Et quand, au-delà du réel, le néant devînt votre terre, l'éternelle loi fut mille fois murmurée : Méfiez-vous des cercles bleus...
 
AccueilS'enregistrerConnexion

 

 Une nuit sous la pluie [PV : Keefey Asteïs]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Morchaint "Coeur de Lion"

avatar

Masculin

Messages : 14
Age : 24
Citadin

Parchemin Administratif
Profession: Chasseur de primes
Notoriété:
0/0  (0/0)
Autres infos:

MessageSujet: Une nuit sous la pluie [PV : Keefey Asteïs]   Sam 17 Oct - 16:12

Henêgbald était sous la pluie. Les remparts étaient sous la pluie. Morchaint était sous la pluie. Vêtu de son armure, il fixait la cité dans toute son intégralité. Bien que les gouttelettes d'eau lui gâchaient un peu la vue, il ne pouvait s'empêcher d'admirer ce paysage. Il était debout depuis le début de la soirée. Minuit n'allait pas tarder à sonner, d'ailleurs. Ma foi, ça arrivait quelques nuits que le guerrier ne pouvaient pas dormir. Et plutôt que de rester couché dans son lit miteux, dans sa petite baraque miteuse des quartiers pauvres de la cité, il préférait se perdre dans ces pensée et voir la beauté éternelles d'Henêgbald. Comme tout le monde, il lui arrivait de se demander s'il avait fait le bon choix. Si le destin de la monotonie de l'être moyen ne l'avait pas rattraper et voulait lui faire payé d'avoir osé tenter d'échapper à son emprise. Après tout, son petit métier de forgeron chez ses parents payait bien. Et surtout il n'avait pas à se cacher dans les quartiers pauvres d'Henêgbald, afin d'échapper à la tentation de socialiser avec le reste de la communauté. Mais un chasseur de primes ne pouvait pas se permettre de connaître du monde, sans que ces personnes ne soient en danger. Un chasseur de primes est mal vue par tout le monde. Même par le corps de garde, sentant que l'on volait leur travail.
Lorsqu'il pensait à tout ceci, il fixait toujours ensuite son épée, puis son armure. Son grand-père rêvait qu'un jour son fils puisse utiliser ses armes et devenir quelqu'un. Pour un parent qui sentait avoir manqué une occasion, il ne voudrait guère que son fils la manque. Il en fut ainsi... mais pas tout à fait. Son père s'était arrêté à mis chemin. Alors qu'il aurait pu faire une grand carrière au sein de l'armée d'Henêgbald, il devint infirme. C'était donc à Morchaint de finir le travail. Il devra porter le nom des "Cœur de Lion" outre la cité. Outre la Terre. Outre l'Univers. Tous, sans excpetion devront entendre les exploit de ce guerrier, qui espérait être immortel en vivant éternellement dans les esprits de tous. Car, même si nos chers ne nous oublieront jamais, à la fin, il n'y aura plus personne pour vous souvenir. À moins de devenir quelqu'un.

* Un jour je deviendrai quelqu'un. Tous ces entraînements ne seront pas vains. *

Il ferma les yeux et leva légèrement la tête vers le ciel. Un tonnerre se fit entendre. Bien que beaucoup de personnes tentent généralement de se protéger de la pluie, Morchaint avait un tout autre avis là-dessus. Toutes ces gouttelettes d'eau qui lui tombaient dessus le réconfortaient, dans un certains sens. C'était comme la main d'un cher ami qui vous tapote l'épaule et vous dit que vous n'êtes jamais seul. N'ayant pas la main d'un cher ami à disposition, la pluie faisaient l'affaire, dans son cas.
La relaxation de Morchaint fut interrompue par un bruit de pas et par une odeur "humaine". Il ouvrit soudainement les yeux et s'adressa u vide. La personne qui approchait se sentirait tout de suite concernée.

