Et quand, au-delà du réel, le néant devînt votre terre, l'éternelle loi fut mille fois murmurée : Méfiez-vous des cercles bleus...
 
AccueilS'enregistrerConnexion

 

 Un aller simple à Adalêgamor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Agor Alian

avatar

Masculin

Messages : 67
Age : 25
Militaire

Parchemin Administratif
Profession: Soldat
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Un aller simple à Adalêgamor   Dim 16 Aoû - 19:45


Adalêgmor, ville aux ténèbres permanentes.
L’allée des ombres était, comme à son habitude la partie la plus éclairé de la cité. Des passants parcouraient d’un pas rapide l’avenue pour disparaitre à nouveau dans l’ombre des ruelles adjacentes.
Les habitations qui bordaient la longue route étaient noires ou rouge, selon la pierre utilisée. Elles étaient percées de petite fenêtre, fermées par des volets de bois et leurs portes étaient illuminées par des lampions accrochés à l’encadrement de la porte.

Dans une petite ruelle vide et obscure, un étrange phénomène se produisit. Sur le sol en terre battu défoncé, un cercle bleu apparus. Il resta là quelque secondes. En son centre, un homme en sortit. Le cercle disparut alors, laissant l’inconnu désorienté seul dans la noirceur de la rue.

Agor regarda attentivement autour de lui pour découvrir ou il se trouvait. Mais le manque de lumière l’empêcha de distinguer avec attention les détails de l’architecture employé ici. Il jura silencieusement.
Maudit cercle bleu. Impossible de savoir ou la magie m’a emmené. On n’y voit rien ici. C’est tous sombre. Bon d’abord, tachons d’éclairer un peu pour voir ou l’on se trouve.

De la lumière jaillit des mains du jeune homme, éclairant violement tous les recoins la ruelle. Il détailla tous ce qu’il pouvait voir. Puis, essayant de se rappeler des leçons de géographie qu’il avait reçu étant enfant, il chercha à se repérer.

Les maisons sont construites dans de la pierre noire. Les toits sont je crois en tuile d’ardoise.
Si un mot devait me venir à l’esprit pour définir ce lieu, je dirai Ténèbres.
Ce mot fit comme un déclic dans son esprit: "Adalêgmor"

Il arrêta de diffuser de la lumière et laissa replonger le passage dans le noir. Il tourna la tête à droite. De ce côté-ci, la rue rétrécissait et disparaissait, dieu seul sait ou. De l’autre côté, au contraire, elle s’élargissait, et tout au bout, Agor put distinguer une lueur. C’est donc tout naturellement qu’il se dirigea dans cette direction, l’œil vigilant à toute apparition soudaine de cercle bleu.

Heureusement, au moment ou le cercle était apparut, Agor partait en mission pour la garde et portait son armure et ses armes. D’une main, il caressa le pommeau de son épée, et le doux contact avec la poigné lui donna du courage. Il n’avait pas peur mais était un peu anxieux car il n’avait aucune idée de comment il allait pouvoir revenir chez lui. Il lui faudrait acheter un cheval ici et sortir sur le second plan, d’où il devrait chevaucher pendants des jours avant de revenir chez lui. Ou alors, il devrait marcher. Impossible de se transformer en once car il devrait abandonner son armure et son épée ici, chose qui ne ferait qu’uniquement en dernier secours.

A mesure qu’il s’approchait de l’ouverture, la lumière apparaissait plus clairement. Le jeune homme déboucha sur une grande avenue, brillement éclairé par des centaines de torches et de lampions.
Il devina qu’il se trouvait dans l’allée des ombres. Une chance qu’il écoutait ses cours petit au lieu de passer son temps à faire des bêtises comme Nirtash…

Dans son armure blanche, impossible pour lui de passer inaperçu. De plus, afin de mieux voir, il faisait luire faiblement son corps tout entier, ressemblant alors à un phare. Les gens le regardaient bizarrement et certains prononçaient des paroles obscures à son passage. Mais Agor n’en avait cure. Ayant l’habitude d’être observé, il avait depuis longtemps apprit à faire abstractions de ces réactions. Au contraire, il marchait d’un pas sur, montrant à quiconque que la lumière pouvait elle aussi survenir quand tous n’était que ténèbres. Néanmoins, il veillait à ne pas trop attiré la foudre des habitants de cette cité, car il voulait éviter à tout pris une altercation. C’est pourquoi sa main se détacha de la poigné de son épée. Une habitation haute à l’aspect moins miteux que le restes des habitations, proposé l’hébergement et la restauration pour les voyageur. Agor décida d’y entrer afin de se poser un peu et d’obtenir des informations sur le moyen de sortir de la ville et sur la possibilité d’acheter un cheval.

