Et quand, au-delà du réel, le néant devînt votre terre, l'éternelle loi fut mille fois murmurée : Méfiez-vous des cercles bleus...
 
AccueilS'enregistrerConnexion

 

 Air(e) de repos...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Talyon Lancaster

avatar

Masculin

Messages : 42
Age : 30
Officier

Parchemin Administratif
Profession: Capitaine
Notoriété:
5/200  (5/200)
Autres infos:

MessageSujet: Air(e) de repos...   Mer 21 Oct - 20:21

L'enfant fermait ses yeux. Paupières lourdes et esprit léger il sombrait dans un sommeil réparateur bercé par la douce mélodie. Ses oreilles de félin toujours redressées indiquaient qu'il n'était pas encore totalement endormit. Après tout ce temps passé à jouer pour lui Talyon devinait aisément quand le petit Toruhal s'endormait véritablement. Le rituel avait commencé il y a tellement longtemps que c'était devenu à ses yeux une véritable obligation. Bien que cela ne concernait en aucun cas son travail, personne ne s'offusquait de le voir prendre un peu de temps pour lui-même et à dire vrai chacun profitait de ces petites mélodies transportées par le vent au grès des ruelles.

Il montait comme à son habitude sur le balcon de Dame Reya, portait sa flûte à ses lèvres et laissait doucement s'exprimer sa magie. Il avait alors repéré ce petit être qui s'était levé et avait écouté avec tant d'attention qu'il n'avait osé s'interrompre pour rejoindre la garde. Et ainsi, chaque fois que lui et sa division étaient dans le secteur de nuit il revenait et jouait alors ces douces mélopées destinées à apaiser le cœur de tous ceux qui lui prêtaient une oreille attentive.

La soirée était douce. Il admirait les lumières s'éteindre petit à petit et profitait de la vue depuis son balcon. La Dame ne s'offusquait jamais de sa présence et laissait au jeune homme tout le loisir de s'y installer. Il avait réussit à gagner sa confiance en la sauvant d'un larcin lors d'une froide nuit d'hiver. Elle avait été la victime d'un simple brigand qu'il n'avait pas été difficile d'intercepter. Depuis il avait eu le droit d'exiger comme récompense de pouvoir se poser sur ce balcon pour jouer.

Une fois que le petit être fut replié sur lui-même laissant son corps remuer sous l'effet de son souffle calme. Talyon s'autorisa un arrêt dans sa mélopée. Une fois la chose faite il profita du calme de la cité. Les enfants dormaient et les couples devaient probablement s'être barricadés chez eux pour pratiquer ce qui se fait en général lors de ces si belles nuits. Les patrouilles et leurs pas rythmés demeuraient le seul bruit perceptible. Même les cercles semblaient s'être calmé en cet instant. Il s'agissait d'un pure instant de repos. Se relevant alors de la barrière sur la quelle il s'était assise Talyon s'étira doucement. Un léger sourire flottait sur ses lèvres. Il savourait avec délice les parfums que l'air transportait jusqu'à lui, la douce brise, le calme ambiant... la soirée semblait réellement prometteuse.

Libérant ses ailes, il repoussa ses cheveux noués dans son dos et souffla sur les quelques mèches rebelles qui venaient s'éparpiller de ci de là sur son visage. Dans un bond qui aurait pu sembler incroyable pour un autre qu'un Darowen, Talyon s'élança dans la nuit noir sautant de toit en toit. Une fois parvenu jusqu'à sa patrouille il sauta de la demeure sur laquelle il était perché et atterrit auprès des siens.

-Quelque chose à signaler ce soir Messieurs?

-Rien mon capitaine. Tout semble être des plus calme ce soir. Peut-être que pour une fois rien ne viendra perturber le sommeil des citoyens.

-Il faut l'espérer... Mais bon... je doute que l'on connaisse une période de repos un jour. Chaque fois que le calme semble régner le chaos semble vouloir en profiter pour changer le destin.