" Si t'es venu me chercher, rebrousse ton chemin. Tu aurait perdu d'avance. "


Dernière édition par Morchaint "Coeur de Lion" le Dim 18 Oct - 15:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Keefey Asteïs

avatar

Féminin

Messages : 233
Localisation : Dans un monde peuplé de neige et de yetis
Age : 24
Citadin

Parchemin Administratif
Profession: Voleur
Notoriété:
5/200  (5/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Une nuit sous la pluie [PV : Keefey Asteïs]   Dim 18 Oct - 3:56

J'étais perdu. Dans tous les sens possibles. Jamais auparavant, je n'avais foulé les pieds, ne serait-ce que poser le petit orteil, dans une grande ville comme celle d'Henêgbald. Le nom m'inspirait beaucoup, nombreux avaient été les voyageurs à me relater des histoires enivrantes sur cette magnifique cité. Toutefois, rien n'égale l'instant présent. J'avais eu la surprise de ma vie en entrant ici, pour la première fois, quelques heures plus tôt. La place m'avait émerveillée dans toute sa splendeur. Comment aurais-je pu m'attendre à ça? C'était si grandiose! Mes pensées les plus folles n'étaient jamais arrivé à cette hauteur, dépassant l'entendement humain. Henêgbald, grande, belle et séduisante. En arrivant, je m'étais aussitôt senti chez moi. Fini l'errance. Fini le désespoir. Avec ce pas, je débutais une nouvelle vie. Une nouvelle aventure. Et j'étais plus qu'excité à cette idée. Je sentais que tout était possible, tout importait que je le veule ou non. Mes rêves de grandeur devenaient réalité, ici je me sentais important et fort. Ici, je me sentais bien. Un sentiment agréable et tiède avait envahit tout mon corps.
Je m'étais pensé dieu, une seconde.
Je m'étais pensé maître, deux secondes.
Je m'étais pensé chevalier, trois secondes.

Puis, alors que je marchais dans une rue plus ou moins fréquentée, j'ai vu. J'ai vu l'homme se faire happer par un de ces cercles bleus. La vérité ma frappé aussi subitement que la foudre. Non. Je n'étais rien de tout ça. J'étais esclave de cette cité qui était beaucoup plus costaude que moi. J'étais esclave de ses désirs et de ses volontés. Et cela me plaisait autant que l'idée d'être un dieu. J'étais divin de la façon dont la cité en avait décidé. Sa puissance m'étonnait encore. Je sentais une énergie différente du second plan. Je sentais quelque chose de vivant, qui respirait juste à côté de mon cœur.

C'était dans cet état d'esprit, la tête dans les nuages, et l'imagination vagabonde, que je m'étais perdu subtilement. La cité m'avait guidé. M'avait enfoncé dans une direction inconnue aussi doucement que la brise d'été. Moi, je m'étais laissé entraîné. J'avais suivi l'instinct. Pas le miens. Celui qui me dictait où aller. Absorbé par la beauté chimérique des lieux, je m'étais endormis. Endormis à l'intérieur de moi-même. Toutefois, j'avais fini par reprendre contenance, quelques heures plus tard, alors que de vilaines gouttes d'eau glacées venaient me chatouiller. J'ouvris les yeux. Je vis. J'étais perdu. Merde... Encore. Pourquoi Dieu ne m'avait-il donc pas doter d'un sens de l'orientation convenable? Pauvre de moi, oui pauvre de moi...

Au bout de quelques minutes, l'averse s'était faite plus évidente, jusqu'au moment où elle se mit à crier, à affirmer haut et fort son existence. C'était devenu un moi tout trempé, froid et tremblant qui naviguait alors dans le dédale des rues et ruelles. Mais, mais... Mon admiration n'était pas retombée. Je gardais toujours ce respect et cet orgueil envers cette ville magique. Sans m'en rendre compte, j'étais arrivé près des remparts externes. Cependant, impossible de dire dans quel quartier je me situais.