L’intérieur du bâtiment était très simple. La porte d’entrée donnait directement sur une grande salle ou étaient posé quelques tables et dans un coin un petit comptoir ou s’appuyait une vieille dame, l’air profondément ennuyé. Une dizaine de voyageurs aux aspects tous différents les un des autres et de toutes les races mangeaient silencieusement leur soupe. Malgré le calme déjà présent, le silence se fit quand Agor entra. Tous les regards convergèrent vers lui et le fixèrent un instant. Loin d’être démonté par l’accueil, il se présenta devant la vieille dame, qui ne daigna pas le regarder.

"Bonjour madame. Serait-il possible d’avoir une chambre et également un repas ?"

La vieille femme leva la tête, le fixa un instant et répondit rapidement d’une voix aigre :

"-Pour combien de temps la chambre ? Et vous devez payer tous de suite. La maison ne fait pas de crédit."

Toujours souriant, Agor dit

"-Je reste au moins pour cette nuit et je vous dirai demain si je compte rester. Pour ce qui est de payer maintenant, je ne vois pas d’inconvénient. Je vous payerai après mon repas, si sa ne vous dérange pas car la faim risque de me faire tromper et je pourrais vous donner plus que ce que vous me demandez. Sa serait tout de même bête, étant donné que jamais, au grand jamais, vous ne penseriez escroquer un client!"

La femme grommela un vague oui et fit le tour du comptoir pour lui désigner une table ou il s’assit. Puis elle appela d’une voix forte une serveuse aussi vieille que la patronne et lui ordonna de servir Agor. Pour nourriture, il eu droit à un bol de soupe à la couleur douteuse et au gout infecte. Heureusement, le pain servit avec était à peu près frais et le Toruhal se nourrit à peu près à sa faim. Comme convenus, il paya ce qu’il devait à patronne, prenant bien son temps pour compter ses pièces. Puis il se fit conduire à sa chambre pour voir de quoi elle avait l’air. Le mot chambre désignait enfaîte, une toute petite pièce ou tenait à peine une paillasse recouvert d’une couverture sale et d’un sac de paille servant d’oreiller, et un coffre pour ranger les affaires. Un locataire l’occupait déjà et grogna quand le couvercle s’ouvrit. Par miracle, la chambre fermait à clé. Après avoir inspecté son pieu, Agor redescendit en bas et s’assit à une table dos au mur juste en face de la porte. Il pensa un instant à interroger la vieille femme derrière son comptoir à propos de l’éventualité d’acheter un cheval mais abandonna vire l’idée. Perdus dans ses pensées, il entendit à peine la porte s’ouvrir et laissait passer un autre voyageur…




Dernière édition par Agor Alian le Ven 26 Mar - 8:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elkior Mariakin

avatar

Masculin

Messages : 170
Age : 27
Druide

Parchemin Administratif
Profession: Guérisseur
Notoriété:
5/200  (5/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Un aller simple à Adalêgamor   Dim 16 Aoû - 21:38

Lassitude. Solitude. Voilà les deux mots qui pouvaient convenir aux derniers jours passés par Elkior. Le nocsys venait de passer pratiquement 10 jours à fouiller et lire dans l'une des rares bibliothèques de la cité, à la recherche de certains textes traitant d'anatomie. Il soupira. Il ne trouverai rien ici.
Il ferma le dernier livre de la pile qui jonchait la grande table à laquelle il s'était installé, puis alla les remettre à leurs place.

Cela ne lui prit que quelques minutes, la bibliothèque n'étant pas très grande. Il pensa que les réponses qu'il cherchait se trouvaient peut être à Nôthburg. Il fut un temps où il aurait le voyage sans aucune hésitation, il n'aurait eu qu'à aller voir Wolfgang, le père fondateur, et lui soumettre une demande pour qu'il utilise sa magie bleue pour l'expédier vers la cité de la connaissance. Mais aujourd'hui cette magie était devenue sauvage, et trop incertaine pour que le Nocsys puisse s'y fier.

Las, il ferma la porte en bois sombre du batiment, et se dirigea par réflexe vers l'Allée des Ombres. Il avait besoin d'un bon repas, et le fait de s'attabler seul chez lui ne lui plaisait que trop peu. Son baton qui ne le quittait jamais claquait sur le pavage froid, reluisant à la faible lumière orangée des lanternes. Il longea le bord de la fosse, chemin le plus court pour atteindre l'Allée.

Dans la pénombre quelque uns des symboles gravés sur la longue hampe luisaient d'une lueur bleue argentée. Le nocsys fronça les sourcils. L'activité des esprits dans la forêt se faisait plutôt intense ces derniers temps. Il n'aimerai pas devoir s'y rendre en ce moment.

