonctionnel. Pendant qu'Yssia parlait, il alla à la fenêtre: on y voyait très bien l'auberge d'en face, et ses allées-et-venues. parfait.

« - Donc voici la chambre, il ne devrait
manquer de rien…normalement. La fenêtre donne dans la rue et c’est
assez paisible, je ne pense pas que le bruit devrez vous déranger…tout
à l’heure, j’ai cru entendre que vous connaissiez la cité de Maëlig ?
»

" C'est parfait! j'aime regarder l'animation de la rues à mes heures perdues et, comme vous dites, j'ai connu Maëlig, le bruit ne me dérange donc pas du tout. "

Il s'affala sur le lit et proposa d'un geste la chaise à la serveuse. Il fit apparaitre une balle et joua machinalement avec elle, la faisant voler sur et autour de lui tout en parlant.

" J'y suis né, et j'y ai grandit. C'est une ville très intéressante... quand vous êtes riche et bon combattant. Pour les autres, c'est une ville dangereuse, crasseuse, et pleine de surprises. Toutes les drogues qu'on y trouve en font un lieu très imprévisible, car ces substances rendent les gens imprévisibles. On ne sait jamais comment ils vont réagir à un simple bonjour... C'est pourquoi tout le monde reste dans sa bulle... du moins dans les rues "

La balle disparut, pour faire apparaitre une réplique miniature d'un cercle bleu.

" Mais j'ai finit par en partir, gràace à un heureux hasard et mes compétences particulières. Malheureusement, j'ai dû y laisser ma mère...Elle se débrouillera sans moi. "

Il laissa le silence planer quelques secondes, puis:

"Assez parlé de moi. Qu'en est-il de votre histoire? Vous ne ressemblez a aucune autre serveuse que j'ai vu jusque là...plus dangereuse, moins résignée."
Revenir en haut Aller en bas
Yssia Lyndhabad

avatar

Féminin

Messages : 1182
Localisation : °°°... non située sur cartes...°°°
Age : 24
Citadin

Parchemin Administratif
Profession: Serveuse
Notoriété:
5/200  (5/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Dans l'auberge.   Jeu 26 Nov - 17:26

Je prenais place sur le fauteuil qu’il m’avait indiqué, et j’écoutais avec attention l’histoire qu’il me racontait. Son histoire.
Il avait donc vécu à Maëlig.
Il s’était affalé sur le lit de manière infantile qui me rappela les jours où je m'y jetais de la même manière avec un livre à la main.
Mais désormais, je n’avais plus le même goût qu’avant pour la lecture, cela me ramenait trop dans le passé.
Assise là, je l’observais avec autant d’attention que je l’écoutais.
Peut-être ne devrais-je pas rester ici ?

Mais Trévor n’a rien précisé…qu’on me laisse souffler, rien qu’un peu.

Ses yeux verts flamboyants observaient vivement la pièce, pourtant mon regard préféra s’attarder sur ses oreilles percées.
Il s’amusait avec une balle que je suivais des yeux.
Je passais ensuite une main hésitante dans mes cheveux et vérifiais habilement que mes deux honteux attributs étaient toujours invisibles.

« - Mon histoire ? »

Il m’a ensuite semblé que je rougissais alors j’ai posé mon regard sur la fenêtre avant de revenir fixer le sol.

Mais, sa mère lui manque ? Il va retourner la voir ?

Ce n’est qu’après que j’ai osé sourire en réponse à ces deux qualificatifs en me promettant de lui poser cette question sur sa mère plus tard.

« - Dangereuse...c’est comique, quand je traînais avec le peuple dans les rues, j’avais toujours voulu avoir cette image…j’y suis à moitié parvenue on dira. Pour la résignation, vous avez raison, je ne laisse que très rarement tout tomber. »

J’ai tourné la tête alors qu’un client passait dans le couloir.

« - Mais reprenons tout à zéro. Officiellement, je suis Yssia Mina Lyndhabad, mais tout le monde m’appelle simplement Yssie. »

J’ai à nouveau rejeté la mèche en arrière pour le regarder dans les yeux en souriant.

« - Et j’ai eu une enfance tout ce qu’il y a de plus… »

Normal…

Mais je ne disais rien.
Je cherchais mes mots, et légèrement angoissée, je m’agitais sur ma chaise.
Jamais je n’avais abordé la question aussi directement, avec un inconnu qui plus est.
J’ai donc pris une grande inspiration pour lui refaire face et essayer de lui sourire convenablement.