J'escaladai ce monstre, cette muraille, serrant mes vêtements trempés et glacials contre moi. Arrivé tout en haut, je levai la tête, j'étais dos à la ville. Je braquai les yeux sur le Néant. Wow! Je ne l'avais jamais vu sous cet angle. Il était éblouissant. Extraordinaire. Fantastique. Je sentais que tout pouvait arriver. Je détournai la tête, dans l'idée de reporter mon attention sur la cité. Seulement, quelque chose, non quelqu'un, attira mon attention. C'était un homme seul. Sous la pluie. Comme moi. Curieux, je m'approchai de lui, en grelottant un peu. Je l'écoutai parler. Monologuait-il avec lui-même ou s'adressait-il à moi? «Si t'es venu me chercher, rebrousse ton chemin. Tu aurais perdu d'avance.» Que voulait-il dire exactement? Je raclai ma gorge pour signaler ma présence.

-Bonsoir.

Ou plutôt bonne nuit. Enfin, il devait être presque minuit. Mi-Nuit. Mon instant préféré. Mon heure. L'heure où j'étais né et l'heure où je mourrai. J'analysai rapidement l'inconnu. Grand, costaud et imposant avec cette armure géante. À sa ceinture, pendait une épée. Et pas un petit canif. Rien de ça. Non. Quelque chose de vrai, de quelque peu effrayant. Soudain, un petit détail attira mon attention. L'homme avait... une... ah ! C'était une queue de lion. En un éclair, je compris. Il était de ma race. Toruhal. Un lion, en plus. Comme moi. Quelle chance j'avais de rencontrer un pair! Je n'avais jamais connu d'autre lion avant ma sœur et moi-même. Je dois dire que cet étranger, rencontré au beau milieu de nulle part, en pleine nuit, commençait sérieusement à m'intriguer.


Dernière édition par Keefey Asteïs le Lun 19 Oct - 19:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.perdu.com
Morchaint "Coeur de Lion"

avatar

Masculin

Messages : 14
Age : 24
Citadin

Parchemin Administratif
Profession: Chasseur de primes
Notoriété:
0/0  (0/0)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Une nuit sous la pluie [PV : Keefey Asteïs]   Lun 19 Oct - 16:32

Morchaint rabaissa la tête. Il était étonnée que son interlocuteur n'avait guère pris considération de sa "menace*. Peut-être l'avait-il dit trop calmement et non avec son typique rugissement animal. Par contre, on venait de le saluer. Ce "Bonsoir", en plus d'être quelque peu inapproprié par rapport à l'heure actuelle, avait un ton assez aigu. Le guerrier resta perplexe. Ce n'était pas un mâle adulte à en juger par sa voix. Avec un petit grognement, l'homme-lion se retourna vers l personne qui tentait de l'approcher. Il fut stupéfait ! Quel âge pouvait bien avoir cet individu ? Douze, treize, quatorze, tout au plus. Bien qu'à cet âge là il aurait affirmé le contraire, ce n'était qu'un enfant ! Il préférait garder la remarque pour lui. C'est à cette période de la vie où on déteste le plus être considéré encore comme des enfants. Puis, une vingtaine d'année plus tard, on n'apprécie pas que quelque nous donne plus d'années que ce qu'on a déjà... Quelle étrange mentalité...
Morchaint décida de s'approcher lentement de ce jeune. Arrivé devant lui, il se mit à lui tourner autour, tel un prédateur sur son adversaire avant de lui sauter dessus. En fait, le guerrier tentait "d'étudier" la personne qui lui faisait face. Rêvait-il, était-ce une illusion, ou c'était bel et bien un très jeune homme qui se promenait à une heure aussi tardive, sur les remparts d'Henêgbald en plus !
Une fois son tour terminé, Morchaint s'arrêta devant lui. Il renifla bruyamment et conclue que ce n'était ni un rêve ni une illusion. Mais que faisait-il là à cette heure-ci ? Plutôt que de continuer à se poser la question inutilement, il préféra le lui demander de suite, montrant ses dents aussi aiguisées que celles d'un prédateur :