Le nocsys allongea le pas, ne souhaitant pas rester trop longtemps près de ces lieux occupés par les restes de la folie de nombre de ses frères. Il remonta le long de l'Allée, jusqu'à atteindre une des nombreuses auberges qu'il connaissait. La gérante était une garce, et ses repas étaient la plupart du temps douteux, mais au moins il n'en n'aurait pas pour cher, et en ce moment il n'y avait pas beaucoup de monde à soigner.

Elkior baissa la tête pour passer le seuil, et jeta un rapide coup d'oeil avant de se diriger vers le comptoir. Il salua d'un signe de tête la vieille gérante, qui ne prit même pas la peine de lui rendre la politesse. Le Nocsys n'y fit pas attention, il avait l'habitude.

Bonsoir. Un repas seulement. Je serai à la même table que d'habitude.

Il ne lui laissa pas le temps de répondre, n'ayant pas envie de subir le ton aigre de la vieille pie. Il se dirigea vers une des tables du fond. C'est là qu'il aperçu un Toruhal assit à sa table préférée, car plutôt isolée du reste de la salle. Il jeta un coup d'oeil aux autres tables, toutes occupées. Elkior retint un soupir, et alla s'installer en face de l'étranger.

Vous m'excuserez jeune homme mais les autres tables sont prises.

Elkior jeta un coup d'oeil au Toruhal. Une armure blanche ou presque, agrémenté d'une sorte d'aura lumineux. Il vit le pomeau d'une épée dépasser du rebord de la table. Un soldat, surement de la garbe d'Hênegbald aux vue de la tenue de l'étranger. Il n'y avait que la cité d'Or pour avoir des soldats avec un tel équipement.




Dernière édition par Elkior Mariakin le Lun 17 Aoû - 21:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Agor Alian

avatar

Masculin

Messages : 67
Age : 25
Militaire

Parchemin Administratif
Profession: Soldat
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Un aller simple à Adalêgamor   Lun 17 Aoû - 12:03


Agor était perdus dans ces pensées et ne prêtait pas attention au monde qui l’entourait. Il planifiait avec attention où il devait se rendre pour avoir des renseignements sur un éventuel vendeur de chevaux. La meilleure solution pour lui serait de se rendre aux portes de la ville menant sur le second plan. Là-bas, les gens seront surement le renseigner.

Le jeune toruhal sortit de sous son armure une petite bourse et regarda son contenu. Avec satisfaction, il vit qu’elle était assez remplie. Il devrait avoir assez pour acheter un cheval. Agor aurait tant voulus que sa jument Espérance, soit là. Avec elle, il serait revenu à la maison rapidement.

Après mon retour, je m’accorderai une semaine de vacance et j’irai me promener dans les plaines. Une longue chevauché rien que pour le plaisir… Un pur bonheur.

Un petit courant d’air souffla sur son visage et le fit frissonner. Il leva la tête quelque instant plus tard. Devant lui se trouvait un Nocsys qui le regardait avec insistance. Et qui lui parlait :

-Vous m'excuserez jeune homme mais les autres tables sont prises.

Agor regarda autour de lui et vit qu’elles étaient effectivement toute occupées. D’un signe de la tête, il lui fit signe de s’assoir. L’arrivé de l’inconnu l’avait surpris et il mit quelque secondes à se reconnecter à la réalité. Il ne dit rien quand le Nocsys s’installa. Du coin de l’œil, il put voir la vieille serveuse, qui approchait avec un bol de soupe dans la main, contenant surement le même breuvage immonde qu’il avait lui-même but un peu avant.
Il se tourna vers son voisin de table et lui dit en souriant

-Faites attention ! La nourriture est infecte. Je ne sais pas trop ce qu’elle contient mais ce ne doit pas être très frais…

Heureusement pour Nocsys, le bol n’arriva jamais jusqu'à ses lèvres. Dans un fracas assourdissant, la serveuse s’écroula au sol, et avec elle tout le contenu de son plat. Le liquide douteux s’écoula par terre et s’infiltra dans le plancher mitée pour finir dans les entrailles de la terre

La patronne, réveillé par l’incident courut vers son employé en lui hurlant des obscénités. Elle le releva grâce à un bon coup de pied dans le derrière et l’entraina dans la cuisine en la tirant par les cheveux

Agor avait observé toute la scène, très comique, et il souriait intérieurement.

-Au moins, vous ne risquez pas de finir empoisonné. Il lui tendit une main !
-je m’appelle Agor Alian, et je viens d’Henêgbald. Enfin du moins, j’ai étais emmené ici contre mon grés. Cette ville à beau être ténébreuse, on assiste quand même à de drôle de choses…


Il faisait référence à ce qui venait de se passer quelques minutes plus tot. Dans la cuisine, on entendait d’autre hurlements et des cris de douleurs mais aucun client ne jugea bon d’aller voir ce qui se passait.
Revenir en haut Aller en bas
Elkior Mariakin

avatar

Masculin

Messages : 170
Age : 27
Druide

Parchemin Administratif
Profession: Guérisseur
Notoriété:
5/200  (5/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Un aller simple à Adalêgamor   Sam 22 Aoû - 13:44

Elkior regarda la serveuse s'étaler par terre, son repas avec elle. L'espèce de soupe se rependit et se mit à imprégner le planche noir, et tâcher les vêtements de la jeune fille, le tout sous le regard furieux de la vieille pie. Aie, celle ci commençait à gueuler, maintenant, on allait l'entendre pendant trois heures au moins.