La phrase ne semblait presque pas faire référence à la situation actuelle et cela n'échappa pas aux gardes qui se jetèrent alors des regards lourds de sous-entendus. Chacun d'entre eux se posait des questions sur le passé de celui qui les dirigeait mais jamais il n'avait fait référence à quoique se soit. Les plus audacieux l'avaient interrogé mais il avait simplement sourit en déclarant que ce n'était ni le moment ni le lieu d'en parler. Il ne se joignait pas à eux lors des jours de repos et semblait préféré la solitude aux joies que pouvaient offrir les auberges.

- Bon... Kyle et Ishmir je vous laisse vous occuper des toits j'en ai finit de mon coté. Je m'occupe des remparts internes pour le reste de la nuit.
Quand aux autres je vous laisse le soin de veiller sur les venelles. Nous ne devrions pas avoir grand chose à faire mais restez vigilant.

Les hommes n'émirent aucunes objections aux dires. Les deux Toruhals s'envolèrent en direction des toits et les autres s'engagèrent alors dans les venelles environnantes. De son coté, la démarche légère et silencieuse malgrés ses bottes sur le pavé Talyon s'avança près de l'escalier qui donnait accés aux remparts. Il aurait préféré s'allonger dans un jardinet et oublier ses obligations mais se permettre une telle chose lui aurait valut bien des ennuis. Une fois arrivé au sommet des marches il s'assura de la présence des gardes sur les différents postes. Une fois sur que chacun était à sa place il monta sur la tourelle et s'installa sur le toit. D'ici il avait une vue imprenable sur les Hauts-Quartiers. Bien que toutes semblaient chercher à s'imposer les unes aux autres, les battisses n'atteignaient pas la hauteur à laquelle il se trouvait. De là il surveillait aisément les gardes et pouvait être sur que tout était en ordre. En général un simple sifflement de sa part accentué par sa magie du vent suffisait à remettre les idées de ses camarades en place.

Se postant ainsi tel une gargouille d'un nouveau genre il reprit sa flute en main et admira avec attention le paysage qui évoluait sous ses yeux. La nuit était belle, la ville était calme. Jouant une douce musique il fixa ses prunelles grises sur les maisons et leurs jardins songeant aux choses qui l'entouraient dorénavant et à ce qu'il pourrait advenir de lui.

Puis, comme si le funeste destin qui semblait s'être abattu sur lui depuis quelques temps avait décidé de lui jouer un nouveau tour, Talyon pressentit l'arrivée d'un malheur. Alors qu'il se relevait brutalement de son perchoir, il entendit un bruit étrange puis fut aveuglé par une intense lumière à l'éclat bleuté assez impressionnant pour le forcer à fermer ses yeux. Quand il les rouvrit, il mit quelques secondes avant de pouvoir distinguer clairement ce qui l'entourait.

Alors que quelques secondes auparavant il observait les demeures huppées d'Henêgbald, devant lui s'étalait une étrange multitude de plantes et autres arbres. Une douce mélodie semblait s'échapper de ses lieux rendant le paysage encore plus agréable. Mais en cet instant ni les fleurs ni la musique ne pouvait empecher l'homme de craquer. S'éffondrant sur ses genoux il sentit monter à ses yeux les larmes de colère et de frustration sans pouvoir s'autoriser à les laisser s'échapper. La seule façon qu'l trouva pour évacuer sa rage fut de crier, ce qu'il fit sans retenue. A s'en déchirer les cordes vocales, Talyon hurla à plein poumons amplifiant ce son par le biais du vent qu'il pensait pouvoir controler à volonté.

La vie qu'il s'était forgé dans sa première ville lui avait échappé. Et voila que maintenant sa seconde vie s'envolait elle aussi en fumée. Posant ses mains à plat dans l'herbe fraiche il baissa la tête en cherchant à savoir si ce qu'il vivait n'était pas uniquement un cauchemard. Oui, ce devait être ça, il faisait un mauvais reve et ne tarderait pas à s'éveiller entouré de ses gardes qui ne manqueraient probablement pas de se moquer de lui.