« Tu es bien jeune. Que fais-tu là à une heure pareille ? »

Morchaint lui-même, dans son enfance ne se promenait aux alentours de minuit dans les rues avant ses seize ans. Et encore, ce n'était pas pour tuer le temps, mais pour croître son endurance en courant sous la pluie et avec le froid. Rien de tel qu'un entraînement dans des conditions extrêmes pour progresser rapidement. Mais ce jeune ne donnait guère l'impression d'être sorti de chez lui pour s'entraîner et devenir le plus grand guerrier de tous les temps. Ou peut-être essayait-il de mieux contrôler sa transformation animale, comme tout Toruhal qui commence à devenir un adulte ? C'était bien possible. Mais rien ne servirait de tirer des conclusions trop rapidement. Le mieux était d'attendre la réponse, si celle-ci viendra et que le jeune ne soit pas effrayé par le côté sauvage de Morchaint...
Revenir en haut Aller en bas
Keefey Asteïs

avatar

Féminin

Messages : 233
Localisation : Dans un monde peuplé de neige et de yetis
Age : 24
Citadin

Parchemin Administratif
Profession: Voleur
Notoriété:
5/200  (5/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Une nuit sous la pluie [PV : Keefey Asteïs]   Lun 19 Oct - 20:04

Je me laissai analyser de la tête aux pieds. Je sentais qu'on me scrutait du plus profond de mon âme, qu'on essayait de percer les mystères derrière mes yeux. Je tentais de ne point bouger, mais c'était ardu, vu mes tremblotements, causés par le froid et la pluie. Je sentais l'homme méfiant, pas comme si sa vie aurait été en danger, non, une autre sorte de méfiance. Une méfiance envers ma jeunesse, sûrement, et ma présence ici. Cela paraissait-il si évident que je n'étais pas du coin?

Il faut avouer que l'attitude très animal de l'inconnu, m'effrayait un peu. Costaud comme il l'était, et armé ainsi, il n'aurait aucun mal à m'immobiliser et à... me tuer, peut-être! Ou pire, à me torturer! Qui sait? J'avais entendu tant d'histoires et de rumeurs sur les grandes cités du Néant! Je m'étais, au fil des ans, créé une opinion bien ferme de ces endroits, pourtant je n'y avais jamais posé les pieds avant aujourd'hui. Ou plutôt, avant hier. Minuit sonnait à présent. Le son des cloches lointaines éveilla mes sens, et me permis d'oublier mon inconfort actuel, quelques secondes.

Des ménestrels et des bardes avaient souvent fait halte dans mon village natal. Ils racontaient toujours une foule de récits, plus fantastiques et incroyables les uns que les autres. Je pouvais rester suspendu à leurs lèvres, des heures durant, tellement c'en était captivant. Ils avaient relaté des histoires sur des assassins, tuant leur victime dans les ruelles les plus sombres. Des cités qui nous enveloppait, qui nous hypnotisait pour toujours, et ne nous laissait plus partir. Des hommes. Des dames. Des voleurs, des hypocrites. Des connaissances, des structures fabuleuses... Ils en avaient tant dit! Et si souvent! J'avais écouté ces histoires depuis ma tendre enfance, mes préjugés ne démentiraient pas de ci-tôt.

Toutefois, le guerrier qui m'interloquait, car, oui, j'avais décidé que c'était un guerrier, vu sa grande épée et son armure de fer, ne semblait pas sur le point de me dévorer vivant. Mais mieux ne valait pas le chercher, mieux ne valait pas chercher personne, en fait. Je n'étais pas venu ici pour m'attirer des ennuis.

Les reniflements de l'homme me donnaient la chair de poule et des frissons dans le dos, comme si j'en avais pas déjà assez comme ça, à geler en pleine nuit sur ces remparts durs et froids. Sa voix grave et viril m'intimida un peu, mais pas assez pour partir en courant et en pleurant. Je répondis à sa question sans équivoque.