L'air un peu ennuyé, le nocsys revint vers l'étranger. Celui ci lui disait qu'il venait presque d'éviter la mort, avec ce que la serveuse allait lui amener avant qu'elle tombe. Il eu un sourire sans joie.

Je le sais bien, mais ça a le mérite de calmer ma faim pendant quelques temps. Et puis j'ai mangé pire comme nourriture, et pas ailleurs qu'à Henêgbald.

D'ailleurs ça fait un moment que je n'ai pas vu quelqu'un de votre citée venir dans le coin. La pénombre aurait-elle tendance à repousser les gens de la cité d'Or?


Elkior se tut, écoutant distraitement les insultes et les remontrances de la gérante, se demandant s'il aurait un jour son repas.
Il sourit aux dernières paroles du soldat.

A vous voir l'air un peu perdu ici, j'avais deviné que vous n'êtes pas venus par vos propres moyens. Les cercles bleus peuvent vous réserver de bien mauvaises surprises ces temps ci.

Mais bon, vous n'êtes pas le premier soldat à avoir été envoyé dans cette cité chaotique, et vous ne serez pas le dernier.


Il eu un haussement d'épaule, signifiant que c'était le destin et que personne ne changerai ce fait accomplit avant que les cités se décident à arrêter de jouer avec la magie bleue et d'expédier n'importe qui n'importe où n'importe quand.

Quand aux drôles de choses dont vous parlez, si vous faites référence à la vieille pie là bas qui continue à crier, vous n'avez rien vu. En même temps ça a l'air d'être la première fois que vous venez ici.
Un conseil, ne vous baladez pas trop près de la forêt, vous verrez des choses autrement plus étrange que tout ce que vous avez pu voir jusqu'à maintenant.


Elkior eu un sourire énigmatique. Il avait vu pas mal d'étranger se faire avoir par les charmes noirs de la forêt, et ne jamais revenir. On ne sait pas trop ce qu'ils sont devenus, mais le nocsys avait une idée sur la question, qu'il n'avait pas trop envie d'aller confirmer.

Au fait, je suis bien impolis en ne me présentant pas... je m'appelle Elkior Mariakin, guérisseur de mon état, un habitant des lieux, vous l'aurez deviné.
Revenir en haut Aller en bas
Agor Alian

avatar

Masculin

Messages : 67
Age : 25
Militaire

Parchemin Administratif
Profession: Soldat
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Un aller simple à Adalêgamor   Lun 31 Aoû - 16:49

Agor regarda la soupe qui s’écoulait par terre. Le peu de liquide qui restait avait, par miracle, échappé aux fentes du bois et serpentait maintenant entre les tables. Il ne semblait pas vouloir s’arrêter ni disparaître sous terre.

Par quel moyen, cette goutte avançait. Le sol était à peu près droit et aucune force ne semblait contrôler son itinéraire. Voila un mystère qui resterait sans aucun doute à jamais un mystère.

Son voisin c’était présenté lui aussi. Ainsi, le jeune homme avait la chance d’avoir pour compagnon de table un guérisseur. Voila longtemps qu’il n’en avait pas vu, mis à part sa mère.

A ce moment, Agor aurait du prendre la parole, dire que lui aussi était guérisseur pendant ses temps libres, que sa mère était guérisseuse aussi, discuter sur le sujet, s’échanger des renseignements sur certaines maladies. Et pourtant, il ne dit rien. Les mots ne voulaient pas venir. Quelque chose en lui les bloquaient.

Il essaya vainement d’ouvrir la bouche, mais la referma rapidement. Rien ne venait. Le silence s’installa. Les clients, encore présents dans la salle, mangeaient silencieusement. Même la vieille pie s’était tue.

Il ne chercha pas à briser le silence, s’en délectant plutôt. Cela faisait longtemps qu’il n’en avait plus profité.

Le simple plaisir d’entendre une buche crépitée dans la cheminée, ou le bruit du couvert que l’on repose sur la table.

Peu à peu, les gens reprirent leurs conversations et à nouveau, un brouhaha remplit la salle. Agor ne savait toujours pas que dire. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas adressé la parole à un étranger. La serveuse avait réapparut, comme par miracle, des bleues sur son visage, et une assiette pleine de soupe dans les mains. Elle la tenait précieusement contre elle et marchait avec une extrême lenteur, surveillant le moindre mouvement suspect pour éviter de renverser à nouveau le liquide.