Silhouette immobile, tache grise dans cet univers de verdure, il préféra demeurer ainsi tête baissée à genoux dans l'herbe les cheveux volant autour de lui. Il devait se reveiller et sortir de cette torture qui semblait le poursuivre.
Revenir en haut Aller en bas
Lysandre Djerkzic

avatar

Masculin

Messages : 748
Localisation : Devant, avance un peu, tourne vers ta gauche, nan, là c'est Gaz de France -_-"
Age : 28
Militaire

Parchemin Administratif
Profession: Espion
Notoriété:
0/0  (0/0)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Air(e) de repos...   Jeu 22 Oct - 17:39

Lysandre était content de sa journée. Pas de missions depuis deux semaines, et aujourd'hui, lors de son second travail, il avait recopié des textes de Tryphène qu'il connaissait presque par coeur. Il avait donc fini son travail vite fait et avait le reste de la journée pour se livrer à ses activités préférées: flâner et faire des farces.

Ainsi, sur le chemin du retour, il avait mit le feu au chapeau d'un passant. Depuis qu'il s'en était servi à Maêlig, il trouvait cette blague non seulement utile comme diversion, mais surtout drôle. Voir la personne se mettre à courir en jetant son chapeau en l'air et flanquer la panique dans la rue restait un de ses plus grand plaisirs. N'ayant pas envie de s'activer plus que nécessaire, mais n'ayant pas non plus envie de rentrer pour l'instant, il décida d'aller au jardins, histoire de se reposer.

Mais comme il était ce qu'il était, il ne put s'empêcher, en voyant un homme offrir ce qui semblait être une bague à une femme visiblement émue, il envoya un coup de vent pour faire disparaitre la bague dans les fourrés. Totalement immature, mais marrant quand même. Plus loin, il s'arrêta sur un banc pour jouer de la guitare, un de ses passe-temps qui avait le mérite de l'occuper, car il ne pouvait pas jouer et faire des farces en même temps. Si les gens se montrèrent plutôt interessés, ils repartirent vite quand il se mit à chantonner.

Soudain, son morceau fut interrompu par un immense cri qui résonna dans tout les jardins. Intrigué, il se dirigea vers la source du bruit, après s'être calmé. En arrivant, il vit... Un Darowen en uniforme militaire, à genoux, par terre, qui ressemblait plus à une statue si ce n'était ses cheveux longs.

- Euuh... Qu'est-ce qui se passe, monsieur ? Vous avez failli provoquer une crise cardiaque chez tout le monde. D'où venez-vous ? Votre uniforme n'est pas du coin.


Lysandre n'avait jamais été doué en tout ce qui concernait les relations humaines, alors un type par terre en train de hurler comme un malade, c'était un peu trop pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Talyon Lancaster

avatar

Masculin

Messages : 42
Age : 30
Officier

Parchemin Administratif
Profession: Capitaine
Notoriété:
5/200  (5/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Air(e) de repos...   Dim 25 Oct - 18:48

Continuant à prier intensément pour revenir dans le monde réel Talyon ne fit pas tout de suite attention aux personnages qui l'entourait. Ce n'est que lorsqu'une voix sembla s'adresser directement à lui qu'il comprit que rien de cela n'était fictif. Relevant doucement la tête, ses yeux se posèrent alors sur un Darowen qui venait de s'adresser à lui.

Assez grand, plus que Talyon du moins, et tout vêtu de noir le Darowen semblait presque chétif en apparence. Mais Talyon, avait déjà eu l'occasion de voir à l'œuvre des êtres plus maigres et il savait qu'il ne fallait pas s'y fier. Ce corps plutôt frêle était surmonté d'une tête plutôt agréable, un ensemble assez harmonieux pour la personne même si le détail qui troublait pour le moment notre capitaine de division concernait les yeux de son interlocuteur. D'un rouge plutôt étrange ils semblaient presque pouvoir le transpercer ou lire en lui comme dans un ouvrage.

Il prit alors une grande inspiration avant de se relever calmement. Il attendit posément quelques secondes histoire de ne pas garder ses nerfs à vif et fixa alors le Darowen.


- Je vous prie de m'excuser. Je n'aurais pas dû... me laisser emporter de la sorte.

Les lieux étaient plutôt désert, du moins en apparence. Seules les deux êtres étaient en vue. Il avait eut-être atterrit dans le jardin d'un noble d'une autre cité. Ou encore dans un jardin d'Henegbald... mais selon l'homme ses vêtements n'étaient pas d'ici.

-Je... je m'appelle Talyon, Talyon Lancaster et je suis en effet de passage dans la région.