-Je me suis égaré dans la cité. J'ai grimpé sur les remparts en espérant retrouver un chemin potentiel de me mener à une auberge quelconque. Je ne suis pas du coin, voyez-vous, je suis arrivé ce soir et j'ai déjà réussis à me perdre... C'est décourageant.

Je soupirai et essayai de faire un petit sourire sympathisant, histoire de détendre un peu l'atmosphère. Une brise glacée vint effleurer mon visage, et je me maudis de ne pas avoir eu, avec moi, de vêtements plus chauds. En ce moment, je rêvais d'un foyer douillet, d'un bon feu et d'une couverture tiède. Et d'un thé, aussi, oui, un thé me ferait le plus grand bien. Ahhh, rêve. Rêve...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.perdu.com
Morchaint "Coeur de Lion"

avatar

Masculin

Messages : 14
Age : 24
Citadin

Parchemin Administratif
Profession: Chasseur de primes
Notoriété:
0/0  (0/0)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Une nuit sous la pluie [PV : Keefey Asteïs]   Mer 21 Oct - 14:04

Morchaint resta perplexe. Il était arrivé dans la cité ce soir-là ? Mais alors où était-il avant de tomber à Henêgbald ? Dans le second plan ? Comment a-t-il pu arrivé ici tout seul en étant si jeune ? Soit-il s'était fait prendre par un cercle, soit ce garçon avait un potentiel caché. En tout cas, il était là, devant lui, alors que minuit venait de sonner, sans sembler perturbé par l'heure tardive ni par la situation dans laquelle il se trouvait, à savoir, perdu dans une cité qu'il ne connaissait visiblement pas. En plus qu'il venait de tomber nez à nez avec un homme aux dents de sabre en armure et avec une queue de lion, en plus ! Rien qu'une personne normale aurait fui en courant à sa place. Mais lui restait là à lui parler. Certes, une certaine angoisse était perceptible, ou peut-être était-ce le froid ? Morchaint le regarda avec un air étonné. Au début, il pensait à le conduire à sa modeste demeure. Mais il se dit que ce garçon ne le suivrait probablement pas. Plutôt mourir de froid que taillé en morceau ! Même si les intentions de l'homme étaient toutes autres. Soit, mais il ne voulait pas le voir dans cet état. Il semblait frissonner pour le froid. Avec un geste rapide afin de ne pas l'effrayer, le guerrier ôta son épée broyeuse de son fourreau et le planta rapidement dans la pierre, dont étaient faites les remparts. Puis, il matérialisa dans sa main une flamme, malgré la pluie. Au contact, les deux éléments opposés formait une légère vapeur. Il porta donc sa main enflammée contre son épée. Il essayait de bien réduire la température, afin de ne pas trop dilater son arme. Il ne savait pas exactement quel alliage exactement son grand-père utilisa pour la créer, mais elle semblait s'adapter à la dilatation. Soit, mieux vaut ne pas prendre d risque. Suite à la chaleur qui lui était apportée, l'épée se réchauffa. On pouvait le voir par la vapeur qu'elle formait avec la pluie. Il leva la tête vers le garçon, sans ôter sa main de son arme, et lui adressa la parole :

« Rapproche-toi, ça va te réchauffer. »

Une idée vint soudain toucher l'esprit de Morchaint. Et son père ? Lorsqu'il atterrit à Maelig, fut-il aidé par un étranger dans la cité du plaisir ? Il l'ignorait, mais il supposait que non. Son père ne lui parla jamais en détail de son séjour à Maelig. Il savait seulement qu'il s'était fait une renommée dans l'arène et paya le premier cercleur venu. C'était tout. Probablement que cette période de sa vie devait être des plus terribles. Il ne voulait pas que ce jeune garçon ait le même malheur. Bien qu'il semblait certain de ce qu'il était venu faire ici, Henêgbald est une cité qui ne pardonne pas, comme toutes les cités, d'ailleurs. Bien que Maelig est bien plus réputé pour les quartiers dangereux, celle-ci n'en manquait pas non plus.
Morchaint leva à nouveau la tête vers ce jeune garçon, étant agenouillé pour réchauffer l'épée. Il avait beaucoup de questions à lui poser. Mais il préféra ne pas le bombarder. Le mieux était de gagner sa confiance et le ramener chez lui pour la nuit.