Derrière son comptoir, la vieille bique observait la scène d’un œil noire, prêt à jaillir sur la pauvre tel une harpie sur la pauvre employée, au moindre incident. Néanmoins, la soupe arriva à bon port et la serveuse après s’être excusée, repartit soupirant discrètement.

Maintenant qu’Elkior avait sa soupe, cela laissera du temps à Agor, du moins il l’espère, pour réfléchir à ce qu’il pourrait dire. Peut être qu’il connaissait un endroit ou louer des chevaux en bonne forme et à un prix assez faible…

Revenir en haut Aller en bas
Elkior Mariakin

avatar

Masculin

Messages : 170
Age : 27
Druide

Parchemin Administratif
Profession: Guérisseur
Notoriété:
5/200  (5/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Un aller simple à Adalêgamor   Dim 13 Sep - 20:37

Le jeune homme en face de lui semblait se murer dans le silence. Elkior se demandait à quoi il réfléchissait, s'il n'avait pas confiance en le Nocxys... Bah, qu'il se fasse lui même sa propre idée de son voisin de table tout seul alors.

La serveuse amena enfin la soupe presque translucide, faisant extrêmement attention à ne pas la renverser cette fois ci. Elle posa à côté de l'assiette une miche de pain noir. Voilà tout ce qui constituerait son repas aujourd'hui. Elkior prit la cuillère et commenca à avaler le bouillon, saucant de temps à autre avec le pain, afin d'épaissir un peu le repas frugal.

En même temps il observait le métamorphe en face de lui. Beaucoup d'entre eux venaient de cette citée, et faisaient partit de la seule véritable armée des citées du néant. A moins que ce n'en soit pas un. Le nocxys avait un doute.

Il posa sa cuillère, l'assiette à présent vide, avant de briser le silence qui s'était installé entre eux.

Et bien, c'était effectivement plus mauvais que d'habitude. Et pourtant ce n'est pas facile de faire pire. Mais bon.

Que comptez vous faire à présent jeune chevalier? Allez vous rester ici à attendre qu'un cercle vous attrape à nouveau et risquer de vous retrouver dans une autre cité, autre que la cité d'or? Ou allez vous chercher à rentrer chez vous par les terres sauvages? Les deux solutions sont dangereuses.

Elkior observait l'attitude du toruhal d'un oeil bienveillant mais attentif.
Revenir en haut Aller en bas
Agor Alian

avatar

Masculin

Messages : 67
Age : 25
Militaire

Parchemin Administratif
Profession: Soldat
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Un aller simple à Adalêgamor   Mer 23 Sep - 12:03

Agor, surpris, leva la tête. Il pris son temps pour répondre, faisant semblant de réfléchir, bien qu'il savait déjà la réponse. Il avait besoin de quelques seconde pour se forcer à reparler:

-Hé bien, je pense tenter ma chance avec les terres sauvages. Attendre qu'un cercle bleu vienne me happer ne me dit rien qui vaille et n'es surement pas la meilleur chose à faire, ignorant ou j'arriverai.
Tandis que je connais assez bien les étendus du second plan, enfin, du moins, j'y suis déjà aller pour diverses missions et je survivre et me défendre.


Le jeune Toruhal était content de pouvoir parler à nouveau. il remercia silencieusement Elkior d'avoir engager la conversation.
Car lui n'aurait même pas essayer. s'entendre parler était un plaisir. De plus, Elkior semblait quelqu'un de bien et cultivé. Voila le genre de personne avec qui Agor aimait converser.

Mais vous même, que venez vous faire ici?

En posant la question, il le fixa droit dans les yeux, en signe de politesse.
Ses mains étaient posé à plat sur la table et son visage était neutre, mais pas malveillant. il semblait plutôt inciter les gens à parler. Cela l'avait beaucoup aidé quand il tenait compagnie au vielles personnes, afin qu'elles aient confiance en lui.

Il nota mentalement que Elkior pourrait lui apprendre pleins de chose en terme de guérison. Agor adoré apprendre et sa mère n'avait pas répondu à toutes ses questions.
La pièce était sombre et le feu dans la cheminé l'éclairait à peine. sans y faire attention, le toruhal fit apparaître une lumière blanche, qui recouvrit l'ombre ambiante. Les clients furent un peu surpris mais ne dirent rien, pas plus que la vielle femme derrière son comptoir.
Revenir en haut Aller en bas
Elkior Mariakin

avatar

Masculin

Messages : 170
Age : 27
Druide

Parchemin Administratif
Profession: Guérisseur
Notoriété:
5/200  (5/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Un aller simple à Adalêgamor   Mar 6 Oct - 20:38

Elkior hocha légèrement de la tête quand le toruhal finit par donner sa réponse. Les terres sauvages...