« - Je mentirais si je disais avoir été heureuse quand j’étais toute petite, puisque ça ne s’est pas vraiment passé comme ça. »

J’ai haussé les épaules en l’observant avec appréhension.

Je fais bien de parler de ça ?

« - Ce sont des choses qui arrivent après tout. »

Et c’est avec une lenteur, qui me déconcerté moi-même, que je me penchais en avant en montrant mon avant bras.

« - Voilà, ça date de ma toute première transformation, et à partir de ce moment là, j’ai changée de camp. A l’heure qu’il est, je devrais être avec mes parents, ils ont un bon niveau de vie. Seulement, j’ai l’impression de ne pas faire partie de leur monde, de ne plus en faire partie plutôt. »

Cette cicatrice était bien plus facile à dévoiler que les autres, pourtant je ne la cache pas spécialement, mais personne n’y fait attention.
C’est la seule qui…
ne me fait pas éprouver de dégoût pour être juste.

« - Bah, on s’y fait vite de cette vie mise à l’écart. Je dois dire que c’est pour ça que j’ai commencé à filer avec le peuple, la rue m’apportait ce que mes parents ne pouvaient me donner. Je ne veux plus dépendre d’eux, c’est pour cela que j’ai préféré sacrifier mon temps avec eux pour travailler. Je ne le regrette pas. »

J'ai croisé ma jambe pour y poser mon coude. Tête posée sur ma main, une diée venait de me traverser, je ne pouvais pas la laisser filer. Le jeu m'amuserait un peu, voilà longtemps que je n'avais pas "joué".
Je savais que j'avais cet air trop malin sur la figure, avec le coin de mes lèvres légèrement retroussé, mais c'était plus fort que moi.

« - Et toi, tu penses que je représentes quel animal ? »

Jamais je n’avais dit cela, pourtant peut-être que l’envie de savoir ce que j’étais pour les autres me brûlait trop. Ce petit jeu m’amusait et pour la première fois je me préparais à cette évidence.

Combien savent ce que je suis en fait… ? A part mes parents je ne crois pas que quelqu’un l’ait un jour su. S'il savait la chance qu'il a...

J’espérais simplement que le passage au tutoiement ne l’avait pas choqué, je ne l’avais vraiment pas voulut, c’était « sorti tout seul. »
Je ne détournais pas le regard, complètement consciente de l’impact que pouvait avoir mon unique œil sur les autres.

Quisiera llorar lloviendo para cobrir mi cara y mis lagrimas con el agua...
Revenir en haut Aller en bas
Yssia Lyndhabad

avatar

Féminin

Messages : 1182
Localisation : °°°... non située sur cartes...°°°
Age : 24
Citadin

Parchemin Administratif
Profession: Serveuse
Notoriété:
5/200  (5/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Dans l'auberge.   Jeu 18 Fév - 12:34

Je l’ai fixé, en silence, toujours en sentant ce sourire encore un peu trop discret sur mes lèvres.
Lui, il avait l’air pensif, j’ai ouvert la bouche pour parler, mais Trévor a fait irruption :

« -Yssie, excuse-moi mais j’ai absolument besoin de toi en bas ! Un des clients à jeter sa chaise sur un autre, viens m’aider à les calmer, les autres serveuses sont mortes de peur ! »

J’ai relevé la tête, un peu contrariée d’être ainsi perturbée.
Mais je me suis relevée et j’ai souris à Lysergik :

« - Bien, on remettra ça à plus tard n’est-ce pas ? Fais comme chez toi surtout et n’hésite pas s’il y a un quelconque soucis. »

J’ai fais volte-face et j’ai rejoins mon patron :

« - Comment c’est arrivée ?
-Aucune idée, j’étais dans le fond!
»

Et aller, c’est reparti Yssie à la rescousse !

En bas, je m’interpose entre les deux bagarreurs et leur envoi un regard noir :

« - Si vous ne tenez pas à être expulsés de l’auberge par mes soins vous feriez mieux de vous calmer, ou alors de sortir par vous-mêmes. »

Ils ont péniblement hochés la tête, je me suis détournée en souriant :

Une journée banale finalement, ou presque…



-------

Fin du RP

Quisiera llorar lloviendo para cobrir mi cara y mis lagrimas con el agua...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dans l'auberge.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dans l'auberge.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Dédale des Venelles :: Coeur Ouest :: Placettes -