« Tu ne devrais pas te promener dans les rues à une heure si tardive tout seul... Quel âge as-tu, mon garçon ? »
Revenir en haut Aller en bas
Keefey Asteïs

avatar

Féminin

Messages : 233
Localisation : Dans un monde peuplé de neige et de yetis
Age : 24
Citadin

Parchemin Administratif
Profession: Voleur
Notoriété:
5/200  (5/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Une nuit sous la pluie [PV : Keefey Asteïs]   Mer 21 Oct - 20:11

Je me tu. Mon interlocuteur sembla réfléchir quelques secondes, puis fit quelque chose qui me stupéfia. Assez pour rester à jamais gravé dans ma mémoire. Il retira son épée de son fourreau, je cru d'abord qu'il allait m'assassiner. ''Ça y est, c'en est fini de moi, je vais mourir'', me dis-je. Je ferma les yeux, attendant le choc brutal de l'impact, mais... je ne ressenti rien. C'était donc ça, mourir? On ne ressentait rien, c'était plutôt cool... ah, mais... J'ouvris les paupières, me rappelant qu'elles étaient fermées, juste à temps pour voir l'homme effectuer sa manœuvre. Il planta littéralement la lame de son épée dans le sol de pierres. Comme si ça avait été dans du beurre! Je le regardai, totalement ahuri. Que venait-il de faire...? Sur le coup, je n'étais pas sur d'avoir tout saisi l'essence de ce mouvement et l'effet créé. Je fixai mes yeux sur l'épée, n'osant la toucher. De peur qu'elle m'attaque, possédée par un quelconque maléfice. On sait jamais... Henêgbald était si différente du second plan... L'arme restait figé dans le sol, bien droite, bien ferme. Par tous les dieux, comment avait-il bien pu faire ça? J'avais décidément beaucoup de choses à apprendre!

Et je n'avais encore rien vu... Je reportai mon attention sur l'homme. Il fit apparaître une légère flamme dans sa main. Ça, j'avais déjà vu, mais ça me fascinait toujours autant. Je ne contrôlais pas la magie violette et ne connaissait que très peu de choses à son sujet. Cela contribua à augmenter ma curiosité et ma petite frousse à l'égard de cet inconnu. Puis, il fit glisser sa flamme le long de la lame. Wow! Ça, par exemple, je dois dire que c'était plutôt étonnant. Comme il me le proposa, je m'approchai de quelques pas et mis mes mains au dessus de l'épée qui dégageait une chaleur réconfortante. Je m'étonna que cela fonctionna même sous la pluie. Un petit silence s'installa, mais qui fut vite coupé par les questionnements et les reproches de l'homme. Je me demandais si je devais lui dire la vérité sur moi. J'en conclus aussitôt par l'affirmatif. Qu'avait-il de mal à ça?

-Certes, je suis jeune et imprudent, j'ai quatorze ans, mais je vous assure que je suis plus robuste que j'en est l'air!

Je sentais le besoin de me donner un grain de valeur, face à cet homme baraqué. Le secret c'était que je me sentais quelque peu intimidé par lui. Toutefois, jusqu'à présent, il avait été agréable avec moi. Je me risquai à lui poser une question, échanger nos rôles serait plaisant.