Les deux choix sont des risques calculés je pense... les cercles sont peut être incompréhensibles et fluctuants, mais ils ont le mérite d'amener celui qu'ils capturent à bon port.
Les terres sauvages sont plus hasardeuses à mon sens, du fait qu'elles nous apparaissent de façon différente à chacun d'entre nous. Personne ne peut dire qu'il connait le chemin dans ces terres, sauf peut être ceux que l'on appelle les silenos.


Elkior s'arreta un instant, se versant un peu à boire avec le pichet qui était sur la table. Il but quelques gorgées du liquide ambré qu'il contenait, puis reposa son verre.

Mais j'imagine qu'un guerrier tel que vous saura trouver son chemin sans trop de difficultées.

J'hésite bien souvent à prendre ce chemin, car les embûches qu'il recèle peuvent avoir facilement raison de moi. Il souria. Je n'ai pas la vitalité et la force des guerriers malheureusement.

Elkior remarqua que Agor avait eu la politesse de le regarder pendant qu'il parlait. Il semblait de plus haute naissance que les soldats habituels avec lesquels il avait discuté par le passé.

Et quant à ma présence en ces lieux sombres, je suis né ici, il y a maintenant un bout de temps c'est vrai, mais j'aime quand même revenir... quoique.

Je vis ma petite vie de guerisseur, tout en menant quelques recherches personnelles quand j'en ai le temps
.

Le nocsys préféra s'arreter là. Il ne voulait pas parler de lui ainsi à quelqu'un qu'il connaissait depuis... moins d'une heure. Ce n'était pas de la méfiance, mais plutôt un signe de politesse. Pourquoi irait-il ennuyer quelqu'un en lui parlant de sa vie alors qu'il l'oublierai surement d'ici quelques journées.

Mais je me demande. Comment allez vous traverser le second plan?
Revenir en haut Aller en bas
Agor Alian

avatar

Masculin

Messages : 67
Age : 25
Militaire

Parchemin Administratif
Profession: Soldat
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Un aller simple à Adalêgamor   Mar 13 Oct - 17:34

Agor avait écouté avec attention tout ce que le Nocsys avait dit, les enregistrant mais sans tirer de conclusion.


Ce qu’il disait tenait la route et il semblait que son voisin était un homme qui connaissait bien ce monde, du moins beaucoup plus que le jeune toruhal qui ne l’arpentait que depuis quelques années. La puissance de sa famille au sein de la noblesse lui avait épargné la vie dure des gens sous sa conditions, dont certains qui luttaient chaque jours pour rester en vie. Le peu qu’il connaissait des lieux et du second plan lui avait était enseigné par les meilleurs percepteurs d’Henêgbald sans pour autant qu’il puisse les confirmer par lui-même. Avec son métier de soldats, il avait pu connaître quelques dangers et sa formation lui avait toujours permis de s’en sortir mais il se doutait que son manque d’expérience le désavantagerait dans une vraie situation à risque.


- J’avais pensé acheter un cheval ici dans cette ville et traverser la porte des océans. Sachant ou me diriger, je n’ai par contre aucune idée du temps qu’il me faudra pour arriver jusqu'à destination, c'est-à-dire à Henêgbald... Hum


Il prit le temps de réfléchir à l’idée qu’il venait d’exposer. Il ne savait pas si c’était la meilleure solution en fin de compte. Le gosier sèc, Agor chercha des yeux la vielle serveuse. L’ayant repérer près d’une petite porte dissimulé dans l’ombre, il lui fit signe d’approcher. Elle hésita un instant, regardant tout autour d’elle. La patronne lui jeta un regard désapprobateur et grogna.
A contrecœur, la vieille s’approcha en mettant le plus de temps possible. Elle avait une mauvaise expression sur le visage, exprimé aussi par son regard qui se voulait menaçant. Le jeune toruhal n’en avait cure. Il était un noble, appartenant à la grande lignée des Alian et n’était pas n’importe qui, même si cette domestique l’ignorait. Elle voulut placer une remarque déplacée, mais il la fusilla du regard, lui faisant ravaler ses mots dans sa gorge. Ses deux yeux, tel deux pupille de fauve, couleurs bleu étaient aussi froid que la glace. En un instant, Agor avait changé dans son comportement et sa façon d’être, redevenant le noble qu’il était avant d’être soldat. Le dos bien droit et la tête relevée, il attendait qu’elle baisse la tête, chose qu’elle fit rapidement, n’osant pas croiser de nouveau son regard. Il prit la parole


- Je veux qu’on m’apporte un verre et un pichet. Dépêchez vous car j’ai très soif et ne suis plus d’humeur à attendre selon vos envies


Sans hausser la voix, il avait tout de même donné un ordre et son ton signifiait qu’il voulait être obéit. Et rapidement. Une fois sa commande passé, il revint à son compagnon, sans pour autant redevenir le soldat du départ.