Quitte à devoir subir la fatalité autant la prendre avec un peu plus d'humour.

- Je vivais jusqu'à il y a peu de temps sur Henegbald et... je viens de me faire happer par un cercle bleu. Et... je m'excuse pour le cri mais je pense que vous en feriez de même si vous vous rendiez compte que tout ce que vous avez bâtit, tout ce que vous avez fait en sorte de faire dans votre vie s'effondre aussi facilement qu'un claquement de doigts.

Le ton était calme et plutôt serein même si au fond la rage dominait au plus haut point. Voila qu'il se retrouvait là à faire la conversation avec un inconnu et qu'il ne savait pas encore ce qu'il allait advenir de lui dans cette nouvelle cité. La chose était frustrante, il devait découvrir un moyen de rentrer chez lui.

- Pardon mais... peut-être pourrie-vous m'aider. Je ne sais pas encore qui vous êtes ni ou je suis.

Repoussant ses cheveux en arrière il prêta attention au décor quelques instant sans pouvoir trouver de détail qui l'aiguillerait sur des réponses potentielles. Seul ce Darowen pourrait l'aider à trouver des réponses à ses questions pour le moment et il ne comptait pas le laisser filer sans les avoir obtenues. Et en cas de problème il avait toujours son épée à portée de main. L'homme n'était peut-être pas d'allure à se battre mais son style n'annonçait pas forcément qu'il s'agissait d'un simple citoyen ordinaire.
Revenir en haut Aller en bas
Lysandre Djerkzic

avatar

Masculin

Messages : 748
Localisation : Devant, avance un peu, tourne vers ta gauche, nan, là c'est Gaz de France -_-"
Age : 28
Militaire

Parchemin Administratif
Profession: Espion
Notoriété:
0/0  (0/0)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Air(e) de repos...   Lun 26 Oct - 11:28

Lysandre subit l'examen du Darowen, soutenant son regard, et écouta ses explications. Un cercle bleu, hein... Ces satanés cercles n'avaient donc rien d'autre à faire que téléporter tout le monde n'importe où ?

- Je suis Lysandre Djerkzic, je suis scribe et vous vous trouvez dans les jardins de Nôthburg. En ce qui concerne le cri, je comprends. Ces maudits cercles ont ruiné la vie de bien des gens, j'imagine que c'est une réaction normale.

Il fixa l'homme, qui était sur ses gardes. Lysandre ayant lu et recopié des ouvrages de psychologie et autres, il s'étonna en comprenant que cet homme ressentait presque plus voir autant de rage que de désorientation ou de désespoir, qui étaient normalement les réactions instinctives, la rage ne venant qu'après. En tout cas, il lui semblait que cela s'était passé dans cet ordre pour lui et dans tout les témoignages laissés sur les parchemins. Il comprit qu'il allait devoir mesurer ses mots, s'il ne voulait pas se retrouver charcuté.

- Vous êtes militaire ? J'ai une livraison de parchemins pour un haut placé dans l'administration de la ville, je pourrais parler de votre cas, non ? Il n'auraient aucune raison de refuser de renvoyer un militaire Henegbâldien chez lui.

Il ne se sentait pas à l'aise. Peut-être parce qu'il avait l'impression de se retrouver dans un des coupe-jarrets de Maêlig, 29 ans auparavant. Peut-être parce que l'homme le mettait mal à l'aise. Peut-être les deux. Cette situation lui rappellait la sienne, lorsque lui-même s'était retrouvé dans une ruelle sale de la soi-disante cité des plaisirs. Sauf que lui, personne n'avait essayé de l'aider. Alors que pour ce Talyon Lancaster, il n'était pas trop tard. Si une partie de lui lui disait qu'il n'y avait aucune raison que ce Darowen se fasse aider alors que lui, personne ne l'avait aidé. Mais il finit par écouter son bon sens qui lui disait d'aider cet homme en armure. Toujours est-il que si Talyon était ne serait-ce qu'un tout petit peu doué en ce qui concernait la psychologie ou le langage du corps, il aurait pu aisément deviné que Lysandre était troublé.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Air(e) de repos...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Air(e) de repos...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Jardins -