-Et vous, monsieur, pourquoi vous baladez-vous sur les remparts, si tard et sous la pluie? Tout comme moi, n'avez-vous pas de foyer?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.perdu.com
Morchaint "Coeur de Lion"

avatar

Masculin

Messages : 14
Age : 24
Citadin

Parchemin Administratif
Profession: Chasseur de primes
Notoriété:
0/0  (0/0)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Une nuit sous la pluie [PV : Keefey Asteïs]   Dim 25 Oct - 16:43

Et comme ça, ce jeune garçon avait quatorze ans... Il prétendait être plus robuste qu'il en avait l'air. Morchaint n'en doutait pas. S'il était là, seul face à Henêgbald, il devait être tout aussi résistant physiquement que mentalement. À son âge, rares sont les personnes qui quittent leurs villages pour aller vers une grande cité, tout en restant autant calme. En tout cas, le guerrier sentait la nervosité du garçon baisser. Il n'avait pas l'habitude d'aider les personnes pour des détails autant "négligeables" que le froid (négligeable entre guillemets car la plupart des gens ne se fichent pas que leur corps soit soumis à des conditions extrêmes...). Mais ce jeune lui rappelait un peu son père. Un enfant, seul face à son destin. La majeure partie chute dans la dépression et cherche refuge auprès d'autrui. L'autre partie accepte ce destin néfaste et le combat la tête haute, malgré son âge encore immature.
Soit, mais ce garçon lui posa une question. Sans ôter sa main de sa lame depuis tout à l'heure, Morchaint leva le regard vers son interlocuteur. Il montra une deuxième fois ses dents de fauve. Et oui, il y a des moments où susciter la peur par son aspect devient un inconvénient...

« Tout d'abord... ne m'appelle pas "monsieur". Je ne suis pas si loin de franchir la trentaine, mais tout de même, je ne suis pas si vieux... Et puis, tu peux me tutoyer. Quant à ta question... Je dois t'avouer que je n'ai pas de réponse. Il m'arrive d'avoir envie de sortir et de me plonger dans la vue de cette cité et dans mes pensées... Comme toi, peut-être... »

Il y eut un moment de silence. Une seconde dans le monde matérielle peut sembler court, mais il peut durer une éternité dans le monde de l'esprit et de la pensée. Morchaint eut le temps de se reposer ces questions habituelles. A-t-il fait le bon choix ? Comment serait sa vie aujourd'hui s'il était resté auprès de sa famille ? D'ailleurs, comment va-t-elle ? Tout de suite après, il sentait qu'un immense devoir pesait sur ses épaules. Il devait faire entendre son nom dans tout Hedêlhind et devenir quelqu'un, suivi par tout le blabla habituel. Il vécut une deuxième fois les points marquants de sa vie à toute vitesse. Le jour où, à huit ans, il se fit malmener par trois jeunes de douze, treize ans et qu'il rentra chez lui en se forçant de ne rien dire et de surtout ne pas pleurer. Le jour où il secourut un marchand qui venait de se faire voler sa sacoche par un voleur, qu'il rattrapa dans sa course. Le jour où il se fit laissé par sa petite amie, amoureuse d'un autre fils de soldat. Et ce jour décisif... où il pris sa sacoche, son armure, son épée, son destin en main et qu'il quitta sa famille. Jamais il n'oubliera ce jour. Il sortit discrètement de leur demeure et s'arrêta devant la porte. Il pleuvait. Un éclair tonna lorsqu'il se décida enfin de lâcher la poignet de la porte. Il fit une dizaine de mètres et se retourna vers son foyer. Il venait de faire un choix important qui bouleverserait sa vie. Il sentait l'espoir de son père et son grand-père sur ses épaules. Mais il ne le sentait pas comme un fardeau, car cela ne lui pesait guère. Il le sentait plutôt comme une lourde armure. Qui le protège. Qui lui donne la force de continuer. Il se retourna à nouveau vers son destin et avança.
Tout ceci, en une seule et misérable seconde. Suite à ce silence court mais pesant, il s'adressa à ce jeune garçon.