- J’ai une proposition à vous faire. Ma mère est guérisseuse dans la noble cité d’Henêgbald et je pense qu’elle serait ravit de vous rencontrer. J’ai moi-même le pouvoir de guérison, et bien que novice dans la matière, j’aimerai apprendre de vous. Aussi, je vous propose de venir avec moi dans ma ville, ou vous serez mon invité. Il va de soi que je vous servirez d’escorte pendant le voyage.


La serveuse arriva avec sa commande et le posa sur la table avant de repartir aussitôt. Agor se servit un verre, renifla le bord pour s’assurer que la boisson était potable puis la porta à ses lèvres. Le liquide glissa sur sa langue avant de finir dans son gosier. Il avala avec plaisir quelques gorgées puis reposa le verre sur la table.


- Bien sûr, je ne suis pas du tout pressé, aussi, je peux très bien attendre que vous ayez finis vous affaires ici avant de partir. Je peux même vous aider. Si vous acceptez bien sur !


Je sais que ma proposition est étrange, surtout venant de quelqu’un que vous venez de rencontrer il y à peine une heure, mais prenez tout de même le temps de considérer mon offre.


Il le fixait du regard, sans pour autant être désobligeant, attendant qu’il digère tout ce qu’il venait de lui dire.
Revenir en haut Aller en bas
Elkior Mariakin

avatar

Masculin

Messages : 170
Age : 27
Druide

Parchemin Administratif
Profession: Guérisseur
Notoriété:
5/200  (5/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Un aller simple à Adalêgamor   Jeu 29 Oct - 20:00

Elkior fut surpris par la proposition du toruhal. L'accompagner jusqu'à Henêgbald? Il aimait cette idée. Traverser le second plan n'était jamais facile, surtout avec toute ces bestioles qui y grouillaient. Il était moins un guerrier qu'un guérisseur, et bien qu'il sache manier la lance, son talent de guerrier restait bien maigre face à celui d'un soldat entrainé pour affronter ces créatures.

Mais la deuxième partie lui plaisait moins. Il avait beau être quelqu'un un peu à part parmis les Nocsys, il en gardait toujours certaines caractéristiques. Il adorait apprendre, mais transmettre ses connaissances était plus fastidieux. Les nocsys sont connus pour garder fermement pour eux leurs secrets.

Que devait-il faire... il voulait à la base se rendre à Nothburg pour trouver quelques récits anciens qui n'étaient plus conservés ici.
Mais pourquoi pas faire un détour auparavant par Henêgbald. Il savait qu'il y avait quelques livres qui étaient qui pourraient se révéler intéressant.
Mais pour celà il faudrait qu'il livre ses secrets. L'idée même de parler de ses connaissances les plus chères le répulsait au plus haut point.
Il finit par se décider.

D'accord j'accepte votre proposition. Je voulais de toute façon rejoindre Nothburg, mais faire un détour par Henêgbald ne me dérange pas.

Nous aurons le temps de parler du savoir lors de notre voyage... ou presque pas .

Elkior regarda le toruhal boire un verre entier de vin avant de reprendre la parole.

Par contre, un conseil, oubliez le cheval. Je ne sais pas si vous
teniez au votre, mais là où nous allons aller n'est absolument pas un
bon environnement pour un cavalier et sa monture, croyez moi... a moins
qu'il sache galoper au dessus des flots.


Sur ces mots le Nocsys se leva tranquillement de sa chaise, se massa un peu le dos comme si celui ci le faisait souffrir, et juste avant de se tourner vers la sortie.

Rendez vous devant la porte Océane demain si cela vous dit vers le deuxième cycle de notre Père. Si vous ne savez pas à quoi cela correspond, demandez à la vieille pie, elle vous répondra juste, bien que ce sera avec réticence.

Il se retourna et fit quelques pas avant de s'arreter de nouveau.

Ah... et faites attentions aux cercles bleus, ils sont assez actifs en ce moment.

Il lui lanca un clin d'oeil, avant de partir définitivement, ayant laissé au préalable une petite pièce sur le comptoir pour payer son repas.
Revenir en haut Aller en bas
Agor Alian

avatar

Masculin

Messages : 67
Age : 25
Militaire

Parchemin Administratif
Profession: Soldat
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Un aller simple à Adalêgamor   Dim 22 Nov - 14:46

Agor le suivit du regard alors qu'il partait. La petite boutade à la fin lui avait bien plu et lui avait décroché un sourire auquel il s'accrochait. S'accrocher à une once de chaleurs dans une ville noire lui paraissait une bonne chose. Petit à petit, il tamisa la lumière qui émanait de lui ne laissant à la fin qu'une fine lueur blanche qui n'éclairait plus rien. Redevenir l'ombre qu'il était.