« Mais contrairement à toi, j'ai un foyer à Henêgbald. Certes, il est dans le quartier le plus pauvre de la cité, mais ça reste une maisonnette modeste qui me protège tout de même du froid... Si tu veux, nous pouvons continuer notre conversation à l'intérieur. Elle ne se situe pas très loin d'ici. »
Revenir en haut Aller en bas
Keefey Asteïs

avatar

Féminin

Messages : 233
Localisation : Dans un monde peuplé de neige et de yetis
Age : 24
Citadin

Parchemin Administratif
Profession: Voleur
Notoriété:
5/200  (5/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Une nuit sous la pluie [PV : Keefey Asteïs]   Mer 28 Oct - 0:37

Hein ? Qu'avais-je entendu? Un foyer? Une maison! De la chaleuuur! Ahhh! J'avais envie d'hurler de joie et de courir dans tous les sens. Je me foutais bien de sa situation économique, tant qu'il avait une ou deux couvertures et un bon feu, j'étais partant! Sans oublier mon thé, oui le thé de mes rêves les plus fous! Une extase s'empara de moi, j'offris mon plus large sourire à cet inconnu tombé du ciel pour me secourir, tel un messager envoyé par Dieu! Oui, c'est ça, c'était un dieu! Ma chance arrivait enfin, elle était là, entre mes mains, et moi j'étais prêt à la saisir et à m'emparer d'elle pour ne plus jamais la laisser filer. S'il y avait bien quelque chose que j'avais besoin en ce moment, c'était de la chance, beaucoup de chance! Et pas une toute petite, non une bonne, une forte. J'en est connu par dizaines, des gens qui disaient avoir la vie de leur côté. Mais combien pouvaient se vanter d'avoir rencontrer un inconnu dans le nulle part et qu'il les ait invité à prendre le thé? Hein, combien? Pas des masses. Ceux-là qui disait être des veinards habitués, ne possédait que cette petite chance éphémère qui vous lâche au premier obstacle.

Moi, je n'étais pas comme eux. J'avais quand même survécut à un an d'errance dans le second plan, hors de mon village, hors de tout d'ailleurs... Puis j'étais arrivé ici et m'étais fait charmer par cette cité hypnotisante. Et mais... Attendez une minute. Et si, par un horrible hasard, cet homme et ses belles propositions était un autre vilain tour de cette cité traîtresse? Peut-être n'étais-je pas aussi intouchable que je le pensais. Ce guerrier n'attendait-il que mon assentiment pour m'amener chez lui, me découper en morceaux et faire de mon corps et de mon âme son repas du soir? Qui sait s'il ne me trouvait pas appétissant... De la jeune et bonne chair. Je devais l'être, en tout cas. Comment pouvais-je savoir ce qu'il pensait? Peut-être était-il un habile manipulateur psychologique qui, pas à pas, m'amènerait à glisser, à sombrer dans son vice... il abuserait alors de ma confiance innocente et par les gestes les plus simples, me briserait? Au fond, il voulait me tuer, c'était simple, mais qui sait quel genre d'atrocités pourrais-je alors être victime avant de rejoindre le néant...? Je pourrais alors être giflé ou pire, violé. Peut-être, aussi, avait-il des amis qui le rejoindraient plus tard pour prendre par à la fête qui aurait pour principal sujet mon martyre. Des démons s'amuseraient avec mon moi. Des loups me mangeraient le bout des orteils...

Si je mourrais, je rejoindrais Yuya, mais alors, je serai mort, moi aussi. Non... Je ne pouvais quitter ce monde, il fallait que je l'aide, elle avait besoin de moi, et décédé, je ne serviras pas à grand chose.

Ah et puis merde! Que ne ferais-je pas pour une tasse de thé? Je finis par accepter, peu importe mes craintes, il fallait prendre une chance!

-J'accepte votre aimable proposition, dis-je sans oser démordre du vouvoiement.

Je le suivis donc jusqu'à sa demeure...

[Suite du RP chez toi?]

Revenir en haut Aller en bas
http://www.perdu.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une nuit sous la pluie [PV : Keefey Asteïs]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une nuit sous la pluie [PV : Keefey Asteïs]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Remparts Externes -