Le Nocsys avait accepté sa proposition. Ce qui était une bonne chose. Il ne serait pas tout seul et aurait pour compagnon une personne de savoir qui avait beaucoup voyagé. Vu que le cheval n'était plus à envisager, il avait un peu plus de temps devant lui. Il pouvait visiter la ville, découvrir ses secrets. Balade dangereuse qui pourrait lui attirer bien des ennuis. Alors pourquoi la tenter. Une autre idée serait de rester dans cette auberge et d'attendre le lendemain. Il lui avait parlé du deuxième cycle de notre père, et effectivement, il ne savait pas à quoi sa correspondait. Mais l'idée de reparler à la vieille pie ou à son employée ne lui disait rien. De même, interroger un des clients ne semblait pas la meilleurs chose à accomplir. Alors, que faire...

Agor se leva de sa chaise qui émit un grincement.Il se gratta discrètement la tête avec sa main droite tandis que la gauche se posait sur la garde de son épée. Le dos bien droit, il traversa la salle jusqu'à l'escalier. Il était fait de grosse pièce de bois, bien assemblé qui rendait le tout solide et confortable pour le pied. Le Toruhal grimpa deux à deux les marches, nullement lesté par son armure, qu'il avait l'habitude de porter. Eu haut, un couloir s'ouvrait devant lui. Une dizaine de porte s'ouvrait. Il s'approcha de la troisième sur la droite et pénétra dans la pièce qui lui servait de chambre. Rien n'avait bougé depuis tout à l'heure, signe que personne n'était entré dans la pièce. Il ferma la porte et tourna le verrou. Il enleva une à une le pièce de son armure et les rangea dans le coffre qu'il ferma également. Dans un grand soupir, il s'allongea sur la paillasse et s'endormit aussitôt, l'épée contre lui et un poignard caché sous l'oreiller.

Il ne dormit que quelques heures et se réveillé "tôt". Après s'être débarbouillé le visage comme il pouvait, il ré enfila son armure et boucla sa ceinture auquel pendait son épée. Sans un regard en arrière, il sortit de ce local miteux et descendit l'escalier sans faire de bruit. En bas, il n'y avait personne mis à part la gérante qui se tenait exactement dans la même position que la vieille. Agor se demanda brièvement si elle avait bougé de la nuit. Il s'approcha du comptoir. La vieille pie tira une tête à faire peur et se recula légèrement. faisant mine de n'avoir rien remarqué, Agor demanda:

- Bonjour. Es-ce que vous sauriez pas hasard, à quoi correspond le deuxième cycle de notre père?

Elle répondit une vague réponse en grommelant dans sa barbe, ce qui permit tout de même à Agor de comprendre l'essentiel. Il lui restait encore un peu de temps pour y aller. Il ne se risqua pas à commander un petit déjeuner, vu la qualité de la nourriture et sortit, avec le ventre creux.
Revenir en haut Aller en bas
Agor Alian

avatar

Masculin

Messages : 67
Age : 25
Militaire

Parchemin Administratif
Profession: Soldat
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Un aller simple à Adalêgamor   Dim 28 Mar - 19:27

Arg !! Un double post. je serai châtie pour mon impudence.

je voulais juste demander que ce rp soit clos. Mes raisons sont que mon dernier post date du 22 novembre et que mon compagnon n'a pas répondu. On peut aussi juger de par ce que j'ai écris dans mon post que c'est finis. Merci
Revenir en haut Aller en bas
Elkior Mariakin

avatar

Masculin

Messages : 170
Age : 27
Druide

Parchemin Administratif
Profession: Guérisseur
Notoriété:
5/200  (5/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Un aller simple à Adalêgamor   Dim 28 Mar - 20:09

HRP:

Oui moi j'avais considéré que le Rp était clos, surtout à la vue de ton post il y a quelques temps où tu annonçais que tu n'aurai pas le temps de reprendre le rp avant un moment.
Revenir en haut Aller en bas
Agor Alian

avatar

Masculin

Messages : 67
Age : 25
Militaire

Parchemin Administratif
Profession: Soldat
Notoriété:
0/200  (0/200)
Autres infos:

MessageSujet: Re: Un aller simple à Adalêgamor   Dim 28 Mar - 20:22

Ouais je sais. Vu que j'avais plus le temps, j'avais considéré le post comme terminé. Mais Eden me demande de le finir si je veux revenir Rp. Mais sa fais trop longtemps. Sa me tente plus trop. Voila pourquoi je considéré le post comme clos ...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un aller simple à Adalêgamor   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un aller simple à Adalêgamor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Allée des Ombres -